Seat repart de très loin pour ce qui est de la présence des crossovers dans sa gamme. Il y a à peine 3 ans, il n’y en avait aucun ! Voici le 3ème modèle d’une gamme déclinée à marche forcée : le Tarraco.

Après le moyen Ateca, le petit Arona, place au grand Tarraco qui devient le premier SUV 7 places de la marque. Ses dessous sont largement connus : il reprend la plate-forme MQB-A du cousin germain VW Tiguan Allspace ou tchèque Skoda Kodiaq, jusqu’à l’empattement identique de 2,79 m. Les motorisations sont elles aussi sans surprises. Le Tarraco reprend ainsi deux 4 cylindre essence TSI de 1,5 litre (150 ch) et 2 litres (190 ch).  Les diesels sont représentés par deux blocs TDI de 2 litres, en version 150 et 190 ch. Pour les transmissions, c’est un peu plus compliqué. Le 150 essence n’est disponible qu’en traction BVM, le 150 diesel en traction BVM ou transmission intégrale DSG7. Finalement c’est plus simple pour les deux versions 190 ch : boîte double embrayage DSG7 et transmission intégrale obligatoire ! Une version hybride rechargeable de 210 ch devrait également faire son apparition plus tard.

Le design général du Tarraco est conforme à celui des autres SUV de la marque, voire même du groupe. Il faut bien avouer que les éléments différenciant du design Skoda ne sont pas très éloigné de ceux de Seat, ou de Volkswagen. Le Tarraco arrive à s’en tirer un peu mieux en reprenant le dessin de la custode de l’Ateca, ce qui dynamise un peu sa ligne et le raccourcit visuellement. Il prend en effet ses aises, avec une longueur de 4,74 m, une largeur de 1,84 et 1,66 de hauteur. Il propose bien sûr en contrepartie 7 places (dont 2 strapontins) ou 5 vraies places et un très généreux coffre familial de 760 litres. L’option 7 places ampute le coffre de 60 litres lorsque les strapontins sont repliés.

Le design Seat évolue néanmoins sur la calandre, qui adopte une forme hexagonale et une grille chromée plutôt réussis. Les phares très fins contribuent à donner un soupçon d’agressivité qui fait défaut au Kodiaq par exemple. Les feux arrières ont également un dessin inédit, pour la marque : à l’instar d’une Porsche Panamera ou d’une Audi, il sont à présent liés par un fin bandeau lumineux. C’est très valorisant, mais aussi très à la mode. Kia vient d’agir de même sur son nouveau break ProCeed. A noter que le Tarrraco offre un éclairage intégralement à base de LED.

Dans l’habitacle, une nouveauté pour les yeux avisés : l’écran multimédia est à présent flottant et non plus intégré dans la planche de bord. A voir si cela va se répandre sur d’autres véhicules du groupe. En dehors de cela, l’intérieur du Tarraco semble de plus classiques et ne dépaysera pas les habitués en proposant des solutions déjà vues sur l’Ateca, dont l’instrumentation numérique en version haut de gamme.

Sensiblement plus agressif visuellement que le Kodiaq, le Tarraco devrait pouvoir attirer un certain public de parents cherchant un véhicule familial au look dynamique. Il reste à connaître sa grille tarifaire pour savoir si cette proposition est pertinente. La gamme de SUV de Seat est donc a priori complète, à moins d’un éventuel dérivé du VW T-Roc, ou d’une hypothétique version SUV Coupé.

Crédits photos : Seat