Alfa Romeo Montreal : Coupé italien dessiné par le talentueux Marcello Gandini présenté en 1967 sous la forme d’un concept car lors de l’exposition universelle de… Montreal ! Ce coupé à moteur avant fait suite à la voiture de Gandini, la Lamborghini Miura dont on retrouve l’esprit dans cette Alfa Romeo qui fera passer le constructeur milanais des sixties aux seventies en matière de design.

Mais il ne faut pas s’y fier, si l’Alfa Romeo Montreal reprend l’esprit du design de la supercar de Santa Agata Bolognèse, elle est soumise à d’autres contraintes que celles de Lamborghini car ce coupé doit être 4 places, avoir un moteur à 8 cylindres à l’avant, reprendre l’architecture mécanique des Alfa de l’époque (moteur avant avec roues indépendantes à ressorts hélicoïdaux et doubles-triangles intégrant des amortisseurs téléscopiques à l’avant et un essieu rigide à bras tirés à l’arrière) et être utilisable au quotidien. En fait le grand coupé Alfa repose sur une évolution de la plateforme du GTV… déjà dessiné par Bertone ! Le coupé est long de 4.22 m et large de 1.67 m pour un poids de 1270 kg. Reste que si le résultat est séduisant et réussi la clientèle reprochera à la Montréal trop de poids sur l’avant (>55%) qui fait que la voiture est un peu souvireuse, la direction à recirculation de billes pas toujours précise ou réactive est parfois collante et pas super facile à manoeuvrer pour se garer ! Des détails direz vous qu’on oublie quand on lève le capot moteur de cette italienne.

Dérivé du moteur V8 2.0 L de la Tipo 33 (ouvert à 90°), la Montréal dispose d’un « petit » bloc au regard de son nombre de cylindre puisque le coupé cube 2593 cm3 et chez Alfa on privilégie à l’époque le confort de conduite avec une auto qui développe 200 ch à 6500 trs/min, 235 Nm de couple à 4500 trs. La puissance passe aux roues arrières grâce à une BVM5 ZF (à l’embrayage réputé fragile tout comme le système de refroidissement !) qui dispose de ce qu’on appelait il y a encore quelques années une grille sport, c’est à dire avec la première décalée en bas à gauche et non en haut et alignée avec la seconde ! On est d’ailleurs surpris de constater que sur ce coupé la zone rouge débute à 8000 trs même si on se rappelle que sur les versions compétition, le V8 Alfa et sa faible cylindrée prenait 11.000 trs/min et parvenait à dépasser les 400-410 ch. Sur cette version civilisée et presque bourgeoise du V8, Alfa fait un bon dans la modernité car le moteur double arbre entrainé par une chaine de distribution délaisse les carbus pour une injection mécanique Spica qui ne séduira pas les alfistes qui la disent capricieuse et difficile à régler (à la même époque les allemands ont moins de souvent avec les injections Bosch et Kugelfischer peut être plus lisses mais aussi plus faciles à vivre !). D’ailleurs la Montreal est une gourmande au regard de sa cylindrée et demande entre 13 et 15 L/100 km si l’on se réfère aux essais de l’époque ou aux propos des alfistes qui en ont une mais l’agrément général, le plaisir au volant font oublier ce petit excès de consommation.

Pour ce qui est de la tenue de route et du freinage, rien à dire sous peut être le sous virage mais il ne faut pas perdre de vue que la Montreal est un »grand » coupé GT 4 places plutôt qu’un coupé virulent comme l’est à la même période le GTV Bertone. Grâce à 4 disques ventilés l’Alfa freine très bien pour l’époque et est correctement assise sur un empattement de 2.35 m et des jantes Campagnolo (modèle Electron) en alu et magnésium chaussées en 195/70 R 14.

Que dire d’autre au sujet de cette Alfa Romeo ? Ah si, l’habitacle est très Alfa mais aussi très seventies avec notamment une position de conduite très allongée, un pommeau de levier de vitesse assez haut et un beau volant trois branches tulipé qui laisse une bonne lisibilité sur le combiné porte instruments. La finition est Alfa mais pas la pire qu’on connaisse et si la voiture est entretenue l’ensemble vieillit assez bien. On sera un peu plus mitigé pour la sellerie même si celle de l’ami Bib parait saine et propre mais cela est surement du au fait que c’est une sellerie en tissus noir et non un « fameux cuir ou skaï » beige qui avait 25 ans au bout de 3 ans…

Sachez aussi que ce coupé fut produit à 3925 exemplaires (la crise du pétrole de 74 lui ayant réservé le même sort qu’à la SM !) entre 1971 et fin juillet 1974 mais on vendra encore des Montreal dans le réseau Alfa jusqu’en milieu d’année 1977… Y’avait donc du stock ! Elles sont moins de 500 à avoir été vendues en France et aujourd’hui bon nombre ont traversé l’Atlantique pour faire le bonheur des collectionneurs.

Ce topo pour mettre en avant les photographies de la nouvelle et belle acquisition de l’ami Bib, une Montreal rouge de juillet 1972 avec environ 83.000 kmau compteur. Bib a vérifié l’historique de l’auto auprès d’Alfa et on sait que cette Alfa est suisse depuis sa livraison et le restera encore longtemps puisqu’elle va désormais rejoindre le garage de notre ami qui va veiller avec attention et passion sur sa belle italienne à moteur V8. Le coupé vient d’une collection privée et a toujours été entretenue dans le réseau et selon ce que Bib en sait son Alfa a quasiment toujours connu le même mécano depuis les années 70, c’est dire si elle a du être bichonnée. Sur les images vous remarquerez que la voiture est blaxonnéece qui a probablement bien aidé au bon état de sa carrosserie !

Une Montreal en vidéo. Un modèle 1972 lui aussi rouge mais avec un intérieur beige et deux « petites » erreurs, les phares additionnels Bosch et le volant :

Une version bleue de 1973 filmée depuis… un coupé SZ pour des impressions sur la route !

Merci à Bib pour ces premières images lors de la visite de contrôle d’une bien belle acquisition faite par passion pour la firme milanaise ! On ne peut que lui souhaiter bonne route pour profiter de l’auto et de la mélodie du moteur V8. Les fameux tunnels suisses vont aimer… Ci dessous un logo qui nous rappelle que les Alfa sont milanaises et non américaines comme un certain Sergio M veut nous le faire croire ! Quoi moi, non j’ai rien dit.

Via Youtube.

Crédits photos : Fabrice.R for Blogautomobile.