L’affaire avait déjà été remarquée en 2012 mais de manière moins significative. Elle se poursuit donc en 2013. 

porsche panamera diesel

La part des motorisations diesel représentait 50% des ventes automobiles en 2000. Entre le début du millénaire et l’année 2006, les ventes de diesel avaient fortement progressé pour passer la barre des 70%. C’est en 2008, année du début de la crise que la part du diesel a atteint un record avec 77% du marché des voitures neuves. Puis la tendance s’est ralentie  et a commencé à diminuer pour redescendre aux environs de 73% il y a deux ans. Et en 2013, ce pourcentage est retombé à 67%. C’est le niveau le plus bas depuis une dizaine d’années.

La part des véhicules diesel a donc nettement reculé en France en 2013, pour descendre à 67 % ce qui est proablement l’annonce d’un inversement notable de la tendance.
Le CCFA estime par ailleurs que cette part descendra rapidement à 50 % du marché niveau qu’elle avait en 2000. Selon certains analystes cela devrait prendre trois années environ. Toujours selon le comité des constructeurs, la part du diesel devrait tomber à 30 % en 2020 ce qui la ramènerait à un niveau proche de celui de 1989.

A l’inverse, la part des véhicules à essence est remontée à 29,7 % l’an dernier et la part des véhicules hybrides et électriques a quant à elle, atteint 3,1 % du marché des voitures particulières avec respectivement 2,6 % et 0,5 % du marché.

Fiscalité avantageuse + coût inférieur à la pompe + consommation inférieure + émissions de CO2 plus faibles = Bonus écolo et donc un argument quasi imparable pour les acheteurs même s’ils ne faisaient que 10000 km/an. Mais des études, des analyses médicales diverses et la presse se sont chargées de la mauvaise com’ autour du diesel notamment via les risques sanitaires liés aux rejets de particules fines plus élevés avec un moteur diesel qu’avec un moteur essence.

On ajoutera les évolutions favorables des moteurs essence (puissance, couple, consommation) grâce au downsizing ainsi qu’un changement de comportement d’achat notamment chez les clients issus des milieux urbains qui semblent avoir fait le choix de revenir aux autos à moteur fonctionnant au SP95.

Au chapitre des petites informations à connaitre, sachez que :

– Toyota vend 65% des voitures hybrides mises à la route dans l’hexagone en 2013
– Renault est logiquement le N°1 du marché des VE grâce la Zoé qui représente 63% des ventes. L’Alliance Renault-Nissan enfonce le clou avec la Nissan Leaf qui vaut 16.5% du marché des voitures sur batterie.
– En 2013, Renault a délaissé le moteur diesel sur la Twingo puisqu’il ne représentait plus que 24% des ventes du modèle.

La particularité française a t’elle définitivement vécu ? On peut l’imaginer mais il faudra quand même attendre encore quelques années pour vérifier si la tendance actuelle est de fond ou passagère.

Via Autoactu, CCFA.