BMW part d’une feuille blanche pour concevoir le successeur du X5. Non seulement la plate-forme technique est nouvelle, mais le design évolue lui aussi, avec même certains détails inédits dans l’habitacle (indice : aiguilles).

Seulement 5 ans après sa sortie, l’actuel X5 part déjà à la retraite. On imagine que son compte pénibilité est bien garni pour partir aussi tôt. Son remplaçant vient avec de sérieux arguments pour se refaire une place au soleil sur le marché très couru du SUV Premium. Basé sur la plate-forme modulaire CLAR (la même que le récent X3), le X5 génération G05 s’agrandit un peu : + 4 cm d’empattement, + 6 cm de largeur, + 4 cm de longueur.

Mine de rien, à force d’augmenter sa taille à chaque génération, il en est aujourd’hui arrivé à un gabarit parfois difficile à déplacer en ville : plus de 2 m de large et près de 5 m de longueur. Certains parkings souterrains promettent de grands moments de solitude.

Esthétiquement, BMW a apporté beaucoup de modifications à son dessin. Les haricots de calandre se sont agrandis et sont à présent jointifs. Ce dessin assez agressif sera repris en version XXL sur le prochain X7. Les phares ne touchent plus la calandre tandis que les anti-brouillard ronds disparaissent. Sur les flancs, le dessin se fait plus acéré, notamment la ligne de caisse qui présente un décroché dynamique sur la porte arrière. Les gimmicks traditionnels BMW sont reconduits : les air breathers en sortie de passage de roue avant ou le décroché Hoffmeister sur les vitres arrières. Les feux arrières sont quant à eux totalement inédits. Terminé le classique dessin en L : les nouveaux éléments sont linéaires et manquent peut être un peu de personnalité. A voir en vrai pour s’en rendre compte. Le hayon est coiffé d’un discret spoiler et s’ouvre toujours en deux parties. Le dessin général se trouve nettement modernisé. On n’a pas l’impression de se retrouver face à un simple restylage, mais bien d’avoir un modèle entièrement neuf.

Dans l’habitacle, une sacré révolution vous attend : terminés les compteurs à aiguille, bienvenue à la dalle LCD configurable (baptisée Live Cockpit). Le X5 est le premier modèle de série chez BMW à étrenner cet équipement qui sera appelé à se répandre sur les autres nouveautés : futures Z4, série 8 et X7 devraient en être équipées également. Cette instrumentation (aux compteurs en forme de haricot, détail qui tue) reste bien séparée de la seconde dalle qui héberge quant à elle l’écran multimédia. L’affichage tête haute devient plus complet et le X5 peut, c’est inévitable, être doté d’équipements d’aide permettant une conduite semi autonome.

Restons dans la technologie avec quelques options possibles pour équiper votre X5 : phares laser, éclairage d’ambiance, porte gobelets chauffants ou ventilés, un système audio B&W comprenant 20 haut parleurs ou même pour les plus fous, et sur commande spéciale et discrète, un pack “Off Road” (suspension pneumatique, protections de bas de caisse, affichage spécifique. Le X5 proposera en option une troisième rangée de sièges. Le volume de coffre atteint un confortable 645 litres.

La gamme de motorisations proposée au lancement est réduite à 3 propositions 6 cylindres. En diesel, le 30d de 265 ch et le M50d de 400 ch. La seule motorisation essence est le 40i de 340 ch. Pas d’hybridation pour l’instant, cela arrivera plus tard, tout comme des versions d’appel à 4 cylindres.  Toutes les versions sont à transmission intégrale, Les tarifs sont déjà connus : 72 400 € pour un 30d en finition Lounge, 100 350 € pour le M50d en finition M Performance et à partir de 74 300 € pour le 40i. Commercialisation à parti de septembre.

Crédits photos : BMW