limitation de vitesse à 80 km.h, un  peu mais pas partout

A l’issue de la réunion du Conseil National de la Sécurité Routière, et même si le CNSR a voté contre le projet de baisse généralisée des limitations de vitesse, le ministre de l’intérieur a fait savoir qu’il était toutefois favorable au lancement de l’expérimentation de la limitation de vitesse à 80 km/h uniquement sur des secteurs routiers réputés ou reconnus très accidentogènes et non sur l’ensemble du territoire.
Bernard Cazeneuve qui n’a pas du vouloir fâcher « à mort » une des deux parties a tranché dans le… mou en ne prenant pas réellement de décision et en s’alignant sur les propos de l’ex ministre de l’intérieur en janvier dernier qui disait vouloir d’abord une expérimentation, une analyse et des faits réels avant de prendre une décision définitive.

On se rappelle tous du tollé général qui avait à l’époque uni les automobilistes, les motards et leurs associations représentatives. On a l’impression que sur ce coup le ministre n’a pas voulu recréer les conditions d’une polémique ou d’une opposition à un tel projet uniquement soutenu par le lobbying de C.Perrichon et de la LCVR, quelques « experts » en accidentologie et des professionnels de la sécurité routière surement plus habitués aux cabinets ministériels plutôt qu’à être réellement présents sur les routes aux cotés des usagers, des forces de l’ordre et des services de secours aux victimes.

B.Cazeneuve de poursuivre en expliquant qu’il faut prendre le temps de la pédagogie et qu’une mesure quelle qu’elle soit ne peut être bien appliquée et efficace que si elle est comprise par tous. Pour rester pédagogue, le ministre a précisé qu’il allait dans un premier temps, attendre de recevoir officiellement un nouveau rapport du CNSR sur cette mesure. Ensuite, il s’est engagé à recevoir toutes les parties intéressées à l’affaire, et enfin, il recevra les préfets pour faire le point avec eux afin de définir les secteurs routiers concernés. Une fois toutes ses étapes franchies, il prendra la décision de mettre en place des expérimentations de cette nouvelle limitation de vitesse à 80 km/h sur quelques segments « dangereux » du réseau routier français à deux voies. Et après on verra…

Bon, il n’y a rien de neuf ou de changé pour l’instant car on a l’impression très nette que le ministre marche sur des oeufs et qu’il ne veut pas s’engager dans un sens ou dans l’autre.
Reste qu’une fois encore ce fameux CNSR que l’on annonçait terrible a accouché d’une souris et de mesurettes sans effets. On peut même se demander si ce Comité National a encore un quelconque intérêt au delà du « travail » qu’il procure à quelques « experts et conseillers » atteints de réunionite !

Via AP, OuestFrance, LeMonde.