Déjà sous le coup d’un plan dit social et de restructuration, le constructeur russe en remet une couche à cause de l’effritement régulier de ses ventes et d’un marché russe qui est loin d’être aussi prometteur qu’annoncé ou envisagé par les constructeurs et les analystes.

Avtovaz licencie

Depuis des années on annonce que le marché russe sera le grand marché du continent européen. On nous promet qu’avant 2020 il sera devant celui de l’Allemagne, pourtant il est toujours en baisse depuis le début de l’année (près de -5%) et il entraine dans sa chute le grand constructeur national Avtovaz. Sous le contrôle de l’Alliance Renault-Nissan, Avtovaz subit donc une grosse restructuration notamment sur le site historique de Togliatti qui ne perdra pas seulement 7.500 salariés comme prévu mais désormais près de 13.000.

Ainsi selon les propos de Bo Andersson, le patron de l’entreprise, on apprend que le site de Togliatti qui employait au 31/12/2013 quelques 65.891 employés devrait réduire sa masse jusqu’à environ de 53.000 salariés en cette fin d’année 2014.
Reste que l’on peut être inquiet pour Lada qui voit ses ventes diminuer de mois en mois (-15% depuis le 01/01/2014) pour n’atteindre que 128.633 unités livrées en 5 mois alors que le potentiel de la marque est de l’ordre de 145.000 à  150.000 ventes sur 5 mois.
Bo Andersson et l’Alliance vont donc devoir passer par de la « casse » sociale s’ils veulent rendre Avtovaz profitable et viable sur le moyen et long terme. 

Via AP.