SAM_4740

Laisse tomber les rennes, c’est ringard et ça détruit la couche d’ozone. Père Noël, on t’a trouvé une nouvelle voiture : le Volkswagen Multivan !

Cher Père Noël. En ce moment de l’année où tout le monde t’envoie sa liste de cadeaux, sache que la mienne est assez simple : une Caterham, une Morgan Three Wheeler, une Morgan V6 Roadster et un Land Rover Defender dans sa série limitée « Héritage édition ». Tu as vu, Père Noël, je ne t’ai pas demandé de VW Combi de collection, tel que le 23 fenêtres de 1955 qui a été estimé à 240 000 €, car j’ai des goûts simples et assez bon marché. Par contre, si tu trouves une Alpina B7 turbo 3.5 sur base de vieille BMW Série 6, ça le fera bien aussi. Je te le promets, j’ai été super sage. Demande à qui tu veux, tu verras, c’est vrai…

Quoique : tout se paye dans la vie et, hélas, Père Noël, voici le moment de l’année où Chantal P. va pouvoir se venger. En fait, il semblerait que je n’aie pas été aussi sage que ça et j’avoue avoir deux ou trois trucs à me reprocher, comme avoir mis le feu à des freins de Ford Focus ST, ici… Pour le blog, j’ai même fait une photo de compteur d’une Kia à 131 km/h, ici, tu imagines (en même temps je ne sais pas si on me reproche d’avoir fait une photo de Kia ou roulé à 131 km/h).

Du coup, les cadeaux, pour moi, c’est râpé. Mais c’est pas grave, parce que j’ai pensé à toi, Père Noël. Vire tes rennes, c’est ringard. Je t’ai trouvé une nouvelle voiture : le nouveau Volkswagen Multivan, le sixième du nom, bâti sur la plateforme du T5, mais que l’on reconnaît par ses feux à LEDs à l’avant et à l’arrière, ses coquilles de rétroviseurs ancrées plus bas et faisant moins « utilitaire », sa nouvelle calandre et son nouveau bouclier avant, ses touches de chrome, les emplacements de rappels latéraux des clignotants installés plus haut, et sa vitre arrière plus large.

SAM_4725

SAM_4683

SAM_4744

SAM_4678

En plus, Père Noël, ce nouveau T6 est disponible dans une nouvelle et bien nommée finition « Génération Six » carrément cool, puisqu’elle constitue un bel hommage aux Combis de ta jeunesse, avec son coloris bi-ton et ses jantes blanches (outre ce blanc/cerise, le Generation Six est également disponible dans des tons blanc/beige, blanc/vert bambousseraie ( ?) et argent/bleu, mais c’est beaucoup moins corporate). À l’époque, déjà, il t’avait tenté, mais avec son flat-four de 1192 cm3 et 25 ch, tu avais eu peur de ne pas pouvoir tenir les délais.

combis

Mais avec celui-là, tu vas enfin pouvoir les dégager, tes putain de rennes. En plus, les rennes, ça a une haleine de chacal, ça pète, et tout le monde sait que les animaux, par leurs flatulences, sont responsables du réchauffement climatique, car ils émettent, selon la FAO, 18 % des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Et tout le monde sait aussi qu’en comparaison, un 2.0 TDI de chez VW, c’est super vertueux : grâce à la présence d’un stop & start, nouveauté sur cette génération T6, la conso mixte est de 6,2 l/100. La preuve, c’est qu’à l’issue d’un long essai, j’ai fait du 7,6 l/100 sur nationale avec beaucoup de 4 voies, à nouveau 7,6 l/100 sur départementale à un rythme assez cool, mais avec quand même beaucoup de villages traversés, donc beaucoup de relances, et du 8,8 l/100 sur autoroute en mode prudent, mais avec mon ami Waze. C’est pas délirant, comme conso, car le Volkswagen Multivan est quand même un engin qui a un Cx équivalent à celui du château de la Belle au Bois dormant et qui pèse 2340 kilos à vide dans cette finition. Donc, tu verras, Père Noël, ça te coûtera moins cher de faire le plein de gasoil que de nourrir tes rennes, car le lichen, c’est quand même pas donné.

SAM_4708

203 chrono !

Et il pédale sévère, ce minibus ! Là, tu sais que tu vas pouvoir faire le job dans les délais impartis. Enfin, pas exactement avec celui des photos : car si le Multivan est dispo en France en Diesel avec un seul moteur, un 2.0 TDI de 1968 cm3, celui-ci est proposé dans plusieurs niveaux de puissance. Tout en haut, il y a la version biturbo de 204 ch (à 4000 tr/mn, et 450 Nm à 1400) qui, en version 2 roues motrices (la version 4Motion est un chouia moins performante), abat le 0 à 100 en 9,8 secondes et pointe à 203 km/h ! 203 ! Avec ça, Père Noël, tu vas pouvoir faire des appels de phare sur l’Autobahn à ce bouffon de Saint Nicolas, à ces has been de Balthazar, Gaspard et Melchior et tous les autres baltringues qui se traînent. Je suis sûr que tu rigoles d’avance dans ta barbe en imaginant la tête qu’ils feront en se faisant doubler par un Multivan à 203 km/h !

