A mon tour de m’essayer au délicat exercice de la rétrospective de mon année 2018. Délicat, parce que cette année, pour diverses raisons professionnelles et personnelles j’ai du mettre les essais un peu en retrait cette année. Moins de temps, organisation différente, mais passion toujours intacte pour la chose automobile, n’ayez crainte (ou alors si…). Tirez le starter, un coup de clé, allez, c’est parti !

Evènement de l’année : 120 ans de salon

Hé non, pas de Tour Auto ou de Mans Classic, mais tout autre chose. Car il faut quand même avoir du culot pour avoir osé organiser une telle manifestation automobile dans Paris. Des centaines de voitures plus ou moins anciennes réunies Place de la Concorde, dans une ville voulant bannir l’automobile à tout jamais. Quel beau pied de nez à la municipalité (qui avait néanmoins donné son accord… vous avez dit schizophrénie ?).

Bravo également aux constructeurs qui ont joué le jeu, au Musée de Mulhouse qui a sorti certains trésors, et aux particuliers qui ont exposé leurs voitures le temps d’un matin. Une Ferrari 250 LM, l’Etoile Filante Renault ou un trio d’intemporelles Bentley dans la plus belle ville du monde, c’était beau, c’était inattendu, c’était grand ! Bravo, et vous me refaites le même en 2020 ?

Essai de l’année : Aston Martin DB11 AMR

Trois essais en tout dans l’année, c’est très peu. Mais je pense avoir fait des choix judicieux. Entre la gamme Volkswagen GTI sur circuit et un bout de piste en Alpine A110, il y a eu de quoi s’amuser. Mais évidemment, je ne peux pas oublier l’Aston Martin DB11 AMR. Un vrai rêve de gosse qui se réalisait, mais aussi une grosse pression. Ne pas aller trop vite, ne pas frotter, oublier le prix, la conso, tout… Le genre d’essai qui remet en cause toute une échelle de valeur. Voiture parfaite ? Non.

Mais comment la juger face au tout venant du blogessayeur ( © Gabriel Lecouvreur) ? Conso, taille de la boîte à gants, bruit du plastique qui fait *toc toc* ou *pouic pouic*, on s’en fiche. C’est une Aston, point.

Et comme je n’étais pas sûr de la stabilité de mes mains, c’est le grand Mathieu “Goodlife” Bonnevie qui a eu le plaisir de s’occuper de la séance photo en plein cagnard.

Photo de l’année : Shelby Cobra Daytona

Un peu de Tour Auto ? Les fidèles lecteurs savent que c’est un événement phare pour toute l’équipe du blog et qu’une bonne partie de l’équipe se croise sur les routes de notre pays pour le suivre et assister au ballet des anciennes vitaminées à 80 km/h max sur les départementales au goudron défoncé. Sur la photo, une des 6 Shelby Cobra Daytona existantes à l’attaque des Alpes. Quasi la photo dont je rêvais

Flop de l’année : les SUV

Titre paradoxal au moment où ce type de carrosserie phagocyte allègrement le marché mondial. 30% en France, 40% ou plus en Chine, 50 aux USA. Et ce n’est sûrement pas fini. Et oui, j’en ai conduit. Oui, j’ai moi même envisagé un moment d’en acheter un (avant de me raviser). C’est pas mal, il faut avouer. Mais en y réfléchissant bien, c’est totalement irrationnel et pas vraiment utile dans la plupart des cas. Plus lourds, plus chers, moins maniables, consommant plus que leur équivalent non-SUV, ils ne sont bien souvent pas adaptés à un usage moderne et responsable. Et la plupart ne valent rien en conduite tout chemin, pouvant seulement se prévaloir d’une garde au sol relevée. Le hic, c’est que la machine s’emballe : ça se vend, donc les constructeurs en proposent plus, au détriment des modèles traditionnels. Et dans toutes les déclinaisons possibles : urbain, sportif, de luxe, ou même tout cela à la fois. Certains osent même le SUV tout terrain ! Mode passagère et outrancière, symptomatique d’une drôle d’époque ou vraie tendance lourde pour l’avenir ? On verra bien. Et si il en faut pour tous les goûts, j’espère que la vraie bagnole continuera à exister.

La voiture cool de l’année : Suzuki Jimny

Je vous entends déjà : “non mais il se fout de nous lui ?? il crache sur les SUV et il nous parle du Jimny ??”. Hé oui, car le Jimny c’est un vrai petit 4×4. Tout bête, tout simple, sans fioritures ni chichis. Il a un peu évolué, grandi, légèrement embourgeoisé pour ne pas trop déplaire. Mais il garde son côté brut de décoffrage qui fera de lui le futur hit des bergers, médecins de campagne et autres bobos parisiens branchouilles. En plus, il a une gueule de Mini Mercedes Classe G, c’est trop mignon. Ma fille apprécierait sans doute un dessin de licorne sur le capot, mais on va s’arrêter là. Suzuki, si tu m’entends, j’en veux un !

La voiture cool de l’année (bis) et concept of ze year : Peugeot e-Legend

En voyant les premières photos prises par notre Ugo notre photographe adoré, je me suis écrié : \$ù$^#” une 504 coupé ! Mais c’est génial ! Hé oui, le bonheur c’est tout bête. Un peu de rétro-nostalgie pour le presque cinquantenaire que je suis, avec des grosses roues pour le kéké qui sommeille en chacun de nous et un moteur électrique parce que c’est bon pour la planète, etc… Certes, Peugeot ne fait que réactualiser une vieille recette, mais c’est bigrement bien réalisé. Oui, ça ressemble dans l’esprit à certains concepts Nissan, à des muscle cars américaines ou sûrement à plein d’autres choses. Mais c’est quand même une sacré bagnole qui fait rêver et qui a même eu droit à sa pub télé, une première pour un concept. Allez, dis M. Peugeot, tu nous la fait ? Et oublie le côté voiture autonome, c’est pas la peine et tu pourras la vendre moins cher comme ça. Et pour le moteur ? Bah le bloc hybride essence des 3008 et autres DS7. 300 ch, ça sera très bien !

Voilà pour mon rétro, on passe à la suite pour 2019 avec, je l’espère, plus d’essais. Merci de nous lire cher public !

Crédits photos : Ugo Missana, Mathieu Bonnevie, Pininfarina, Régis Krol