Ainsi en a décidé l’opérateur boursier NYSE Euronext qui gère entre autres la bourse de Paris. Cette décision a été prise suite aux recommandations « chaleureuses » du Conseil scientifique des indices (CSI) ! Cette décision était attendue puisqu’elle planait dans l’air depuis le début de l’été. Cette décision fait suite aux difficultés financières du groupe industriel français et est basée sur l’avis éclairé du CSI qui a construit son avis sur deux critères :

– la taille du capital flottant (capital négociable en Bourse)

– le nombre d’échanges enregistrés sur les titres

Avec cette décision c’est une des trois valeurs automobiles françaises qui quitte l’indice boursier parisien, seuls restent désormais Michelin et Renault. Cette sortie du CAC 40 avait été anticipée par les analystes, les banquiers et les spéculateurs tant PSA a vu son cours boursier malmené depuis de très longs mois à la bourse de Paris. PSA faisait partie de l’indice de la bourse parisienne depuis sa création c’est à dire fin 1987. Le constructeur automobile français est donc remplacé au sein des 40 valeurs références par le groupe belge de chimie Solvay. Mais attention, il n’y a pas péril en la demeure, en tout cas pas plus que ce PSA a subi depuis des mois et des mois, ainsi le titre PSA Peugeot Citroen est sorti du CAC 40 mais il est toujours bien présent dans l’indice boursier et cette sortie du CAC permis ce jeudi une augmentation de son action à 6.038€  soit une hausse de +5.08%  en clôture de la séance (certains diront que toute la bourse était à la hausse du fait des annonces de la BCE !). Pour mémoire, le groupe franc comtois a perdu près de 43% de sa valeur depuis le 1er janvier 2012 en plein marasme financier, il a vu tout récemment son titre descendre à des niveaux historiques parmi les plus bas ce qui a eu pour effet de faire fondre sa capitalisation boursière à un peu plus de 2 milliards d’euros ce jeudi 7 septembre. Cette situation relègue ainsi PSA aux alentours du 79eme – 80eme rang du classement des capitalisations de la bourse de Paris.

Sachez que cette situation n’est pas forcément un coup dur pour le groupe automobile car le fait de ne pas être présent au CAC 40 n’empêche en aucun cas de vivre car c’est essentiellement une vitrine des valeurs françaises à destination du monde et des autres marchés boursiers. Cette nouvelle situation permettra aussi au groupe français d’être un peu moins exposé aux prédateurs financiers, au spéculateurs ce qui aurait pour effet quasi mécanique d’enrayer la baisse du titre PSA. On gardera à l’esprit qu’à la bourse ou dans les salles de trading on vit au rythme des coups de téléphone, des rumeurs (vraies ou fausses) et en fonction de données tellement abstraites ou subjectives qu’elles en deviennent ridicules sauf aux yeux des banquiers et de leurs traders. Désormais coté au Next-20 qui est considéré comme l’anti-chambre du CAC 40, PSA rejoind l’équipementier aéronautique  Zodiac Aerospace qui remplace désormais le groupe d’électronique de défense Thales. Cette sortie permettra probablement à Peugeot de souffler et de se reconstruire sur le marché financier durant les prochains mois ou années. Une affaire à suivre notamment en regardant du coté du partenariat avec GM qui semble avoir du plomb dans l’aile et pourrait encore influencer la valeur boursière de PSA.

Via AFP, LesEchos, AP.