… qui est celle d’un pays en pleine désindustrialisation, récession, crise de confiance mais aussi de défiance envers les classes dirigeantes, banquières et patronnales (essentiellement les dirigeants des grandes entreprises) qui concentrent au moins 90% de la richesse nationale. Et face à cela, des hommes politiques plus aux ordres qu’aux commandes comme c’est le cas dans le dossier PSA. L’indignation du chef de l’état est belle mais vaine puisque PSA est une entreprise privée d’ailleurs cette posture n’est pas lié à une étiquette politique (la précédente équipe se serait peut être moins indignée mais n’aurait pas pu faire plus ou mieux !). La situation est critique et préoccupante dans le secteur automobile mais pas que… Dommage pour nous tous !

Via LeMonde ( http://www.lemonde.fr/ )

Merci à Plantu ( http://www.plantu.net/ et http://www.facebook.com/pages/Plantu-Page-officielle/190700077668273  )