Ce matin fut la valse des publications des résultats financiers à la Bourse de Paris, et Renault n’y a pas échappé.

– Immatriculations en hausse de 4,7% portant le nombre à 1,36 millions d’unités, notamment grâce à un gain de part de marché de 1,0 point en Europe
– Le chiffre d’affaire du Groupe s’élève à 19,82 milliards d’euros, en baisse de 3,0% par rapport au premier semestre de l’année précédente
– Le « free cash flow » opérationnel est négatif de 360 millions d’euros (mais il faut prendre en compte le besoin en fonds de roulement qui s’élève tout de même à 861 millions d’euros)
– La marge opérationnelle est de 729 millions d’euros (soit 3,7% du chiffre d’affaire), contre 583 millions d’euros durant la même période en 2013
– Un résultat net de 749 millions d’euros
– Les stocks ont reculés de 67 à 62 jours en un an

Que dire de ces résultats ?

– Ils sont bons, très bons même car malgré une baisse du chiffre d’affaire, la marge opérationnelle est en augmentation. Avec une estimation de marché 2014 révisée à « 3%/4% » au lieu de « 2%/3% », on pourrait s’attendre à ce que l’action du groupe grimpe mais c’est une plongée de 4% (4,63% à l’heure où nous écrivons ces lignes) du titre qui s’est faite à la publication des résultats.
– Malgré les revenus moindre par rapport à l’année précédente, la rentabilité est en hausse.
– Renault a confirmé que son « free cash flow » opérationnel sera positif à la fin de l’année. Pour Carlos Ghosn, les chiffres « sont en ligne avec les objectifs de l’année » (l’année n’étant pas terminé, tout est jouable)
– Le résultat net positif de 749 millions d’euros sur l’exercice du premier semestre 2014 est quasi exclusivement du à Nissan qui a contribué à hauteur de 789 millions d’euros.

L’Europe reste un marché solide, mais il y a encore beaucoup à conquérir sur les marchés émergents tels que l’Amérique du Sud et la Russie.

 

Sources : Renault, Boursier.com