Le communiqué officiel publié hier est très clair dès la première ligne. Akio Toyoda le dit sans ambages ni détour :« Toyota Australia annonce arrêter la fabrication de voitures en Australie d’ici la fin de l’année 2017. »

Max Yasuda, le patron de Toyota Australia, poursuit en expliquant que plus de 2500 salariés seront directement concernés fin 2017 par l’arrêt de la production sur le site d’Altona en Australie. Et il ajoute que bien sur plusieurs milliers d’autres personnes, essentiellement chez les sous traitants, seront impactées par la fin de la fabrication de Toyota en Australie.

Toyota Altona Australie par ABC News

En Australie, le groupe automobile japonais produit encore plus de 100.000 berlines chaque années, essentiellement des Camry et des Aurion (versions plus luxueuse de la Camry) mais aussi autant de moteurs. Toyota produisait en Australie depuis 1958. Le constructeur suit ainsi le mouvement initié par Ford, puis General Motors qui vont eux aussi quitter l’île-continent.
Cette décision a été prise pour plusieurs raisons, parmi lesquelles :

– un marché difficile et pas forcément important
– le départ des concurrents
– un dollar australien fort qui rend les exportations très difficiles
– une fronde politique qui demande l’arrêt des aides gouvernementales au secteur automobile
– la hausse des coûts de production (salaires notamment)
– des économies d’échelle impossibles à mettre en place avec les sous traitants locaux

Entre le départ de Ford à l’automne 2016, celui de GM au second semestre 2017 et celui de Toyota fin 2017, ce sont aux environs de 70.000 emplois directs et indirects qui vont disparaitre tout comme certaines spécificités automobiles australiennes comme les fameuses Ute, les Ford Falcon et Holden Commodore qui font les beaux jours du championnat V8 australien.
Disparition des usines et des emplois ne veut pas dire retrait des marques qui resteront présentes sur place avec les mêmes autos que partout ailleurs dans le monde. Toyota précise enfin qu’il va garder sur place une petite structure dédiée à la conception et à l’adaptation des modèles à la demande des clientèles australiennes mais aussi néo zélandaises.

NDLA : pour l’exercice 2013-2014 (1er avril 2013-31 mars 2014), Toyota devrait réaliser un bénéfice compris entre 14.0 et 14.5 milliards d’euros.

Via Toyota, AP.
Crédit photo : ABC News.