La toute jeune Mercedes Classe A connaît son premier dérivé sportif AMG avec la A35. Premier ? Oui, car il y aura bien deux versions cette fois-ci.

La “petite” A35 a l’honneur d’ouvrir le bal des versions sportives de la Classe A. Ce n’est pas pour autant une version au rabais mais plutôt un complément d’offre qui vient combler un trou béant dans la gamme du constructeur, entre la A250 de 224 ch et la future A45 AMG qui dépassera cette fois les 400 ch grâce à une motorisation hybride.

Pour revenir à notre A35, elle bénéficie du bien connu bloc 4 cylindres 2 litres turbo, développant ici 306 ch et un couple de 400 Nm. Attention, le couple est à aller chercher bien haut : à 3000 tr/min. Il faudra donc la cravacher un peu pour en tirer le meilleur. Pour vous y aider, vous disposerez exclusivement d’une boîte à double embrayage AMG Speedshift à 7 rapports, reliée à une transmission intégrale 4Matic. Plutôt sophistiquée, cette dernière peut faire varier le transfert de la puissance d’un essieu à l’autre, la passant de traction pure à une répartition 50/50. Pas de mode propulsion, donc.

Tant qu’à parler de modes, 5 modes de conduite sont disponibles : Slippery (glissant), Confort, Sport, Sport+ et Individual. Ils joueront sur les règles de passage des rapports, la direction assistée, la cartographie moteur, etc… Le châssis a été optimisé par rapport à la A250 : trains roulants spécifiques comportant un essieu arrière multibras, disques de frein agrandis, et plaque de protection du bas moteur en aluminium. Une suspension adaptative sera disponible en option.

Les performances sont dans la frange haute de la catégorie : 0 à 100 km/h en 4,7 secondes et Vmax limitée à 250 km/h. Des chronos similaires à ceux d’une Ford Focus RS plus puissante, mais aussi très proches de ceux de la première A45 AMG. Comme quoi, la puissance ne fait pas tout…

La carrosserie est nettement retouchée pour la rendre à la fois plus agressive et plus efficace sur piste. Et Mercedes ne fait pas dans la demie-mesure : aileron contrasté posé sur le hayon, boucliers largement aérés et assortis de lamelles, diffuseur arrière, jantes de 18″. La barre est déjà placée haut pour la future A45 ! Dans l’habitacle, retour à un peu plus de sobriété. Seules quelques touches de couleur rouge ou jaune peuvent égayer un habitacle très proche de la version civilisée. Des sièges baquets spécifiques sont néanmoins installés. L’instrumentation numérique bénéficie également d’une personnalisation AMG et peut également recevoir un petit jouet destiné aux apprentis pilotes : le Track Pace AMG. Il s’agit d’un enregistreur de données qui leur permettra non seulement d’enregistrer leur temps, mais également, en se connectant à l’affichage tête haute, de faire figurer la trajectoire idéale de leur circuit. Vous avez dit GranTurismo ou Forza ?

L’A35 AMG sera présentée au public au Mondial de Paris et commercialisée dans la foulée. Les tarifs ne sont pas encore connus. A bientôt pour la seconde mi-temps, avec l’A45 !

Crédits photos : Mercedes