L’avenir est beau, c’est ce que doit encore penser Victor Muller avec un nouveau Plan B en poche pour tenter de reporter le moment fatal qui s’approche inexorablement si l’on se fie aux derniers développement du feuilleton suédois.

Alors que l’on pensait la chose entendue et réglée avec la signature il y a une dizaine de jour d’un protocole d’accord entre Swan et le consortium chinois Pang da/Yougman Lotus Automobile. Si l’on se rappelle l’affaire, les chinois emporte l’affaire et Saab pour 100 millions d’euros et promettent d’investir plusieurs centaines de millions pour pérénniser l’avenir du constructeur suédois.

Hélas, les nuages s’amoncellent au dessus de Trollhättan. A commencer du coté chinois et de Pang Da qui accumulent les pertes depuis le début de l’années et qui s’élèveraient aux environs de 945 millions d’euros, sans compter que le groupe s’est porter garant pour des prêts de clients qui pourraient vite devenir “toxiques”. On parle dans le cas présent de près de 345 millions d’euros et face à cette situation, les partenaires du puissant groupe chinois de distribution freineraient des 4 fers dans le dossier Saab. Mais cela n’est rien à coté du problème GM et des licences intellectuelles liées aux produits Saab. Le puissant groupe automobile détient au minimum plusieurs dizaines de licences rattachées aux voitures Saab et GM estime que pour 100 petits millions d’euros, il ne peut y avoir de licence associée à la vente de Saab. GM met entre autres, en avant, le fait que cela positionerait en face de produits GM destinés à la Chine des produits Saab China équipés des mêmes technologies et cela est intolérable pour GM qui a encore son mot à dire dans tout ce qui concerne le devenir de Saab.

Pour couronner le tout, on a appris aujourd’hui que GM venait de stopper la production du SUV 9-4X sur son site mexicain de Ramos Arizpe où est produit le cousin du SUV suédois, le Cadillac SRX. Cette fois c’est sur, en dehors des fonds de stocks, il n’y a plus aucune Saab neuve de produite aussi bien en Suède qu’au Mexique.

Reste maintenant à savoir quelle botte secrète (ou Plan B) va trouver Victor Muller pour se donner encore un peu d’air pour quelques jours ou semaines car sans accord de GM rien ne se fera et du coté de Detroit, on ne semble pas décider à céder. Reste au patron de Saab à se tourner vers le fond d’investissement américain North Street Capital pour trouver une solution mais il est très peu probable que le fond puisse réunir assez vite plusieurs centaines de millions d’euros si ce n’est milliard grâce à quelques investisseurs. On ajoutera que différentes enquêtes faites sur le fond NSC montrent que ce fond n’est pas d’une grande solidité ni d’une grande fiabilité. Aussi il serait étonnant, en prenant en compte tous ces éléments, que Swan et les partenaires chinois puissent valider définitivement leur accord la semaine prochaine avec tout les risques que cela entraine !

 

Via Ttela.se, DI, Autoblog.