Souviens-vous, l’été dernier… Non, je ne parle pas d’un film qui fait frissonner, mais du concours de Pebble Beach 2016 qui avait vu la révélation de la Mercedes Maybach Vision 6.

Un an plus tard, Mercedes revient à la charge avec son coupé, qui devient Cabriolet en perdant son toit. Il change également de couleur pour adopter un bleu sombre et un habillage intérieur en cuir blanc. Des tons très nautiques et très estivaux, parfaits pour « cruiser » aux abords de Monterey.

Outre le décapsulage et l’ajout d’une capote blanche, la Vision 6 change enfin ses jantes (à flasques rouges sur le coupé), pour de plus sobres roues à rayons chromées (de 24″ quand même !). Les lignes sont quasiment inchangées, mais pourtant les proportions sont bien plus équilibrées sous cette forme. On en oublierait presque la longueur éléphantesque de près de 6 mètres. Classique et intemporelle, mais totalement dénuée d’aspect pratique !

Alors que l’habitacle du coupé est resté relativement mystérieux, Mercedes est bien forcé ici de le dévoiler. Encore une fois, l’inspiration nautique est de mise avec une ceinture lumineuse bleue qui fait le tout du cockpit, un plancher en bois (du teck marine ?) et des éclairages bleutés répartis un peu partout. Le volant et deux compteurs analogiques apportent quant à eux une délicieuse touche rétro qui convient parfaitement à l’ambiance.

Sous l’immense capot : rien. Ou si : un set de bagages sur mesure et un nécessaire à pique nique. Comme le coupé, la motorisation est entièrement électrique, avec un moteur par roue, pour un total confortable de 750 ch. Les performances théoriques sont censées être de haut vol : vitesse limitée à 250 km/h et  le 0 à 100 en moins de 4 secondes. L’autonomie atteint 500 km. Une version de série de ce paquebot semble pourtant totalement irréaliste. Dommage ?

A voir très probablement à Francfort, ou avec un peu de chance, à Chantilly, où Mercedes avait exposé le coupé l’an dernier !

Crédits photos : Mercedes, Régis Krol