SAM_4749

À l’autre extrémité du spectre, le Multivan existe en version 102 ch (à 3000 tr/mn, et 250 Nm à 1500) et là, forcément, les performances sont moins glorieuses : passe encore pour la vitesse de pointe de 157 km/h, mais le 0 à 100 en 17,9 secondes, ça va juste pas le faire parce que même tes rennes, ils ont plus la pêche que ça. Du coup, ma version d’essai n’est pas un mauvais compromis : le 2.0 TDI sort ici 150 ch à 3250 tr/mn et 340 Nm à 1500, ce qui lui permet de pointer à 182 km/h et d’abattre le 0 à 100 en 12,9 secondes. Note, Père Noël, que le Multivan est également disponible avec deux motorisations essence, des 2.0 TSI de 150 et 204 ch, mais comme elles se prennent des malus de 8000 €, on ne voit pas bien qui va les acheter en France. Pauvre pays.

SAM_4670

Dans les faits, tu verras que le 2.0 TDI 150 est extrêmement souple à bas régime, avec une allonge correcte et une belle disponibilité entre 2 et 3000 tr/mn, et qu’il ne sert évidemment à rien d’aller taquiner la zone rouge située à 5000 tr/mn. Avec la boîte 6 manuelle (facile à manipuler avec son implantation à proximité du volant, et plutôt agréable avec ses débattements courts et ses verrouillages francs même si, Père Noël, un type zen comme toi mérite plutôt la DSG7, faudra juste penser à rajouter 2560 €), le Multivan tire un poil long : 90 km/h à 1500 tr/mn en 6ème, 120 à 2000 tr/mn. Sur départementale et nationale, tu pourras, Père Noël, faire des reprises en 6ème avec un œuf sous le pied et un peu de temps devant toi tandis que sur autoroute, en fonctionnant plus dans sa zone de couple, le Multivan avale des côtes raisonnables sans perdre de vitesse (mais, pour ceux qui connaissent, les grandes rampes de l’autoroute A4 vers Epernay demandent quand même de rentrer la 5ème). Je ne sais pas si tu jugeras comme moi, Père Noël, mais à l’issue de mon long essai, je n’ai pas eu le sentiment d’être au volant d’un engin lymphatique et sous motorisé, je l’ai même, au contraire, trouvé étonnement apte à rouler dans le trafic sans se poser de questions existentielles ni mécaniques.

L’année de la techno

Ce que tu vas apprécier aussi, Père Noël, ce sont les suspensions pilotées. Eh oui, le Multivan est devenu très moderne. Car, dans sa configuration 7 places, tu pourras déjà emmener des petits nains, des Père Noël stagiaires ou pourquoi pas des meufs, après tout, c’est bien aussi les meufs, et tout le monde sera content de pouvoir jouer avec la modularité de l’habitacle. Les sièges du conducteur et du passager pouvant pivoter vers l’arrière, tout comme ceux du rang 2, qui sont aussi coulissants sur des rails, tout comme la banquette du troisième rang, dont l’assise est inclinable, ce qui permet de jouer sur le volume du coffre. Et si tu vires tous les sièges, Père Noël, tu vas pouvoir embarquer en tout 4,3 m3 de marchandises ou 3080 kilos de charge utile (plus une remorque freinée de 2500 kilos) : ça en fait des saloperies qui vont se retrouver dès demain sur priceminister et qui parfois, Père Noël, doivent te faire douter de l’utilité de ta mission. En tout cas, tu pourras charger facilement, les portes latérales à verrouillage électrique, ainsi que le maousse hayon arrière, étant faciles à manipuler.

SAM_4697

SAM_4695

SAM_4700

Bref, les suspensions pilotées, ça peut paraître curieux de trouver ça sur un van, encore plus d’y voir un mode « sport », mais c’est une des grandes nouveautés sur le Combi et ça marche ! Tu seras étonné de la différence, Père Noël, entre les modes « confort » et « sport » : tant au niveau de la course morte en compression qu’à la retenue en détente, la différence de comportement est vraiment sensible. Pour changer de mode, c’est simple : un petit bouton devant le levier de vitesse, à droite de la commande de radar de parking. Et puisque l’on parle de haute technologie, tu seras sûrement étonné, Père Noël, de voir que ce Multivan possède aussi un régulateur de vitesse adaptatif ainsi qu’un dispositif de freinage d’urgence actif en dessous de 30 km/h et appréciable en ville.

