Siemens se retire du marché des bornes de recharge

Voilà une annonce qui ne va pas favoriser l’essor des voitures électriques en Europe. Le puissant groupe industriel allemand Siemens vient d’annoncer qu’il abandonnait dans les prochaines semaines son activité liée aux bornes de recharge publiques pour voitures électriques.

Après l’échec cuisant de Better Place il y a quelques mois, c’est donc au tour de Siemens de jeter l’éponge et d’abandonner le développement et la production des bornes de recharge, à l’exception de celles installées à l’intérieur des domiciles des propriétaires de voitures électriques. Siemens ne produira donc plus que des Wallbox en accord et à la demande des constructeurs.
Une porte parole de Siemens explique :« Le marché des VE ne s’est pas autant développé que nous l’espérions à l’origine. Par conséquent le besoin en systèmes publics de recharge devrait être bien moins important. Siemens va tout de même remplir les contrats qu’il a déjà en cours pour cette activité mais au delà de ces contrats (NDLA : certains pourraient d’ailleurs être cédés) Siemens va donc arrêter progressivement et même relativement vite cette activité. » 

La disparition de cette activité va entraîner des restructurations au sein de l’entreprise allemande et des discussions sont déjà ouvertes avec les syndicats pour reclasser l’ensemble des salariés qui travaillaient depuis plus de deux ans dans ce domaine. L’absence de rentabilité du secteur serait la principale raison de ce retrait économico-industriel.

Voilà un nouveau coup porté au développement des VE en France mais aussi en Europe même si, dans l’hexagone, Schneider reste toujours sur le coup tout comme la société d’économie mixte Gireve qui gère les implantations dans notre pays mais qui va devoir trouver un nouveau partenaire.
Une implantation par ci, une implantation par là mais rien de plus pour l’instant en France où le développement des infrastructures tarde et n’est plus une priorité sauf pour quelques élus qui ne souhaitent pas se mettre à dos les verts dans la perspectives des prochaines échéances électorales !

Reste aussi à savoir ce que deviennent les projets d’implantation de 1300 bornes dans Londres, de 8 bornes parisiennes implantées avec BMW ou le service de mobilité transfrontalière franco allemand CROME.

Si Siemens lâche le morceau, d’autres pourraient hélas suivre et ce ne sont pas les quelques milliers de VE vendus en Europe chaque année qui risquent de changer la donne !

NDLA : En 2013, sur les 8 premiers mois de l’année, il s’est immatriculé en Allemagne à peine plus de 3300 VE…

Via L’Expansion, AFP, Bild, BFM.