4me manche du World Rally Championship FIA, le Tour de Corse a tenu toutes ses promesses en terme de spectacle, notamment grâce à une météo au beau-fixe, des équipages au rendez-vous, des paysages à couper le souffle et une ambiance légendaire. Ogier confirme, Loeb fait le spectacle et Toyota passe à l’offensive. Résumé du week-end.

Avec seulement 12 étapes durant le week-end, le Tour de Corse 2018 constitue un rallye asphalte éprouvant pour les hommes comme pour les machines, certaines spéciales dépassant les 50 km. La première spéciale « La Porta – Valle du Rostino », longue de 49,03 km et particulièrement étroite lançait les hostilités dès le vendredi. Ogier (M-Sport) fidèle à ses habitudes creuse l’écart dès le début en prenant près de 10 secondes d’avance sur Sébastien Loeb (Citroën) et plus de 18 secondes sur le premier pilote Toyota Tänak suivi de Meeke (Citroën) et Neuville (Hyundai) à respectivement 1 et 3 secondes d’écart. Latvala (Toyota) perd beaucoup de temps sur la première spéciale (+46,2 secondes) et s’étonne en bien de la performance de sa Yaris WRC sur terrain sec. Mikelsen (Hyundaï) fait une erreur dès le premier virage et perd également près de 40 secondes sur la voiture de tête.

Malheureusement, l’équipage Loeb/Elena sort dès la deuxième spéciale et est contraint d’abandonner pour la journée. Toute chance de victoire pour le rallye lui échappe alors. On retrouvera toutefois le duo francophone pour le reste du week-end, prêt à signer quelques temps scratch et bien décidé à assurer le spectacle pour un public venu en masse admirer la légende WRC. Les pilotes Toyota Gazzo Racing prennent leurs marques avec leurs voitures et se sentent plus à l’aise dès la fin de la deuxième spéciale même si ces 3 derniers restent dubitatifs quant aux réglages optimum à adopter. À la fin de la première journée, Ogier mène le classement général avec 33 secondes d’avance sur Neuville, 38 sur Meek tandis que le premier pilote Toyota (Tänak) point à 44 secondes derrière le pilote M-Sport.

Aux deuxième jour, les deux plus longues spéciales montent jusqu’à 35,6 km de longueur. Latvala prend peu à peu de la distance avec le trio de tête et affirme être mécontent des notes tout au long de la journée. Après plusieurs réglages, Tänak et Lappi parviennent enfin à trouver les bons réglages et pointent tous deux à environ 1 seconde Loeb en temps scratch sur la 6me spéciale. Le pilote alsacien quand à lui signe son deuxième temps scratch de la journée et assure le spectacle.

Malheureusement, à la fin de la journée, Latvala heurte un arbre et sa voiture subit de gros dégâts à l’arrière droit. Le Team obtient une autorisation et 3h de temps pour essayer de réparer la voiture pour revenir en course et parcourir les 4 dernières étapes du dimanche. Les dégâts s’avèrent beaucoup pus importants que prévus, Latvala a également pris trop de retard au général, c’est l’abandon. Lappi (Toyota) reste très satisfait de ses réglages et signe le meilleur temps sur la 8me et dernière spéciale de la deuxième journée du Tour de Corse.

Pour la 9me spéciale, Loeb signe une fois de plus le meilleur temps moins d’une seconde plus rapide que Lappi. Ce dernier ainsi que Tänak passent à l’attaque au profit du Team Toyota Gazoo Racing afin de rattraper les résultats décevants du rallye du Mexique précédemment. Ogier bénéficiant d’une avance confortable compte assurer sa position de leader pour le week-end et ne prend pas trop de risque. Lors de la 10me et dernière spéciale du samedi, Meeke (Citroën) comprend mal une note et passe un virage à droite 2 rapports au dessus de l’optimal et sort ainsi tout droit pour venir se poser délicatement dans un arbre dans le maquis. Peu de dégâts sur la voiture et aucun mal pour l’équipage qui lui aussi perd quasiment toutes ses chances de bon classement au général du rallye.

Dernière spéciale du week-end avant la Power-Stage (qui permet de gagner 5 points pour l’auteur du meilleur temps scratch), Lappi fait une erreur en sortie de virage, survire et crève. Il perd près d’1min30 à changer la roue et perd lui aussi tout espoir de top 5.
Tänak une nouvelle fois en forme signe le meilleur temps sur cette spéciale de plus de 55 km et met 13,5 secondes dans la vue d’Ogier et également 13 secondes à Neuville et obtient ainsi la deuxième marche du podium.

Ogier (M-Sport) termine donc vainqueur, Tänak (Toyota Gazoo Racing) à 31 secondes. Neuville, déçu de son week-end, pointe à la 3me place suite à un problème moteur et une erreur dans la 11me spéciale.

Rdv dans deux semaines pour le Rallye d’Argentine !

Crédits photos : Ancelin Schoenhentz