Outback : Arrière pays semi aride de l’Australie situé au delà du Bush et pas très peuplé ( ~ 10% de la population du pays ). C’est une région sauvage grande comme les 2/3 de l’Europe. On y trouve beaucoup de fer, de manganèse, d’aluminium et d’uranium. La région est peuplée par les brumbies, les dingos, les cochons et chats sauvages, les taïpans du désert, les dromadaires et les kangorous en bordure d’outback.

Outback : Voiture du constructeur japonais Subaru ( Groupe Fuji Heavy Industry ), initiatrice des segments des SUV et des Crossover. La voiture est née en 1995 au Japon sous le nom de Grand Wagon. On doit son allure et esprit multifonction ( comme le fameux Victorinox ) à… un français, Olivier Boulay ( Mercedes, Maybach, Subaru, Mitsubishi ) qui imposa ce look sur la seconde génération de Legacy. L’Outback est née Legacy Grand Wagon avec Options Packages  avant de devenir en 1997 Legacy Lancaster ( sauf en Australie et N.Zélande où elle a déjà le nom d’Outback depuis 1996 ). C’est fin 1997, pour le marché nord américain qu’elle prend définitivement l’appellation Outback comme l’Impreza Wagon. Elle est bien sure une tenante du flatfour ( 2.2 L 135ch, 2.5 L 165 ch, 2.0 L 150 ch, 2.5 L 173 ch, 2.0 L D 150 ch ) et du flatsix ( 3.0 L 212 ch, 3.0 L 245 ch) et des 4 roues motrices permanente avec BVM5, BVM6 ou BVA selon les millésimes ou les moteurs. La Legacy Outback est bien sur l’inspiratrice du segment des SUV mais aussi la “grand mère” des Volvo XC70, Audi A6 Allroad ( C5 ), Alfa Romeo Crosswagon ( une voiture très chère à l’ami Mike  😉  ).

Pour ceux qui ne connaissent pas l’Outback, c’est vraiment une auto aux multiples facettes qui est un vrai plaisir sur la route mais aussi un break qui se défend très bien dans les terrains difficiles  ( voir dans la vidéo ) . Pour les amateurs de mazout, le 2.0 L D 150 convient bien à la voiture tout en étant plutôt frugal mais sinon, la voiture est un vrai plaisir avec les H4 2.5 L ( facilement au GPL car un peu gourmand ) ou H6 3.6 qui allie performances, souplesse, sonorité et singularité mécanique car avoir un flax six sous le nez c’est bien différent d’en avoir un en sac à dos ! La voiture est réputée, à juste titre, très fiable mais aussi très confortable et assez bien équipée mais sans fioriture ni gadget. Pour moi, la plus agréable reste la version 3.0 R ( ou 2.0 L D ) de 3 eme génération qui est bien plus élégante que la nouvelle et 4 eme génération qui propose les mêmes qualités mais avec un look moins avenant et plus massif.

Outback Mk I ( fin 1995- fin 1998 ).

Outback Mk II ( 1998-2003 )

Outback Mk III ( 2004-2009 )

Outback Mk IV ( 2009- )

Aussi pour découvrir cette étonnante et performante voiture, je vous propose, grâce aux journalistes de Motortrend, un roadmovie australien qui vous mènera d’Adelaïde au sud à Darwin au nord en traversant tout l’Outback du pays continent qu’est l’Australie. Prenez un peu de temps, la vidéo dure une demi heure mais c’est à voir, bien fait, agréablement filmé et ça donne envie de voyager en Sub’ ou autrement mais c’est un bon moment de voyage et de dépaysement et c’est par là.

De belles capacités pour cette version 3.0 L mais sachez que notre version 2.0 D L 150 ch se défend tout aussi bien dans des conditions difficiles notamment grâce au 4RM (v 50/50 ) et au couple suffisant du flatfour diesel qui est chantant, souple, économe mais aussi performant en cas de besoin ( 150 ch, 350 Nm, Vmax : 200 km/h, 0 à 100 km/h : 9.2 secondes, 5.8 L/100 km ). Et pour le plaisir quelques images australiennes.

Un break polyvalent tant dans ses capacités routières que dans sa facilité à vivre le quotidien et qui n’est pas une gros et haut SUV tout en en proposant des prestations hors bitumes que peu d’entre eux peuvent avancer. Une auto méconnue qui mérite une place dans les garages !

Via Motortrend, Subaru, Youtube.

Crédits Photos : Motortrend.