C’est l’incroyable vérité teintée de mauvaise foi si l’on en croit  les explications du constructeur bavarois. L’affaire est relatée par le quotidien La Provence qui raconte les déboires d’un avignonnais de 120 kg qui serait selon le constructeur allemand trop lourd pour pouvoir conduire un Q5 V6 3.0 L TDi.

Ainsi après quelques mois d’utilisation de son Q5, notre avignonnais se plaint d’une « anomalie » ou d’un problème lié au siège du conducteur. A chaque fois qu’il utilise son SUV, il a une très nette tendance à glisser vers la portière. Il fait remarquer la chose au concessionnaire en expliquant qu’outre le fait d’être gênant et inconfortable ( obligation permanente de se redresser et maux de dos dus à la mauvaise position de la colonne vertébrale  ) il fait remarquer qu’en cas de nécessité cela peut rendre la conduite du Q5 dangereuse.

Qu’à cela ne tienne, en octobre dernier le SAV du concessionnaire constate la chose et reconnait qu’il faut changer le siège conducteur suite à un fort affaissement de celui ci. Le dossier remonte au SAV d’Audi France puis redescend en Avignon avec un refus de prendre en charge la garantie et le changement de fauteuil affaissé. Le client mandate un expert qui étudie le siège et le problème puis établie une insuffisance de la conception engendrant une fatigue prématurée de l’assise d’un siège visiblement non adapté à la morphologie et à la corpulence du client !  Etonnant tout de même de la part d’un constructeur qui veut faire sa place sur le marché nord américain entre autre et où les problèmes de surpoids sont réels et souvent plus importants qu’en Europe.

Audi perdure et maintien son refus de prise en charge en mettant en avant ses études liées à l’ergonomie des sièges qui sont basées sur un morphotype de 1.85 m maxi pour un poids maxi de 101 kg…. Toujours selon Audi, ce fameux morphotype correspond au stand haut des personnes de grande taille. Ainsi le constructeur d’affirmer que le client du Q5 aurait du faire adapter le véhicule avec un équipement et un appareillage spécifiques ! Toujours selon Audi, l’inadéquation entre le siège et le client et l’usure prématurée qu’il en a résulté ne peut en aucun cas être considéré comme un vice caché.

Le dossier est désormais en justice et l’on apprend que le client a essayé par trois fois le véhicule et que jamais on ne lui a parler des sièges , de son poids et de sa taille avant l’achat et si tel est le cas , l’avocat du client va mettre en avant le manquement du vendeur à ses obligations de conseil.

Une chose est sure, désormais avant d’aller acheter une Audi, passez chez votre médecin pour qu’il vous fournisse un certificat médical avec votre taille et votre poids afin que vous puissiez déterminer qu’elle Audi vous conviendra. Mais si déjà vous mesurez plus de 1.85 m ou que vous pesiez plus de 101 kg, vous pouvez oublier le Q5 mais aussi surement les A1, A3, A4, A5, TT ou Q3 qui doivent avoir des fauteuils pour petits gabarits. Si vous êtes grand et fort et que vous vouliez une Audi, il vous faudra donc être aussi riche pour vous orienter vers un Q7, une A7 ou une A8, sinon oubliez Audi et allez chez Mercedes ou BMW chez qui les sièges doivent être plus adaptés…..

Et pour ceux qui n’ont pas les critères morphyques d’Audi, voici quelques images d’habitacles de Q5 dans lesquels vous ne pourrez jamais monter !

 

Etonnant de la part d’un constructeur… situé en Bavière où les habitants ne mesurent pas tous 1.75 m pour 70 kg ou pour un constructeur qui veut conquérir les marchés américains et russes et où les problèmes de poids et de gabarit sont présents !

 

Via LaProvence.