Jaguar XE-S.4

Depuis la désillusion de la Jaguar X-Type du début des années 2000 et son assez bref passage sur le marché, les amateurs de voiture attendaient le retour de Jag’ sur un très convoité segment (compact sedan aux USA) où règnent essentiellement les allemands, les japonais et un petit peu les américains.

C’est ce soir que le prestigieux constructeur britannique a dévoilé du coté de Earl Courts à Londres sa nouvelle XE qui va venir se positionner en dessous de la XF et qui marque le come back sur l’important marché des berlines premium du segment D où les A4, Serie 3 et Classe C dominent assez facilement la concurrence même si les japonais sont à l’offensive depuis quelques temps avec les IS, Q50, ILX. Cadillac est aussi présent avec la récente ATS et on attend avec une certaine impatience les possibles offres Alfa Romeo, Volvo ou DS. Reste que l’arrivée de cette nouvelle XE met un peu de piment sur le marché et si l’on se remémore les très (très) nombreuses communications de Jaguar depuis des mois, on se dit que cette XE avance avec de solides arguments.

Visuellement, cette nouvelle petite Jaguar ne peut renier sa parenté avec les grandes XF et XJ mais elle se veut plus compacte, plus nerveuse sans son dessin notamment grâce à une partie arrière lègèrement tronquée et surélevée et des ailes marquées par un léger méplat qui pose la partie arrière de l’auto notamment sur cette version XE-S équipée d’un chassis sport et de grosses roues (20 pouces). Jaguar dit avoir beaucoup travaillé l’aéro’ de l’auto et revendique un Cx de 0.26. Ian Callum fait remarquer que la partie arrière s’inspire de ce que propose les coupés et il nous explique que les feux arrière cherchent leur inspiration à la fois dans les feux arrières de la Type E et de la Type F… Pourquoi pas !

Jaguar-XE 2015.12

La partie avant est totalement Jag’ avec une filiation évidente en direction de la XF mais en plus fin et plus agressif. La version XE-S du lancement se veut donc élancée, sportive avec une allure qui ne dépareille aucunement face à la concurrence. L’ajout du kit aérodynamique  (bouclier Av très aéré, ailes Av avec évent alu, bas de caisse élargis façon alu sombre, bouclier Ar avec jupe arrière avec petit diffuseur, petit becquet de malle de coffre, deux belles sorties d’échappement et grosses roues) profite à l’aspect sportif et élégant de la berline. La question qu’on peut toutefois se poser est : Mais que restera t-il de tout cela sur une version d’entrée de gamme à moteur 2.0 L diesel en livrée gris alu avec petites roues et enjoliveurs ?
En fait la réponse est simple, la même chose qui existe entre une A4 TDI 120 Ambiente et une S4 ou une 316d et une 335i Pack Performance…

Pour cette première apparition, la XE nous gâte sait se montrer très séduisante et valide l’idée qu’elle est bien une concurrente des premium germaniques qui dominent le marché.

La nouvelle Jaguar profite donc de la nouvelle plateforme modulaire du groupe et d’une structure faite à 75% d’aluminium RC 5754 et 6000 qui permettent d’alléger l’auto mais aussi de la rendre plus rigide et recyclable à au moins 75%. L’épaisseur de certains panneaux a ainsi pu être réduite et passée de 1.6 à 1.0 mm sans perdre en qualités mécaniques, bien au contraire.

Mark White, le patron de la R&D de Jaguar explique que tout a été fait pour que la XE soit à la pointe de la technologie actuelle en matière de structure, de trains roulants et bien évidemment de sécurité passive et active. La berline profite d’une suspension à 4 roues indépendantes avec système de type McPherson à double triangulations superposées à l’avant et architecture multibras à l’arrière. Bien sur cette XE est une propulsion mais elle devrait proposer au fil des mois de sa carrière commerciale une transmission intégrale.

La XE bénéficie aussi d’une direction avec assistance électrique reprogrammée et recalibrée de façon à procurer des sensations et un ressenti proche ou équivalent à celui d’une plus classique direction assistée hydraulique. En plus des habituelles assistances ou aides électroniques, la voiture est équipée du système ASPC (All Surface Progress Control) qui gère automatiquement et de manière optimale le système de freinage et la puissance du moteur entre 3.6 km/h et 30 km/h. Cet ASPC est associé au système de freinage automatique d’urgence, l’alerte de franchissement de ligne, à la détection d’objet ou de piéton, à la surveillance du trafic (Av et Ar), la surveillance des angles morts, l’assistance au parking ou la préparation à la collision si nécessaire.

