La future Audi A4 « B9  » arrivera en 2015 : elle pourrait bien être déjà sous cette bâche.

Si vous en avez assez des camouflages psychédéliques que tous les constructeurs, de tous les continents, emploient aujourd’hui, sachez qu’il existe encore d’irréductibles testeurs réfractaires à ces postiches, et c’est notamment le cas d’Audi. Non content de grimer ses prototypes de façon plutôt maligne (l’A5 Sportback circula ainsi en se faisant passer pour une Renault Laguna de première génération), les ingénieurs d’Ingolstadt restent aussi fidèles à la traditionnelle bâche. C’est aussi, plus prosaïquement, une bâche de roulage, pour protéger le véhicule des regards extérieurs sans pour autant le maquiller à même sa carrosserie. L’on peut donc présumer que ce véhicule, une pré-série, est acheminée d’un centre de développement d’Audi à un autre, afin d’être testé tel un véritable prototype ou pour servir à des tests cliniques de présentation.

Une fois ces menus détails logistiques explicités, de quoi parlons-nous ? D’une Audi, c’est sûr : les jantes, la forme du profil très régulière, et les rétroviseurs le montrent bien. De quoi modèle ? WorldCarFans postule qu’il s’agit d’une A4, renouvelée en 2015, et c’est l’hypothèse la plus sérieuse dans la mesure où la longueur de la carrosserie est moyenne (ni A3, ni A8) et que l’A6 actuelle est plus récente que l’A4 B8. Ses dimensions ne devraient guère évoluer (L/l/h en mm) : 4701 x 1862 x 1437. Les porte-à-faux sont modifiés : moins long à l’avant, plus long à l’arrière. Esthétiquement, les arches de roues sont attendues comme très visibles, tandis que la face avant, fidèle à la single frame, sera séparée en trois parties (avec donc deux autres entrées d’air latérales).

Tout le package technologique Audi pourra être de la partie, avec les dernières optiques « Matrix » de l’A8 (100 % DELs, elles affichent de façon dynamique les clignotants notamment), un MMi tactile, pourquoi pas un système de vision tête-haute doublé, à l’image de l’intérieur de la TT Mk3 révélé au CES 2014 de Las Vegas, un combiné central d’information regroupant tout (GPS à plan 3D, vitesse, régime moteur et autonomie etc.). Pour ce qui est de la forme générale de la planche de bord, les récentes évolutions d’Audi vers une console centrale moins aérienne et plus massive semblent s’adapter à toute la gamme et ne devraient pas épargner l’A4 B9.

Pour gagner en performance, la masse totale de l’A4 perdrait 100 kg environ, pour un total à vide de 1330 kg pour les plus légères des versions. Côté moteurs, si la généralisation de la technologie des Cylindres à la demande (COD, qui désactive des cylindres lorsque le régime moteur est suffisamment bas) est plus que probable, c’est sur l’offre « verte » qu’il y a interrogation : y aura-t-il une version 100 % électrique e-tron Quattro sur lequel le train arrière serait propulsé par l’électricité ? Ce qui est sûr en revanche, c’est qu’il existera une version hybride rechargeable. Il faudra bien cela pour lutter face à une Mercedes Classe C aux allures de Classe S et face à une concurrence plus que jamais féroce chez les constructeurs allemands, et chez les fabricants de berline en général.

Via Worldscoop, WorldCarFans
Crédit illustration : MotorAuthority, Autoevolution, Quattruote