manuel-valls

L’affaire se déroulait samedi dernier, le 6 juillet. En cette journée de premier « grand départ » pour les congés estivaux, le ministre de l’intérieur, Manuel Valls s’est rendu dans le Gard à Marguerittes sur l’aire de l’autoroute A9 qui est installée dans le sens Lyon-Montpellier. Il s’y est rendu pour inspecter et découvrir le dispositif de sensibilisation à la Sécurité Routière composé des stands des « ASF fourgon accidenté », de l’association prévention routière, de la Croix rouge ainsi que plusieurs ateliers comme celui du simulateur de conduite d’un deux roues ou celui de la découverte de la signalisation routière. Les pompiers locaux du SDIS 30 étaient de la partie avec la toujours « fameuse » désincarcération qui plait tant aux ministres de la république depuis des années !
En tant que ministre de l’intérieur, Manuel Valls a fait comme bon nombre de ses prédécesseurs, il est allé rendre une amicale visite aux gendarmes qui étaient de permanence au point de verbalisation mis en place sur l’aire de repos.

Le ministre de l’intérieur a l’air d’avoir trouvé un de ses chevaux de bataille avec la Sécurité Routière et de marteler depuis des mois que l’objectif est d’atteindre les 2000 morts/an sur les routes françaises en 2020. Il affirme même qu’en  2013 la France peut approcher du seuil des 3200-3000 morts contre 3645 décès l’an passé. Pour atteindre le but fixé de 2000 morts en 2020 ( 1000 morts en 2030 et donc… o mort en 2040 !!!) , le ministre a fermement rappeler à toute l’assistance que la première cause de mortalité au volant était… comme d’habitude… la vitesse, suivie par l’alcool puis le téléphone portable. Pas un mot sur les médicaments, les stupéfiants, les autos délabrées, et seul un bref rappel au sujet de la fatigue et de la somnolence quand on part en vacances élargit le débat sur la Sécurité Routière.

Un discours convenu, classique depuis 30 ans au moins et la même approche que ces prédécesseurs font que rien ne bouge sauf le nombre de flashs et le montant des PV qui augmentent régulièrement.
A croire que Chantal Perrichon prend possession du corps et de l’esprit de tous ceux qui sont chargés de la sécurité sur les axes routiers !

Via Ministère de l’Intérieur, MidiLibre.