On doit l’information à Justin Hocevar, le patron de Renault Australia et si le siège français du constructeur n’a pour l’instant pas commenté l’affaire et il n’a pas pour autant démenti cette annonce qui semble donc plausible.

Renault Koleos Mk2.par Didier Ric pour l'Argus

Lorsque Renault présente au printemps 2008 son premier SUV, il est dans le bon tempo. Le segment décolle, il n’est pas encore archi encombré et l’image des SUV dits compacts est plutôt bonne. Hélas Renault dévoile un véhicule à l’allure vieillotte, maladroite et avec des mécaniques qui vont le pénaliser notamment dans le cadre du Bonus/Malus. On ajoutera hélas le trop fameux « Renault bashing » qui veut qu’une partie du net se défoule à la présentation de chaque modèle de la marque au losange et le sort du Koleos est presque réglé dès sa naissance. Pourtant le véhicule est agréable, plutôt spacieux et confortable, fiable et suffisamment performant en hors piste mais rien n’y fait depuis son arrivée sur le marché il est à la peine face à la concurrence.
A titre d’exemple en 2013, l’Alliance Renault Nissan a vendu dans l’hexagone 28.379 Qashqai, 25.879 Duster et seulement 4.084 Koleos (et aussi 39.628 Captur).

Aussi pour se relancer sur ce segment de marché devenu aussi important que les segments B et C, Renault travaille actuellement au développement de celui qu’on appelle le Koleos 2 mais qui pourrait très porter un autre nom lors de son lancement en 2016.

Si l’on en croit les éléments disponibles et la logique industrielo-financière, ce futur Koleos devrait reprendre la plateforme modulaire baptisée CMF (Common Module Family) que nous avons découvert il y a peu avec le lancement du nouveau et très réussi Nissan Qashqai. Ce SUV compact by Renault se positionnera normalement comme une offre complémentaire à celle du Scenic/Gd Scenic. Ainsi ce Koleos Mk2 devrait aussi adopter un gabarit plus compact puisqu’on parle d’une longueur d’environ 4.40 m de long, plus proche de la moyenne du segment que celle de l’actuel Koleos qui mesure 4.52 m. 

Les motorisations essence et diesel des Scenic et Qahsqai ainsi que les transmissions 2WD et 4WD du SUV japonais devraient être de la partie. Pour ce qui est de l’apparence de ce futur SUV Renault, un subtil mélange entre nouveauté et influence des Qashqai et Captur est à attendre. Un SUV dont nous reparlerons dans les prochains mois quand les mulets et prototypes se montreront en nombre ou lorsque que le constructeur de Billancourt nous présentera la version concept car ce qui ne devrait pas tarder !
A suivre.

Via Caradvice.
Crédits illustrations : Didier Ric pour l’Argus.