C’est une tradition bien ancrée dans le monde de la préparation, le fameux « swap », ou l’art de remplacer le petit moteur de sa petite voiture par un gros. Et ça serait bien de cela dont il s’agit pour cette série très spéciale de Clio qui a enflammé le petit monde automobile sur la toile ce week-end et dont la présentation officielle (surtout complète) devrait avoir lieu ce vendredi, à l’occasion du grand prix de Monaco.

Oui, il s’agirait ni plus ni moins du moteur de la Mégane RS qui aurait été glissé (au chausse-pied ?) sous le capot de la très (trop ?) sage Clio 4 RS pour fêter les 40 ans de Renault Sport et le retour de Renault en Formule 1 cette année.

De quoi permettre, dans le meilleur des cas, les 275 ch et 360 nm de la dernière évolution de la Mégane.

Et, cerise sur le gâteau, si vous regardez bien la photo ci-dessus, il est affublé d’une boîte manuelle (logiquement celle de la Mégane donneuse d’organes). De quoi mettre fin à la polémique sur la sportivité de la boîte EDC de sa petite sœur.

Vous avez bien lu, on parle d’une Clio de 275 ch, probablement bientôt en vente libre. On vit une époque formidable.

Surtout qu’à ce stade, tous les espoirs sont permis, et notamment de rêver à la transposition complète des trains roulants de la Mégane sur la Clio, avec pivots découplés et autobloquant. Les quelques photos officielles que l’on a pu voir nous permettent d’y croire fermement, puisque la carrosserie a été copieusement élargie et les jantes Speedline de la série limitée dite « Trophy » de la Mégane sont au rendez-vous.

On continue à saliver en pensant au poids, que l’on imagine (espère !) sous les 1 200 kg, notamment grâce à la boîte manuelle, même si le 2.0 turbo en fonte de la Mégane doit peser bien plus lourd que le 1.6 en aluminium de la Clio.

Vous voyez ce que je vois ? Oui, une chasseuse de record au Nürburgring, créée par Renault Sport pour reprendre son bien à Honda et plus récemment Volkswagen. Pour ce qui nous concerne, on se serait passé volontiers du gigantesque aileron arrière et des feux de jour disons … visibles, mais les goûts et les couleurs, hein … Et puis tant qu’à ronchonner un peu, imaginant que l’imminente Alpine recevra un 1.8 turbo tout en aluminium, on aurait pu aller un peu plus loin dans la démarche que de reprendre le vieux F4Rt de la Mégane bientôt retraitée.

Ne boudons pas notre plaisir, c’est une belle surprise comme on n’en avait pas eu depuis longtemps !

Crédits photo : Renault Sport