Particules fines

Si l’on en croit les propos du Point hier, l’état français ne toucherait pas en 2014 aux avantages fiscaux liés au diesel (pour ceux là, il attendra 2015 !) mais il songerait à faire évoluer la fiscalité « écologique » en ne se basant plus seulement sur la consommation et les émissions de CO2 mais en prenant en compte plusieurs autres éléments polluants.

Ainsi l’état pourrait à l’avenir prendre en compte en plus les quantités de particules fines émises ainsi que les volumes de NOx dégagés. Nous savons que depuis quelques semaines, l’Etat français cherche à faire évoluer la fiscalité du gazole pour rééquilibrer un peu la donne et moins pousser les conducteurs français à choisir le diesel pour leurs véhicules ce qui veut dire que sur ce coup, il se pourrait que nos dirigeants et leurs éminences bien pensantes taxent l’achat d’un véhicule plutôt que le carburant à la pompe ! Reste que si l’état veut récupérer 7 milliards d’euros, ça risque de faire une belle taxation supplémentaires au moment de l’achat et cela risque de fortement impacter les ventes et de pénaliser le marché qui continue à se contracter fortement.

Donc, le barème du Bonus-Malus 2014 pourrait du coup s’appuyer d’une part sur les rejets de CO2 mais aussi sur ceux des polluants que sont l’oxyde d’azote (NO) et/ou les particules fines. Je rappelle que celles ci sont rejetées en quantité par les moteurs diesel mais aussi, et on l’oublie souvent, par certaines motorisations essence à injection directe. Selon certains observateurs cette mesure permettrait aussi, sans changer le barême actuel de payer moins de bonus aux acheteurs de voitures neuves.

Enfin on gardera à l’esprit que cette mesure s’appliquerait dès 2014 et on gardera dans un coin de nos cerveaux que pour 2015, l’état envisage assez sereinement de faire monter la taxation sur le gazole à hauteur de celle sur le sans plomb. Reste que la somme de toute ses taxes risque bien de pourrir définitivement le marché en dégoûtant les acheteurs potentiels mais aussi en mettant à mal le budget automobile des ménages notamment ceux qui roulent au diesel. Un ensemble de taxes qui pourrait aussi avoir un effet inverse en risquant de moins rapporter que prévu ! A suivre dans les 6 prochains mois.

Via LePoint.