L’un des derniers membres de la longue lignée des designers italiens de talent nous a quitté ce lundi. Sergio Pininfarina est décédé ce lundi à l’âge de 85 ans.

Il était le fils de Gian Battista Farina (dit Pinin – Farina) fondateur de la célèbre carrosserie turinoise et était né le 8 septembre 1926 à coté de la grande ville industrielle du nord de l’Italie.  Il était par ailleurs le cousin de Nino Farina qui fut le premier champion du monde de Formule 1, autant dire que l’homme qui obtint un diplôme d’ingénieur à l’Ecole Polytechnique de Turin en 1950 baignait et vivait dans un environnement propice à tout épanouissement d’un amateur de voitures.

Travaillant à la Carrozzeria Pininfarina, il est celui qui parvint à convaincre Enzo Ferrari en 64-65 des bienfaits de l’implantation du moteur en position centrale arrière tant pour le design des voitures que pour l’efficacité sur la routes et les circuits. C’est d’ailleurs en 1965 que la carrosserie turinoise présente la  Ferrari Dino Berlinette Speciale qui matérialise cette solution technique. A la mort de son père en 1966, il reprend les rênes de l’entreprise qu’il dirigera jusqu’en 2002 année où il laisse la place à son fils Andrea, hélas décédé en 2008 dans un accident de la route. C’est en 1972 qu’il fait construite la première soufflerie aérodynamique pour des voiture à l’échelle 1. En 1982 Sergio Pininfarina avait anticipé la révolution numérique du design automobile en dotant son entreprise premiers outils numériques de DAO dans le nouveau centre de design de Cambiano ouvert en 1980 dans la banlieue de Turin. Depuis quelques années, avec la restructuration des marques, les bureaux de style interne aux constructeurs, la Carrosserie turinoise était en proie à de grandes difficultés financières et depuis la rentrée 2011 le groupe avait cessé son activité de production de véhicules pour le compte de constructeurs, mais il poursuivait ses activités de design, d’ingénierie, de recherche et développement notamment dans le domaine des voitures électriques (on a tous en mémoire celle qui faillit être la belle Bolloré Bluecar…).

Au chapitre des éléments de sa vie, n’oublions pas qu’il a fait entrer Pininfarina en bourse en 1986, qu’il a été le président du patronat italien, la Confindustria, de 1988 à 1992. Il a aussi reçu par deux fois  le Prix Compasso d’Or (Compas d’or) en 1979 et 1994 qui est une des plus hautes distinctions en matière de design industriel et automobile. Il reçoit la Légion d’honneur en 1979 puis est fait Officier en 1997. Il fut aussi parlementaire européen de 1979à 1988. En 2005, le président italien le nomme sénateur à vie. Il fut aussi un des membres important de l’association qui milita et participa à la création de la monnaie européenne. Il était aussi le président de la commission intergouvernementale pour la préparation de la réalisation de la ligne ferroviaire à grande vitesse qui doit relier Lyon à Turin et dont on parle depuis des décennies (Pininfarina a dessiné et/ou décoré bon nombre de matériels ferroviaires). Il était le père de 3 enfants dont d’un (Paolo Pininfarina) est d’administrateur délégué de Sede Pininfarina Extra, filiale créée en 1986 et destinée au design industriel. Jusqu’au bout et même malade il était resté le président honoraire de Pininfarina Group SpA. ( http://www.pininfarina.it/ ). Il fut aussi membre du CA de Ferrari de 1969 à fin 2011.

 

On lui doit :

Pour les amateurs du grand et talentueux designer italien, il y a ce lien sur la page Facebook de Peugeot :

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.498342410191812.128177.122374334455290&type=1

On lui doit notamment :

Royaume-Uni : MG B, MG B GT, Jaguar XJ, BMC 1800 Aerodinamica, Rolls Royce Camargue Coupé

Italie : Alfa Romeo Giulietta Spider, 2900 cabriolet, Alfa Romeo 164, Alfa 33 Giardinetta, Alfa Romeo GTV, Alfetta Spider, Ferrari Testarossa, Daytona, Dino, F40, F50, P4/5, 212, 275, 342, P33 Roadster, F512 Modulo, Ferrari 365 GTC,360 Modena, 348, 355, 500 Mondial, Ferrari P4/5, Ferrari Enzo, Ferrari California, Ferrari 599, 458 Italia (2009), Fiat 518 Ardita, Fiat 1300/1500, 1600, 1600S (Coupé et cabriolet), Fiat 130Coupé, Fiat Marema,  Fiat 124 Sport Spider, Fiat Dino, Lancia Aurelia, Augusta, Aprilia, Gamma coupé, Maserati GranTurismo, Lancia Beta Monte Carlo,  A112 Giovani

Allemagne : Audi Quartz, Ford Focus CC

USA : Cadillac Eldorado Brougham, Nash Healey, Cadillac Atalante

Asie : Honda HP-X,Hyundai Matrix

France : Peugeot 403, 404, 404 coupé, 404 cabriolet , 504 coupé, 504 cabriolet, 205 CTI, 306, 306 cabriolet, 406, 406 Coupé, 1007, Bolloré Bluecar (la vraie ! 😀 )

Un petit hommage italien (et quasi obligatoire !) en vidéo.

Pour les amateurs de très beaux livres, deux références quasi incontournables sur l’histoire de la Carrozzeria Pininfarina (hélas ils quasi introuvables et chers) :

Art et industrie 1930-2000 (70 années de Pinifarina) par Antoine Prunet. ed : giorgo Nada editore  (390 pages et des centaines de photos et dessins). Le livre existe en français et en italien.

Pininfarina – Prestige d’une tradition 1930-1980 par Didier Marlin et co signé et préfacé par S.Pininfarina. ed : Edita Lausanne (250 pages et là aussi beaucoup de photos et de dessins). En français.

Crédits photos et vidéo : Pininfarina SpA, Ferrari, Peugeot, Youtube, TGla7.