BMW M4 GTS

Je me souviens encore de la BMW M3 GTS, dans sa superbe livrée orange. La lecture de l’essai de cette voiture lors de sa sortie m’avait tout simplement étonné. La longue diatribe du journaliste au volant n’était faite que de compliments, il s’agissait d’une voiture exceptionnelle. Aussi, après la M3 GT (E36), la M3 CSL (E46) et la M3 GTS (E92), BMW frappe du poing sur la table et souhaite nous offrir une belle continuation avec la M4 GTS (F82).

La volonté de BMW avec cette nouvelle version de la M4 est affirmée : compléter la liste des coupé M à vocation circuit mais également par celle-ci, fêter le 30ème anniversaire de l’existence des M3. Par cette voiture, BMW a à coeur de proposer à sa clientèle une voiture aux performances démentielles tout en étant homologuée, la possibilité d’aller par la route sur la Nordshleife, d’y signer plusieurs tours en 7.28 (son temps officiel) et de repartir comme on est venu. Tiens, tiens, BMW ne chasserait-il pas sur les plates bandes des célèbres Porsche GT3 ? En tout cas le temps annoncé prouve qu’elle en est bien capable… Mais trêve de bavardages et voyons ce que ce missile a sous sa robe, ou plutôt ce qu’il n’a plus.

BMW M4 GTS

Car en effet, le préparateur maison de BMW a fait subir une cure d’amaigrissement sacrément drastique à sa petite nouvelle, le poids annoncé se contient à 1510kg (DIN). Attention, on va commencer ici l’énumération des éléments ayant bénéficié d’une perte de poids. Allez chercher un petit café et c’est parti : les sièges, la console centrale, les garnitures de porte, les poignées de porte, les places arrière (qui ont été supprimées), le coffre et la structure du tableau de bord. Ça c’était pour l’intérieur, maintenant à l’extérieur : le capot, le toit, la lame avant, l’aileron, le diffuseur et la ligne d’échappement. Vous pensiez que c’était tout ? Et bien non, l’arbre de transmission a également été revu pour un poids moindre, même les supports de l’aileron ont été réduit au maximum. Ce gain s’est fait principalement grâce à un recours massif au carbone et aussi grâce à un procédé utilisant la matière plastique renforcée par fibres de carbone (PRFC).

P90199467_highRes

Le moteur 6 cylindres en ligne biturbo gagne 70 cv pour atteindre 500 cv. Par ailleurs son couple atteint 600 Nm ce qui constitue un gain de 10% comparé à la M4 de base. Néanmoins, cela reste plutôt classique lorsqu’un constructeur décide de sortir une version ultime d’une sportive déjà existante, ce qui l’est moins c’est le nouveau procédé inauguré en série sur cette GTS, l’injection d’eau dans le moteur. Si je ne vais pas me lancer dans une vaste explication de cette technique, il me faut tout de même faire une brève interruption afin de clarifier ceci (pour les spécialistes, vous m’excuserez de vulgariser). Lorsqu’un moteur atteint une température interne trop élevée, il cliquète, c’est à dire qu’au lieu d’avoir un mélange air/essence compressé et enflammé par la bougie, il va s’auto-inflammer, ce qui est fortement nuisible. C’est un problème auquel sont confrontés quotidiennement les ingénieurs motoristes et qui est encore plus compliqué à gérer sur un moteur turbocompressé. Qu’ont fait les ingénieurs de chez BMW ? Et bien ils ont placé un dispositif à l’admission qui vaporise de l’eau, ce qui permet de réduire la température du mélange air/essence arrivant dans les cylindres. Résultat : on peut augmenter la puissance sans craindre le cliquetis mais aussi et surtout, le sujet le plus important, cela permet de réduire la consommation et les émissions. En d’autres termes, c’est plutôt cool ! Ainsi on a une voiture de 500 cv, qui passe de 0-100 km/h en 3.8 sec pour une vitesse maximale de 305 km/h, annoncé avec une consommation de 8.3 L/100km, soit une consommation identique à la M4 normale. En outre, la boite a été revue pour s’adapter aux nouvelles performances du moteur.

BMW M4 GTS

En ce qui concerne la partie chassis, tout d’abord l’abaissement du poids ainsi que l’utilisation de carbone et d’aluminium favorisent bien évidemment les sensations de conduite et les performances. De plus, la direction a été revue pour s’adapter à une conduite plutôt typée circuit et une meilleur appréhension de la route. C’est également le cas des suspensions qui ont été développées sur le tracé exigeant du Nürburgring. Notons l’emploi de roues en alliage léger : si la monte de 19 pouces a été conservé devant, on constate une monte de 20 pouces à présent pour la partie motrice. Enfin, si jamais vous manquez de sportivité, vous pouvez opter sans supplément pour le pack clubsport qui ajoute un arceau en partie arrière, des harnais 6 points (en lieu et place des ceintures 3 points) et un extincteur.

BMW M4 GTS

Il faut en plus noter une innovation très particulière, lancée par cette M4 GTS, les feux arrière OLED. Si les feux avant se dotent de la nouvelle technologie maison LED, déjà vue, les feux arrières se dotent quant à eux de la technologie OLED ce qui constitue une première mondiale sur une voiture de série. Au lieu d’avoir, comme la technologie LED, un éclairage point par point, la technologie OLED permet d’avoir un éclairage uniforme. Ce qui est pour le moins étonnant, c’est que cette technologie ne se trouve pas sur le nouveau vaisseau amiral de la marque, la Série 7, qui bénéficie des phares laser et que par ailleurs, cette nouvelle M4 GTS bénéficie de la technologie OLED, sans avoir les phares laser…

BMW M4 GTS

Dans tout les cas, cette version sera une série limitée à 700 exemplaires, là où l’ancienne GTS était limitée à 120 unités. Cependant il faut noter qu’avec cette M4 GTS, BMW compte ouvrir les commandes sur le marché Nord Américain, ce qui n’était pas le cas de la version précédente. Si vous voulez un exemplaire, dépêchez-vous, mais il faudra vous délester, d’après nos informations, d’un chèque de 150 000 Euros.

BMW M4 GTS

 

Ainsi, le département sport de BMW nous délecte encore une fois d’une version tellement prometteuse de sa M4, qui était déjà bien née. La cure drastique sur le poids, le développement dans la recherche d’une voiture affutée à l’exercice du circuit, les baquets, la ceinture 3 points, le pack clubsport gratuit et le prix somme toute raisonnable au regard de la rareté et des performances, me font dire qu’il s’agit là d’une voiture qui ne pourra qu’avoir le coup de coeur de tout amateur de sportives. Néanmoins, oui je suis perfectionniste et puriste, mais je trouve un bémol. En aucun cas BMW n’a fait part de la possibilité de supprimer la climatisation, l’autoradio, le système de navigation, bref de pouvoir pousser le concept de la GTS au bout du bout, comme cela était le cas dans la M3 GTS. L’idée de pouvoir avoir une véritable voiture radicale. Je regrette également l’impossibilité d’avoir une boite manuelle, comme c’est pourtant le cas sur la M4 normale. Néanmoins, je cesse de pinailler, j’ai seulement hâte de recevoir un coup de fil de BMW m’informant que j’aurai prochainement un de ces exemplaires dans les mains, si jamais vous me lisez, bien à vous !

Crédit photos: BMW