SAM_4711

Toi qui vas devoir faire beaucoup de route, tu apprécieras le confort de conduite, étonnant pour un engin de cette catégorie. Moteur silencieux, peu de bruits de vents et de roulements, sono correcte, suspension prévenante, tu vas descendre les bornes par milliers, bien calé dans ton siège avec double accoudoir et réglages électriques (une première aussi, sur un Multivan), profitant des sièges chauffants et de l’assise confortable en cuir et Alcantara®. Ceci est un peu moins vrai à l’arrière, où les passagers doivent composer avec quelques bruits de résonance tandis que ceux du troisième rang, directement posés sur les amortisseurs arrière, ressentent plus sèchement les irrégularités. Dans tous les cas, Père Noël, tu pourras les distraire en chantant du Tino Rossi : un micro au plafond, devant le conducteur, renvoie du son à l’arrière pour que les passagers puissent tous profiter de la conversation. Et nul doute que tu apprécieras l’ambiance intérieure, avec le bandeau de tableau de bord couleur carrosserie (et la boîte à gants qui s’ouvre vers le haut, clin d’œil au Combi d’époque) qui surmonte un joli placage d’aluminium et l’écran tactile de dernière génération (avec une fonction qui détecte la main en approche), qui rend cet habitacle aussi moderne qu’une berline de dernière génération ; seul le revêtement des portes présente un gros plastique granuleux qui fait utilitaire.

SAM_4718

SAM_4704

Les sensations de conduite, elles, sont à mi-chemin entre l’utilitaire et le gros monospace : moteur alerte, suspensions efficaces, mais gabarit intimidant sur les départementales, volant plus incliné qu’à l’accoutumée et forte démultiplication de la direction. Néanmoins, la précision de conduite est au rendez-vous, les freins sont efficaces, et le Multivan ne se vautre pas sur son train avant dès qu’on le brusque, bien campé sur ses 255/65 x 18. Il faut juste avoir conscience de sa masse et de son inertie, mais tu devrais prendre du plaisir au volant, Père Noël. En fait, tu verras, le comportement dynamique du Multivan T6 est plutôt une bonne surprise.

Et quand il s’agira de livrer tes cadeaux, Père Noël, tu apprécieras le radar de parking et la caméra de recul, pour garer ce de beau bébé de 5 m de long, d’1,90 m de large et de 1,97 m de haut au plus près des cheminées.

Même pas cher, en plus !

Vendu 62 320 € dans cette déclinaison Génération Six, TDI 150 ch & BVM, le Multivan met la place assise à moins de 9000 €, ce qui est au niveau d’une Smart avec deux options et nettement moins cher qu’une Mazda MX-5 ; et nombreux sont ceux à la considérer comme une pure affaire ! Autant dire que pour toi, Père Noël, c’est du velours : depuis le temps que tu fais ce job, tu as dû mettre un peu de caillasse de côté. Et pour les familles nombreuses qui y seraient séduites par sa générosité, ton Multivan est 15 à 20 % plus cher qu’un Renault Espace ou un Kia Sorento full options, ce qui est parfaitement en phase avec le volume intérieur supplémentaire.

SAM_4723

Évidemment, à ce prix-là, le Génération Six soigne ses occupants : outre les équipements techno déjà mentionnés, il offre le volant multifonction en cuir, les 7 places modulables, l’éclairage de marchepied spécifique, le pack chrome, les feux anti-brouillards dynamiques, la climatisation tri-zone et bien d’autres petites gâteries.

SAM_4754

Le Multivan est dispo dès 38 760 € en 2.0 TDI 102 ch, finition Concept Line et configuration 5 places, tandis que le haut de gamme est composé des versions 204 ch, DSG et 4Motion (71 560 € en Génération Six ou en Carat Edition, une que l’on retrouvera souvent pour le transport de personnes). Le Multivan sait un peu tout faire : être bourré de sacs de ciment jusqu’à la gueule ou emmener très discrètement des VIP d’un Palace 5 étoiles à un resto 3 étoiles Michelin, voilà l’éventail de ses compétences et, en incluant les déclinaisons California et Transporter (qui peut avoir un empattement de 3,4 m, là où les autres sont à 3 m), ce sont plus de 500 combinaisons qui sont possibles.

Voilà, Père Noël : comme moi, tu devrais tomber sous le charme de cet engin furieusement décalé qui rend un magnifique hommage au Combi vendu à 12 millions d’unités en 65 ans et 5 générations. Bref, le Multivan T6 Génération Six est l’engin idéal du hippie moderne, bien dans ses baskets Louboutin, portant haut et fort sa Rolex Milgauss et qui a trouvé dans cet excellent monospace format XXL l’engin idéal qui allie mieux que quiconque la nostalgie à la modernité…

SAM_4755

Photos : Gabriel Lecouvreur