Lancement au printemps pour le nouveau break compact de Peugeot. Les prises de commande sont déjà possibles.

 

Le renouvellement du break 308 est à risque pour Peugeot, qui explore une nouvelle silhouette basse que l’on n’avait plus vue dans la série 300 depuis la 306 break de la fin des années 1990. La marque française suit pourtant là l’ensemble de la concurrence, ne poursuivant pas dans le profil monospaciant des 307 SW et 308 SW de première génération. Pour s’assurer un lancement aussi réussi que celui de la 308 II, Peugeot dévoile ses tarifs après avoir révélé les premiers clichés officiels du véhicule en début d’année.

La gamme 308 SW débute avec la finition Access et sa calandre avec optiques halogènes à 22 350 € avec le diesel 1,6 HDi 92 et  22 750 € avec l’essence 1,2 e-THP 110. Pour les entreprises, l’entrée de gamme diesel en finition Business est fixé à 23 000 €. Le tarif le plus élevé -sans options supplémentaires- culmine à 33 000 € pour une 308 SW Féline 2,0 BlueHDI 150 BVA6.

Rappelons que les finitions sont au nombre de 4+1 : Access, Active, Allure, Féline (+Business pour les flottes). Les motorisations proposées sont 3 diesels (1,6 HDi 92, 1,6 e-HDi 115, et 2,0 BlueHDi 150) et 3 essences (1,2 e-THP 110, 1,2 e-THP 130, et 1,6 THP 150).

La commercialisation s’effectuera vraisemblablement après le Salon de Genève, où elle effectuera sa « première mondiale » devant le public.

Via Peugeot