Retour sur l’affaire automobile française de l’été si ce n’est de l’année ! Les informations et nouvelles arrivent chaque jour si ce n’est même deux fois par jour et depuis un peu plus de 36 heures, nous avons eu notre lot d’informations au sujet du groupe automobile qui est en encore plombé, et plus particulièrement Peugeot, sur le marché en juin 2012.
 Nous en avions parlé il y a quelques jours, la baisse des cadences de production de la 208 à Poissy dès septembre se confirme et à la vue du bon départ commercial de la citadine, on avait appris que ce c’était afin de pouvoir préparer l’arrivée de la C3 sur le site mais il semblerait que ce ne soit pas la seule raison…

Le site d’Aulnay sous bois, plus que jamais sur la sellette va connaitre une semaine de chômage dès la reprise d’activité après le congé estival c’est à dire fin août. Les salariés pourront donc profiter d’une semaine de vacances supplémentaire imposée par la direction de PSA. Le site de Mulhouse a de son côté confirmé la réduction, à partir du 10 septembre, de la production des Citroën C4 et DS4 et à Sochaux, la direction envisagerait une baisse de la production de la Peugeot 308, après la baisse de cadence de fabrication de trois autres modèles annoncée mi-juin.

A la direction de PSA mais aussi chez les partenaires sociaux et syndicaux on prépare avec attention et fermeté le Comité Central d’Entreprise extraordinaire du jeudi 12 juillet à 8h00 car selon Christian Lafaye, délégué central de FO qui assure tenir des informations de personnes haut placées à la direction de PSA, les dirigeants pourraient à l’occasion du CCE du 12/07 mettre sous les yeux un “plan” de réduction de 8000 à 10000 postes (suppressions d’emplois, redéploiements, départs volontaires, reclassements) ainsi on serait à plus du double  des 4.000 suppressions déjà annoncées en novembre 2011 et actées pour cette années 2012. Ce CCE extraordinaire aura pour principal objectif la remise de documents portant sur la situation économique du groupe et les mesures contribuant à son redressement.  

La fermeture pressentie d’Aulnay, les “sureffectifs à Rennes”, le plan de départs volontaires en cours: “tout ça est cohérent”, “on me dit que c’est possible”, rapporte M. Lafaye, même si lors des dernières réunions au niveau du groupe, “aucun chiffre n’a été avancé”, reconnaît-il. D’ailleurs les propos de Denis Martin, directeur de la production de PSA, sont assez éloquents et laisse planer une vraie vague d’inquiétude chez les salariés et les syndicats car il disait il y a peu : “Il y a un certain nombre de dispositions à prendre vis-à-vis des autres établissements, entre autre le site de Rennes mais aussi de nos autres sites industriels – Madrid ? Sevelnord ? – et enfin de nos sites de recherche et développement”.

Beaucoup d’inquiétudes, de craintes sur l’avenir de PSA notamment quand on sait que nombre de projets ont été mis au placard ou au mieux ajournés. La nouvelle gamme mondiale, le marché chinois et celui du Mercosur suffiront ils à aider PSA à sortir de cette crise qui, en plus d’être économique, est une crise du management actuel de l’entreprise qui navigue à vue. La politique mise en place par Philippe Varin  ressemble aujourd’hui plus à un four pour le groupe, les salariés mais aussi les actionnaires et d’ailleurs les rumeurs de débarquement sont persistantes (réelles?) pour ce patron salarié qui en trois ans n’a rien fait de très profitable pour le groupe automobile français (surement l’effet novice dans le secteur automobile). Certains se plaisent à rappeler que dans la sidérurgie où il exerçait précédemment, il n’a pas laissé que de bons souvenirs…

A tout cela, on ajoutera la grogne du Ministre du redressement économique qui n’a toujours a reçu de réponse au courrier envoyé à PSA mais on notera toutefois que dans le cadre de l’accord PSA-GM, c’est Gefco (et non l’inverse) qui va avoir la charge de toute la logistique des marques du groupe américain en Europe. Ainsi Opel, Vauxhall, Chevrolet et Cadillac dans le cadre de cet accord signé sur le long terme, verront leur SAV, leurs approvisionnements gérés par Gefco qui est un des grands spécialistes mondiaux de cette activité. Cet accord concernera la plupart des activités logistiques des 4 marques en Europe (Russie incluse) et englobe des services tels que les livraisons de matériel et de composants aux usines, l’expédition des produits finis aux concessionnaires et le transport de pièces détachées de remplacement vers les centres régionaux ou nationaux de distribution. Au moment de la signature de ce premier accord actif, le patron de PSA déclarait : ” Cet accord constitue la première étape de notre Alliance stratégique de long terme avec GM. Il permet à Gefco de poursuivre sa stratégie d’élargissement de sa base de clients et de développement de ses activités internationales.” Ce nouvel accord de services de logistique et de prestations associées entre GM et Gefco entrera en vigueur en  début d’année 2013. Ainsi selon le vice président de GM il représente le premier stade des bénéfices attendus de l’Alliance avec PSA Peugeot Citroën. Cet accord de logistique sera un facteur d’efficacité opérationnelle et de forte réduction des coûts pour GM. Toujours selon Steve Girsky, il permettra d’utiliser pleinement l’expertise de Gefco et de sa parfaite connaissance du marché et du paysage automobile du continent européen.

Voilà donc ce que l’on pouvait dire de la situation de PSA en ce début juillet et à 10 jours d’un CCE qui promet d’être lourd et tendu entre les différentes parties concernées par l’affaire. A suivre.

Via AFP, LesEchos, Boursier.com, PSA.