Venturi késako ?

Parmi les lecteurs qui sont nés après les années 1995, beaucoup n’ont sûrement jamais entendu parler de la marque française de voiture de sport Venturi.

Un peu d’histoire :

Revenons dans les années 80. En 1984, quatre anciens salariés de la société Heuliez décident de mettre à profit leurs compétences. Le 24 septembre 1985 une nouvelle marque française, « MVS » pour Manufacture de Voitures de Sport, voit officiellement le jour avec Hervé Boulan comme PDG.

En 1986, Venturi est dévoilée au mondial de Paris. C’est l’occasion pour la marque de se faire connaitre. Hervé Boulan a pour but de rivaliser avec des marques comme Ferrari et Porsche. Au début, la marque était à Cholet (1985-1990) puis fut délocalisée à  Couëron prêt de Nantes (1990-2000).

J’épargne tous les différents PDG et associés de cette marque.  Ce qu’il faut retenir c’est que la France avait enfin l’espoir d’avoir une marque sportive française pour concurrencer allemandes et italiennes. En lisant ces lignes, vous devez vous penser : Mais c’est super !

Pourquoi n’en ai-je jamais entendu parler ? Pourquoi cette marque n’a pas fonctionné ? L’explication est très simple : Qui serait assez fou pour mettre l’équivalent de 100 000€ (à l’heure d’aujourd’hui)  dans une voiture que peu de gens connaissent et dans une marque qui n’a pas d’historique ? Environ 520 MVS/Venturi sont sorties des chaînes de Venturi.Il y a donc 520 fous qui ont cru en Venturi.

Mon premier souvenir de Venturi ? A l’âge de 10 ans, à vélo dans ma ville, une voiture bleue me dépasse et  ressemble à une F40. J’étais d’ailleurs persuadé d’avoir vu une F40 bleu nuit, c’est en rentrant chez moi et en regardant les photos de F40 de plus près que je me rendis compte de mon erreur. Mais alors qu’était-ce ? Une Venturi 400 GT.

Avant de vous parlez plus amplement des Venturi, je vous propose une courte vidéo des deux bolides qui étaient à notre disposition :

Le jeu des 7 erreurs :

Pour des raisons de coûts,  Venturi a utilisé des pièces appartenant à d’autres voitures de l’époque. Saurez-vous les retrouver ?   Les indices sont : BMW série 3, Citroën CX et Renault Fuego et R16.

Pour la petite histoire, la marque à connue deux logos, le premier MVS de 1984 à 1990. Puis de 1990 à 2000 un tout autre logo : Un oiseau en blanc, visiblement un gerfaut qui est surmonté d’un soleil. Celui-ci apparaît sur un fond bleu qui est lui-même autour de rouge. Ces trois couleurs rappellent bien évidement celle de la France mais on peut aussi penser à une provocation des marques aux chevaux ? Venturi remplaçait les logos MVS à tous ceux qui le désirait lors d’une révision par exemple.

Aujourd’hui c’est donc une Venturi 210 et une 260 Atlantique qui sont au rendez-vous. D’un côté, une voiture très confortable et luxueuse, de l’autre une voiture sportive performance et dépouillée. Le lieu du rendez-vous ? La ville de naissance de la marque, Cholet. Je vous parle de Venturi pour plusieurs raisons: la première c’est que la marque fête cette année ses 30 ans. La deuxième, habitant près de Cholet, il m’a presque été facile de vous trouver ces perles rares.

La sportive : 260 Atlantique

De mon point de vue, la 260 Atlantique est un peu l’image de marque de Venturi, un peu comme l’iPhone à Apple. On pourrait aussi la comparer à la version GT3 dans la famille des 911. Son châssis en  en carbone acier permet une excellente rigidité.  Venturi a rajouté des caissons à l’avant et à l’arrière afin d’équilibrer les charges. La carrosserie, entièrement en polyester, permet de rester sous la barre des 1100 kg.

PRV :

C’est l’acronyme de Peugeot-Renault-Volvo.  Et oui, ces trois marques ont développé dans le temps un moteur V6. Il a été intégré dans la Peugeot 504 et la Volvo 264. Bien entendu, il a été entièrement retravaillé par Venturi qui l’a doté, par exemple, de pistons modifiés ou bien d’arbres à cames spécifiques.

La cerise sur le gâteau est l’ajout d’un turbo GARRET T3. De quoi rendre ce moteur explosif. Et en effet, la 260 atteint le 0 à 100 Km/h en à peine moins de 5.3 secondes.  Les radars étant encore très rares sur nos routes françaises, elle pouvait facilement rouler jusqu’à 270 km/h. De quoi aller chercher les Ferrari ou autres Porsche.

