Au début des années 80, Alfa Romeo songe au remplacement de l’Alfasud mais à moindre frais, aussi le constructeur reprend il la plateforme de la Sud’ en l’améliorant quelques peu même si certains éléments font penser à un retour en arrière puisque la 33 délaisse les 4 freins à disques de série pour un freinage mixte disques/tambours mais en contrepartie la plateforme est mieux traitée contre la corrosion et toutes les 33 seront équipées au lancement en 1983 d’une BVM5 encore optionnelle chez presque tous les constructeurs de compactes !

Pour rappel, la 33 5 portes est dessinée par le  Centro Stile Alfa Romeo et plus particulièrement par Ermanno Cressoni et la version Break qui apparait en 1984 vient de la Carrozzeria Pininfarina. Bien sur les moteurs Boxer sont de la partie avec leur agrément et leur sonorité spécifique. C’est l’usine de Pomigliano d’Arco qui produira le quasi million d’Alfa 33 (berline, break et 4×4) construites entre 1983 et 1994. Mais en 1984, Alfa veut mettre à l’honneur la plateforme de sa compacte et demande à son partenaire historique (les deux entreprises collaborent depuis les années 20) de réaliser un projet innovant, “frais”, convivial. Le carrossier milanais se penche sur la question et récupère la plateforme de la 33 Quadrifoglio Oro. La plateforme reste identique à celle de la 33 et la Z33 TL repose donc sur un empattement long de 2.455 m. Et lors de la présentation au salon de Genève on découvre un véhicule bizarre à 7 places avec un toit panoramique et un logo Alfa sur le capot ! Gasp, c’est la stupeur, l’incrédulité et on raille Zagato qui sort d’une période difficile et qui n’avait pas fait que des merveilles dans les années 70 (qui depuis sont devenues des classiques !). Camionnette, bétaillère, Rancho italienne, machin sont les mots qui sont entendus. Les alfistes tombent à la renverse mais sans avoir l’air de rien, la carrosserie milanaise et le constructeur viennent de poser les bases du monospace compact mais peut être aussi celle du crossover à l’européenne une décennie avant Renault et bien plus pour les autres.

Bien sur l’allure n’est pas très classique pour l’époque et la Z33 (Z pour Zagato, 33 pour Alfa 33 et TL pour Tempo Libero) et présente un étrange mélange fait d’une face avant de Giulietta et un habitacle cubique qui peut trouver son inspiration dans la Rancho, la 131 Break. L’aspect est singulier mais dans l’espace à vivre la Z33 TL a prévu 6 ou 7 places, des sièges amovibles ou rabattables, une belle surface vitrée. L’Alfa Z33 TL mesure 4.0 m de long, 1.72 m de large pour 1.60 m de haut mais si l’idée est bonne, elle n’est pas aboutie avec notamment un plancher qui n’est pas plat quand les sièges sont rabattus ou pliés sur les cotés ou l’absence de portes arrières qui pénalisait l’accès à l’arrière comme c’était le cas sur la Rancho. La Z33 TL n°1 dure le temps du salon genevois et elle est remisée et oubliée. Elle n’est pas finalisée et pas de son époque et un mois plus tard, le monde automobile aura son regard tourné vers une nouveauté qui ne marchera jamais… la Renault Espace dévoilée à la presse en avril 1984.

La Z33 TL est donc remisée mais Zagato ne baisse pas les bras, laisse passer le temps et se replonge sur l’Alfa Romeo Z33 TL. Il profite de l’évolution de la gamme 33 et récupère une plateforme de 33 4×4, il retouche et améliore le concept notamment dans son aspect qui est mieux fini, plus valorisant. Il repeint la Z33 TL 1986 et delaisse la teinte Champagne pour un rouge orangée plus dynamique et plus ludique. Mais la vraie nouveauté est cachée et d’un coup d’un seul, Zagato fait (en théorie) gagner entre 12 et 24 ans à Alfa Romeo car il dévoile sur son stand une Z33 TL légèrement allongée puisqu’elle mesure 8 cm de plus en longueur (même largeur, même hauteur qu’en 84)  mais surtout hybride. Selon les projets de Zagato la Z33 doit pouvoir être proposée soit avec le moteur boxer 1.5 L 95 ou 105 ch associé aux 4 roues motrices soit avec le flatfour 1.5 L qui entraine les roues avant tout en étant associé à un moteur électrique situé à l’arrière qui entraine les roues arrières. Sur ce coup, Alfa Romeo est en nette avance sur Toyota et invente “l’Hybrid4” bien avant PSA… Hélas pas de données sur cette Z33 TL n°2 qui disparaitra. On ne sait d’ailleurs pas si cet exemplaire de 1986 a été détruit ou si il est caché chez un collectionneur, dans les réserves Alfa ou dans le garage Zagato. Une chose est sure l’exemplaire n°1 était visible au musée d’Arèse.

 

Ce projet Z33 Tempo Libero n’aura aucun suite tant pour le concept que pour la partie technique et mécanique. Au milieu des années 80, un monospace chez Alfa Romeo fait souffler un vent de révolte chez les alfistes qui sont encore viscéralement attaché au flatfour et au moteur DOHC avec pont arrière De Dion. Hélas au delà de la “camionnette” en plastique qu’est l’Espace, les constructeurs européens ne croient pas au monospace compact et  ne connaissent même pas ce que peut être un crossover,(l’Espace est déjà bien plus qu’une révolution pourtant devancée au USA par Chrysler et son Voyager) et ils ne voient pas les japonais qui ont déjà lancé les Space Wagon et Prairie sans parler du petit et rustique Lite Ace. Finalement on peut se poser une question : Et si ce Z33 TL n’était pas un peu l’ancêtre du futur SUV milanais ?

Via AlfaPrototype, AlfaRomeoMuseum, Zagato, LaBelleAuto.