BlogAutomobile

PSA : On souffle le chaud et le froid

 

 

D’un coté on a le sourire chez PSA en inaugurant en grandes pompes les nouvelles chaines de production installées sur le site PSA de Metz-Tremery. Ces chaines de production ultra modernes sont destinées à produire les moteurs de nouvelle génération EB.

Economie d’énergie, moins d’émissions, compacité et légèreté sont les caractéristiques qui ont prévalu à la conception de ces nouveaux blocs essence qui émettront moins de 100 g de CO2/km. Philippe Varin a profité du moment pour rappeler que 203 millions d’euros ont été investis sur le site et que la même chose va être faite pour le site de Douvrin qui produira les versions turbocompressées des moteurs EB. Enfin PSA va investir à Valenciennes pour le site de production de la nouvelle boite de vitesse à double embrayage qui sera proposée chez PSA d’ici à 2013. Au final, on apprend que PSA aura investi quelques 717 millions d’euros pour la R&D et ces nouvelles chaines de production de nouvelle génération. Mais après le fameux plan social qui ne dit pas son nom, Philippe Varin tente de calmer un peu le jeu en annonçant quelques 500 nouveaux emplois à venir en Lorraine. Tremery va produire des moteurs L3 1.0 L et 1.2 L qui vont équiper déjà dans un premier temps les C3 et 208.

 

PSA compte produire quelques 640.000 exemplaires de ce moteur chaque année qui, dans un premier temps, ne sera produit qu’en France avant de l’être au Brésil et en Chine. Le groupe automobile français profite de l’occasion pour nous rappeler que Tremery emploie aujourd’hui quelques 3750 salariés et au cumul a produit plus de 35 millions de moteurs diesel depuis la création du site. Ce chiffre fait de l’usine PSA Metz-Tremery la première usine de production de moteurs diesel au monde.

 

Si d’un coté on annonce de bonnes nouvelles, de l’autre, c’est plus tendu notamment du coté des sites de Sochaux, Rennes et Aulnay qui vont vivre dans les prochaines semaines au rythme du chômage partiel. Ainsi la direction de PSA annonce de 2 à 8 jours de chômage partiel en décembre afin d’ajuster la production par rapport à l’état des stocks sur les parcs du constructeur.

Ce chômage partiel touche la production des :

C3, C5, 508, 206+, 308, 3008, 5008

Durant ces périodes de chômage partiel, les salariés devraient percevoir quelques 95% de leur rémunération nette grâce à l’intervention de l’état et de l’Unedic via le système APLD (Activité Partielle de Longue Durée). Une méthode de gestion de la production qui est vivement dénoncée par les syndicats qui estiment que l’entreprise (privée) fait payer à l’état et au contribuable la diminution de ses stocks sur parc afin d’accroitre discrètement sa trésorerie au moment de la clôture des comptes… La direction de PSA fait tout de même savoir, pour se dédouaner un peu, que durant ce mois de décembre 2011, le site de Poissy fonctionnera à plein rendement puisqu’il est même prévu au moins deux journées supplémentaires de production des 207, 208, C3 et DS3.

Reste que PSA (en attendant Renault ?), prépare discrètement comme d’autres constructeurs, une année 2012 que l’on annonce très difficile pour le marché automobile et son environnement.

 

BVia PSa, AFP, LeRépublicainLorrain, NouvelObservateur.