Anne Hidalgo avait prévenu et l’avait annoncé dans son programme. Plus de voitures diesel et une vitesse limite abaissée de 20 km/h étaient au menu de son plan anti-pollution destiné à améliorer la qualité de l’air dans la capitale.

Paris sans vieux diesels et à 30 km-h

L’affaire est en train de devenir une réalité et l’adjoint aux Transports de la ville de Paris d’expliquer ce jour sur l’antenne d’Europe 1 qu’il faut désormais inverser la règle et d’expliquer : « « Ce que nous voulons faire à Paris, c’est inverser la règle. Demain, la règle ce sera le 30 km/h et l’exception ce sera le 50 km/h qui sera maintenu sur une partie des grands axes. C’est une question de choix et de volonté politique. Si on veut retrouver un air de qualité, chacun doit y contribuer ».

L’adjoint à la maire de Paris de poursuivre son argumentaire :« Les parisiens ne se rendront même pas compte de la mesure. Aujourd’hui, la vitesse moyenne à Paris est de l’ordre de 15 km/h. Limiter la vitesse à 30 km/h n’aura pas d’incidence majeure sur cette moyenne. Par contre, cela va avoir une incidence sur le bien vivre ensemble entre les différents usagers de l’espace public qui sera plus apaisé. »

L’autre mesure phare du plan Hidalgo contre la pollution atmosphérique passe par la chasse aux voitures diesels et plus particulièrement celles qui ont pris un peu d’âge (>10 ans). L’adjoint aux Transports explique que les vieux véhicules diesel sont aujourd’hui à l’origine de l’essentiel de la pollution que l’on respire en région parisienne et que cela doit cesser rapidement.
La Mairie de Paris va donc présenter son plan de sortie progressive et concertée du diesel afin de laisser la place à des offres comme le covoiturage ou l’autopartage. (NDLA : Une récente étude montre qu’Autolib’ n’a quasiment pas fait diminuer le nombre de voitures à Paris. Les utilisateurs du système usant d’Autolib’ comme d’un complément et non comme d’un moyen de remplacement).

Avec ce plan, Anne Hidalgo va créer la polémique et probablement le refus de la mesure par une grande partie des parisiens d’autant que la Vmax actuelle est déjà nettement inférieure à ceux préconisés par le projet. Par contre dans le plan antipollution, rien pour les énormes chaufferies urbaines et quelques autres pollutions industrielles.

Attendons désormais les réactions des associations, des professionnels du transport ou de la livraison sans compter la réaction et le « marquage » de ceux qui, hélas, ne peuvent changer de voiture pour des raisons financières.
Paris ville musée, parc d’attraction pour gens aisés est en marche…

Via Europe1, AP.