BlogAutomobile

Voitures électriques : Quelques informations !

 

 

Commençons par une information qui va faire plaisir aux amateurs et aux utilisateurs de VE. L’Acea ( Associations des constructeurs européens d’automobiles ) vient d’annoncer que les membres de l’association venait de se mettre d’accord pour une normalisation des infrastructures dédiées à la recharges des véhicules électriques.

En clair, cela veut dire que les fournisseurs d’énergie mais aussi les constructeurs viennent de se mettre d’accord pour une standardisation des prises qui permettront aux VE de faire le plein. Ainsi quelque soit les choix ( recharge normale, rapide ) et les opérateurs ( privés et publics ), les systèmes de connections seront standard sur toutes les autos. Les constructeurs mettent en avant à juste titre que l’actuelle multiplicité des modèles de prises n’aide pas au développement des VE mais aussi des infrastructures car cela fragmentent le marché en micro marchés liés à chaque constructeur et à un opérateur associé. Ce type de prise standardisée doit aussi fonctionner avec le courant continu et le courant alternatif.

On ajoute que cette standardisation permettra la réduction des coûts de fabrication. Cette norme européenne doit être mise en place pour 2017 et il faut espérer qu’elles seront compatibles avec la nouvelle norme qui vient d’être mise en place du coté des constructeurs japonais. Par ailleurs du coté de l’Acea, on fait aussi savoir que l’on souhaite une taxation commune et uniforme des véhicules électriques afin de permettre au marché de se développer.

 

Alors que les constructeurs et fournisseurs se mettent d’accord pour des normes en matière de prise électrique, du coté de la Belgique, on découvre que Total, qui se veut un futur opérateur important du secteur de l’alimentation électrique et ses bornes, fait un bide avec ses bornes Plug to drive. Un porte parole du groupe pétrolier confie : ” Nous enregistrons moins d’une visite hebdomadaire pour chacun de nos douze premiers sites mis en place depuis janvier 2011. Il n’y avait pas d’objectif fixé pour cette première année de mise en route du système mais nous pensions qu’il y aurait tout de même un peu plus de demande et que la croissance serait au rendez vous !”.

Reste que le modèles choisit par Total pouvait laisser craindre un échec pour plusieurs raisons :

le faible nombre de VE en Belgique

le faible volume de vente des VE en Belgique ( 85 autos en 6 mois  )

un modèle économique et commercial risqué

En effet chez Total, on n’est pas des philantrope et on a instauré un système de facturation qui peut rebuter pour des raisons de coût :

4€ les 10 minutes de recharge rapide ou les 20 minutes en recharge semi rapide ou 1 heure en recharge lente

Cette facturation fait, par exemple que pour une recharge classique de 7-8 heures ( toutes les batteries n’acceptent pas les recharges rapides à fort ampérage ), un coût de 28 à 32€… Pas rien alors que la même chose chez soi ne coûtera  que 2 à 3 euros. Il semble que chez Total mais aussi chez d’autres opérateurs on cherche à amortir très vite les stations de recharge dont les tarifs sont assez élevés en peu de temps. Hélas il apparait que cette situation compromet la viabilité du système et l’attrait des gens pour les VE car selon quelques enquêtes, il apparait que les possesseurs de VE sont peu enclin a aller faire le plein dans ses nouvelles stations services et préfèrent se fournir en énergie à la maison. Certains remettent même déjà en cause le principe de la VE et disent envisager dans le futur l’achat d’une hybride, d’une hybride Plug-in ou d’une VE à prolongateur d’autonomie plutôt qu’un VE. A suivre.

La dernière information est une petite étude réalisée par Jato Dynamics qui a pour thème les véhicules électriques homologués et immatriculables sur le marché européen du 1er janvier au 30 juin 2011. Selon Jato, le principal enseignement de cette étude, c’est que les ventes de véhicules électriques ( toutes marques et tous types confondus ) ne décollent pas du tout en Europe puisqu’ils représentent sur les marchés de l’UE 0.07% des ventes de véhicules neufs ou 5222 exemplaires.

Les trois principaux marchés pour les VE sont l’Allemagne, la France et la Norvège et ils représentent à eux seuls 50% du marché européen. On constate aussi que dans des pays où l’on a fait de l’écologie automobile un vrai sujet politique et ” citoyen” , où l’automobile “thermique” est fortement taxée comme le Danemark ou les Pays Bas, les ventes de VE ne décollent pas du tout et à titre d’exemple au Danemark, ce sont seulement 283 VE qui ont été mis à la route en 6 mois ce qui est très peu quand on connait les aides et les incitations dans ce pays. Il en est de même pour le Portugal où la Leaf est, par exemple, vendue depuis 9 mois au moins et où Nissan avait annoncé une déferlante Leaf puisque Lisbonne avait servi de cadre à la présentation européenne de la voiture. Les anglais ont tout de même immatriculé près de 600 autos électriques mais il faut prendre en compte les nombreux petit VU électriques et les autos genre Reva qui circulent dans le grand Londres.

Aussi pour confirmer ces propos voici les chiffres de vente pour le premier semestre 2011 :

1- Allemagne : 1020 VE

2- France : 953 VE

3- Norvège : 850 VE

4- Royaume Uni : 599 VE

5- Autriche : 347 VE

6- Danemark : 283 VE

7- Pays Bas : 269 VE

8- Espagne : 122 VE

9- Suède : 111 VE

10- Italie : 103 VE

11- Portugal : 93 VE

12- Belgique : 85 VE

13- République Tchèque : 43 VE

14- Irlande : 36 VE

15-Roumanie : 2 VE

On constate donc que dans un grand nombre de pays de l’Union il n’y a encore aucune ventes de véhicules électriques vendus ce qui n’est pas très encourageant pour les “pro voiture électrique”. Aussi pour les constructeurs et l’Acea, la part des VE a été revue à la baisse dans le marché automobile et on parle désormais d’une part de marché pour les VE comprise entre 3 et 10% au grand maximum aux environs de 2025 soit dans une quinzaine d’années environ. Reste que les quelques constructeurs fortement impliqué dans les VE ont demandé une hausse des incitations fiscales et des aides destinées à l’achat des voitures électriques… Mais dans la conjoncture actuelle pas sur que la demande soit entendue à l’heure des restrictions budgétaires des états membres de l’union mais aussi au moment où le vice président du groupe automobile coréen Hyundai Motors ( Hyundai + Kia ), Yang Woong Chul a déclaré que les VE ne sont pas un marché d’avenir et qu’il est très peu probable que les voitures électriques finissent un jour par remplacer les autos à moteurs thermiques. Ainsi dans le groupe automobile coréen, il est peu probable qu’on est plus d’un modèle urbain produit en série qui soit alimenté par des batteries ( ce pourrait être la Kia Tam ). Chez Hyundai on travaille sur la pile à combustible et on pourrait voir apparaitre un premier modèles en 2015-2016 mais d’ici là les motorisations hybrides seront arrivées dans les deux gammes même si une petite série de 2500 i10 BlueOn EV pourrait être produite d’ici à fin 2012. En tout cas, c’est une déclaration qui laisse une belle place à l’hybridation, aux hybrides Plug-in et aux VE avec prolongateur d’autonomie mais surtout un discours qui rejoint celui qu’avait tenu au printemps dernier le patron de BMWNA. Les VE, un sujet qui risque bien de nous mettre encore quelques fois sous tension dans les prochaines années !

 

Via Acea, JatoDynamics,SudPresse, Hyundai.