Le problème de ce moteur ? Il est tout simplement inaccessible. N’ayez pas peur de payer de nombreuses d’heures de main d’œuvre lors d’une révision. Par exemple, pour changer des bougies, il faut compter plus d’ 1 bonne  heure. On  peut déposer le GMP en 3 heures avec le matériel adéquat. Le bloc PRV offre une consommation moyenne de 11.1 l/100 km, ce qui est « raisonnable » pour une voiture de cet âge.

Voiture artisanale = mauvaise finition ?

Faux ! Chez Venturi, la voiture est faite à la main. Cette version 260 Atlantique allie cuir, carbone et aluminium. Les sièges types baquets signés RECARO sont très enveloppants. Du coté des équipements, vitres électriques et même climatisation. Mais chaque voiture peut-être personnalisée comme le client le désire.

Ces voitures étant trop rares et trop important aux yeux de leur propriétaires je n’ai pas osé demander le volant. Je m’y suis donc installé en tant que passager.

Les questions comme la tenue de route ou le confort me passent par la tête. Sera-t-elle aussi sportive qu’une 911 ? Après les premiers tours de roues, on sent la sportive au niveau des suspensions. Jusque-là rien de bien exceptionnel. Mais quand le conducteur se met à légèrement appuyer sur l’accélérateur, je me dis «  Ah oui quand même ! ».

Grâce au turbo, cette voiture a eu le don de me coller au fond du siège. L’accélération est presque aussi brutale que sur la Corvette. Et comme la Venturi est bien plus légère, je vous laisse imaginer le plaisir de conduite que l’on peut ressentir.  Mais contrairement à ce que vous pouvez penser, le turbo ne se déclenche pas instantanément. Il faut donc réfléchir avant d’appuyer sur la pédale de droite. Le freinage ne parait pas assez mordant.

Au final, pour une voiture qui a 22 ans, elle reste tout à fait aux performances du jour. C’est donc vous dire le travail que Venturi avait effectué.  Je ne peux pas vous donner plus d’informations sur la conduite.  Mais rappelons que cette voiture n’est pas équipée d’ESP et toute autre électronique du 21 ème siècle.  Elle est donc destinée à ceux qui savent conduire.

Venturi CUP 221 : L’entrée de gamme

De L’autre côté de la route se trouve la CUP 221. Châssis N°184, elle servit au Sport Auto N° 345. On découvre un univers différent. Luxe et confort sont les mots qui désignent le mieux cette auto.   Climatisation, sièges en cuir, direction assistée, auto radio et vitres électriques sont des équipements de séries. Pas tout à fait comme chez Porsche. Lorsque l’on monte à bord, on pourrait presque se croire à bord d’une certaine Jaguar… XJ-S.

Cuir et bois recouvrent l’habitacle entièrement fait à la main. la finition est parfaite. Le moteur de la 210  est sur la même base que celui de la 260 Atlantique sauf que celui-ci développe 200 chevaux.  Même si la voiture est moins sportive que la 260 Atlantique, cette version de base  peut tout de même avoir un caractère sportif. La preuve , le 0 à 100 Km/h est abattu en 6,5 secondes et le 1000 DA en 26,5 secondes.  Comme on peut l’entendre sur la vidéo, le bruit du turbo est très présent. Ce dernier l’était d’ailleurs tellement que Venturi a dû l’atténuer à la demande de ses clients. En parlant de Turbo, d’après le propriétaire, il n’est pas très linaire puisqu’ il se met à pousser fort à partir de 3.000 tr/mn alors que sur la 260 Atlantique, il serait plus linéaire. Le châssis est équipé d’amortisseurs réglables d’origine. Ils offrent un très bon compromis entre confort et efficacité.

Un petit détail que j’adore : ses feux qui se lèvent donnant à la Venturi le charme des voitures des années 80 !

On retiendra que Venturi est pour moi la dernière marque sportive française. La 260 et la 210 sont des voitures qui, à leur début, n’avaient aucun historique et qui aujourd’hui à cause de l’évolution de la marque sont entrées dans la légende.

A l’heure actuelle, vous n’en trouverez pas beaucoup à vendre sur le marché car lorsque l’on a la chance  de posséder une Venturi, on la garde. Mais comptez tout de même entre  20.000€ et 40.000€ pour une Venturi.

Pour mémoire, le Club Venturi organisait une rencontre pour célébrer les 30 ans de la marque lors des Classic Days à Magny-Cours les 3 et 4 Mai 2014. Des photos de ces deux journées sont disponibles sur la page Facebook du Club Venturi.

via communauté Venturi Crédits photos  Adelin Bourigault, Flavien pour blogautomobile.fr

Crédits vidéo : M.Voisin, A.Jaouen

Remerciement à Emmanuel et Laurent pour la mise à disposition de leur Venturi.