bentayga-diesel-07

Oui, tout fout le camp ma bonne dame. Vla-t’y pas qu’après avoir fait un tout terrain, la respectable firme Bentley se met à faire du mazout sur son Bentayga. Vraiment, c’est plus ce que c’était…

Hola, riche ami lecteur de blogautomobile ! Oui, toi (ne te retourne pas, tu es le seul). Voilà une bonne nouvelle pour toi. Tu l’aimes ton Bentayga flambant neuf ? Si discret dans sa teinte Monaco Yellow que tu te fonds aisément dans la circulation parisienne. Mais comme tous ses propriétaires, tu lui trouves un lourd défaut rédhibitoire : impossible de faire l’aller-retour Paris-Deauville sans refaire le plein et te salir les mains. Réservoir trop petit ? Tu as envisagé un temps la remorque citerne, mais ce n’est pas la solution. Non, ton Bentayga consomme trop, beaucoup trop. Voilà, c’est dit. Son W12 de 6 litres engouffre avec joie ses 20l/100 km. Même les cadeaux glanés avec ta carte de fidélité Total ne peuvent que te faire esquisser un sourire sur ton doux visage.

Mais Bentley a pensé à toi, car voici… le Bentayga Diesel ! Oui, un SUV sans moteur diesel ne semble pas pouvoir exister commercialement. Porsche s’y est mis, voici donc Bentley. Et le futur SUV Lamborghini Urus, à votre avis ??

Mais Bentley a quand même fait les choses bien car ce n’est pas un 3 cylindres TDI de VW Polo qui a été implanté sous l’immense capot, mais le gros V8 4 litres de la cousine Audi SQ7 (dont vous pouvez lire et relire les époustouflants détails techniques ici). Vous avez la flemme de relire ? En résumé : biturbo et un compresseur électrique en plus. 435 ch « seulement », mais un couple de 900 Nm dès 1000 tr/min. De quoi rouler sur un filet de gaz ou tracter à peu près n’importe quoi.

bentayga-diesele-15

Les performances avec tout ça ? Toujours aussi exceptionnelles, même si elles sont logiquement inférieures à celles du W12 : vitesse limitée à 270 m/h (gasp, le W12 n’était pas limité et dépassait le 300 !) et 0 à 100 en 4,8 secondes. Et enfin, l’argument qui tue : 7,4 l / 100 km théoriques. On va plutôt dire du 12 / 15 litres réels, ce qui est quand même pas mal pour un gros bestiau de 2,5 tonnes. L’autonomie théorique atteint les 1000 km. De quoi être tranquille pour vos trajets de vacances. Eh oui, le diesel a encore une justification dans certains cas. Mais je serais curieux de voir une version hybride de ce Bentayga, avec par exemple un V6 de 250 ch et quelques watts électriques en plus…. Rêvons un peu. Ah, petit détail : les émissions de CO2 atteignent 210 g/km. Bienvenue super malus, mais après tout, au point où on en est… Mais blague à part, c’est le plus bas niveau d’émission de CO2 de toute la gamme Bentley ! La transmission intégrale se fait par une boîte auto ZF à 8 rapports. Bentley affirme avoir travaillé sur l’isolation sonore du moteur et sur le confort des suspensions avec des réglages spécifiques. Rien par contre sur l’odeur du gasoil et les traînées sur la trappe de remplissage. Et il semblerait que le Bentayga ne fait qu’ouvrir le bal du diesel chez Bentley. Attendez vous à voir des Mulsanne ou des Silver Spur Turbo D prochainement…

bentayga-diesele-16

Esthétiquement et dans l’habitacle, rien ne change. Il ne fait pas dans la fantaisie légère et il est quand même un brin tape à l’œil. Oh, juste un peu… L’habitacle est quand même bien joli, il faut le reconnaître.

bentayga-diesele-19

Et pour finir, même si tu n’en a cure cher lecteur, le prix. Environ 175 000 € en tarif de base. Mais heureusement, tu pourras ajouter les indispensables options que sont l’horloge Breitling Tourbillon, la table de pique nique ou les casiers de pêche à la mouche. Sans oublier le petit Union Jack en bas de l’aile avant. Pas de Bentley au Mondial, mais il sera possible d’en voir Avenue Montaigne, à Deauville, Megève, Gstaad, Saint Tropez, etc…

Sur ce, bonne journée, cher riche lecteur de blogautomobile.

Crédit photo : Bentley