Parmi la myriade de nouveautés du salon de Francfort, il y en a une qui n’est pas allemande, qui ne fait pas plus de 600 ch, qui n’est pas électrique, mais qui vaut quand même carrément le détour : la Suzuki Swift Sport.

Les petits boules de nerf reviennent à la mode. Après la VW up! GTI, le japonais Suzuki nous gratifie d’une version musclée de sa petite citadine Swift, qui n’est pas encore commercialisée chez nous. La précédente version avait déjà connu un joli succès d’estime auprès des amateurs (retrouvez d’ailleurs notre essai par Thomas ici), et la remplaçante était attendue de pied ferme.

Alors, qu’est ce qui change ? A peu près tout. Commençons par l’esthétique, reprenant bien sûr celle de la nouvelle génération (relire ici). Un peu plus consensuelle, moins typée, la nouvelle Swift rentre un peu dans le rang, mais il faudra la voir en vrai dans la rue pour se faire une impression définitive. La Swift Sport gagne par rapport à la version civilisée un petit survet’ assez discret : jantes 17″, bouclier avant spécifique, jupes latérales et deux sorties de pot encadrant un diffuseur. C’est de bon goût, suffisamment différenciant (mmmmh le beau terme marketing) mais sobre. A condition d’éviter le jaune pétant, bien sûr.

Le plus intéressant se cache bien sûr sous le capot. Changement radical : au revoir l’atmo, bonjour turbo. Le 1,6 litre est remplacé par un 1,4 litre Boosterjet de 140 ch. Puissance équivalente à la première Swift Sport, mais le couple fait un bond de 70 Nm, merci effet turbo, en atteignant les 230 Nm. Et encore plus intéressant : le poids est en baisse de 80 kg. Cela promet de belles perfs dans les virolos de la Vallée de Chevreuse/Suisse Normande / (insérez votre spot préféré ici).

On continue les bonnes nouvelles avec une boîte manuelle 6 rapports, des amortisseurs Monroe et une rigidité promise 1,4 fois supérieure. Bref, du tout bon !

L’habitacle est amplement modernisé (ouf !) avec notamment un gros écran multimédia sans lequel une voiture moderne mérite de finir sur un bûcher. Des accents de rouge viennent égayer le noir ambiant. C’est connu, le rouge ça va vite. Ça reste sobre, mais peut être un trop. Les sièges à carreaux de la up! GTI me semblent soudainement très attirants.

Vous voulez des perfs, un prix, une dispo ? Vous n’aurez rien. Je suis méchant. Et surtout Suzuki n’a rien communiqué pour l’instant. Mais nous allons en reparler, c’est sûr !

Crédits photos : Suzuki