La XE-S, seule version dévoilée pour l’instant est propulsée par le moteur V6 3.0 L Supercharged des XF et F-Type. Il développe ici la puissance de 340 ch et un couple de 450 Nm. Il est associé à une évolution de la BVA8 ZF qui profite d’un allègement et d’une reprogammation pour plus de douceur et de sportivité si nécessaire. Cette version sportive annonce une Vmax autolimitée de 250 km/h et elle abat le 0 à 100 km/h en 5.1 secondes environ. Ces temps officiels sont meilleurs que ceux qu’une S4 ou d’une 335i.
D’autres versions à 4 et 6 cylindres sont bien évidemment attendues au catalogue Jaguar XE. Nous retrouverons notamment les L4 2.0 L Ingenium qui seront disponibles aussi bien en essence qu’en diesel et dans plusieurs puissances. Le constructeur annonce d’ailleurs une version 2.0 L diesel capable de consommer seulement 3.7 L/100 km et de n’émettre que 99 g de CO2/km. L’ensemble des spécifications de  la XE sera présenté au salon de Paris dans moins d’un mois.

Une fois la porte ouverte, on accède à un habitacle qui est lui aussi très Jaguar mais peut être en plus simple ou en plus sobre. Les habitués de la marque et les autres d’ailleurs ne seront pas perdus en s’installant à bord de cette berline 5 portes. Sobriété, luxe et efficacité ont, semble t-il, été les objectifs à atteindre dans l’espace intérieur qui est discrètement cossu et apparait visuellement bien fini. Sur ce coup, Jaguar devrait être à la hauteur des allemands et des japonais qui offrent généralement une belle qualité perçue.

Au chapitre des nouveautés, on note l’arrivée d’un système HUD qui se veut efficace et donne les éléments essentiels à la conduite et les indications liées à la navigation GPS. La XE dispose aussi d’un nouveau système d’infotainment appelé InControl Infotainment Control (ICIC) qui s’affiche sur un classique écran tactile central de 8 pouces. Ce nouveau système, outre les fonctions habituelles ou les connexions diverses (USB, SD, Bluetooth notamment), offrira un hotspot Wifi et une très large offre d’applications Apple ou Android dont certaines permettront d’ouvrir ou fermer la voiture ou de commander à distance la climatisation avant de prendre place à bord.

Sachez que c’est Méridian qui a développé certaines installations hifi proposées sur la XE, ce qui est un gage de finesse de restitution et de chaleur auditive. Cela devrait plaire aux amateurs de jazz, de musique baroque ou de voix puissantes ou singlières. Les passagers de la XE vont profiter de place pour les jambes et de hauteur pour la tête grâce notamment à l’empattement long et à la structure du pavillon de l’auto. Si la sellerie mixte et bicolore est proposée sur la XE-S avec des sièges sport à l’avant, les autres versions profiteront de différentes selleries spécifiques (tissus, tissus techniques, cuir, alcantara) ainsi que d’inserts divers et variés comme la laque Piano noir, l’aluminium texturé ou brut et bien sur, anglaise oblige, les boiseries proposées dans différentes essences. Des éclairages intérieurs sont aussi de la partie avec, selon les finitions, jusqu’à 10 variations et teintes de lumière. Pour voyager avec de la lumière au dessus de leurs têtes les acheteurs pourront opter pour un toit panoramique en verre, hélas fixe ! Les Pièces de finition chromées, belles moquettes et surtapis épais devraient être aussi de la partie sur la XE.

La nouvelle Jaguar XE en vidéo, c’est par là :

Vers la XE :

La nouvelle Jaguar se dévoilera encore plus en détail durant le mois d’octobre avant d’arriver dans les show rooms des distributeurs dans le courant du premier semestre 2015. Comme les XJ et XF, la XE sera produite dans l’usine de Solihull en Grande Bretagne.

Une belle nouveauté, dans la lignée des dernières réussites de JLR que nous découvrirons et essayerons pour vous dans quelques mois lorsque Jaguar nous conviera à l’essai de cette berline du segment D.

Jaguar-XE 2015.100

Via Jaguar, Youtube.