On doit cette nouvelle et sympathique initiative à la fameuse commission européenne. Cette nouvelle annonce, on la doit à Siim Kallas qui a en charge les transports en Europe (un seul homme et quelques assistants pour gérer le transport dans 27 pays, n’est ce pas un peu juste ?) qui veut durcir les contrôles techniques pour les automobiles mais aussi les imposer pour les deux roues afin de limiter le nombre d’accidents causés par des défaillances mécaniques. Enfin c’est la raison officielle !

Le commissaire ne s’est pas exprimé ce vendredi, il a laissé ce plaisir à Pia Ahrenkilde Hansen qui est la porte parole de la commission. ET de dire : « La sécurité des véhicules est un élément essentiel de la sécurité routière. Cinq décès par jour sur les routes européennes sont liés à des problèmes techniques et il faut que cela cesse ! » . C’est bien mais… le contrôle technique existe en Europe de 36 ans, 20 ans en France et bon nombre de pays entrée dans l’Union Européenne depuis la fin des années 90 n’ont toujours pas le moindre commencement de Contröle technique chez eux mais avec cette décision à venir, Siim Kallas veut imposer à l’Europe entière sont nouveau contrôle des véhicules à moteur. Même si la France est considérer comme un très bon élément en matière de suivi technique des automobiles, le commissaire européen estime qu’il faut aller plus loin et plus en avant et pour cela il propose :

Un premier contrôle technique obligatoire pour le 4eme anniversaire de la voiture

Un second contrôle technique obligatoire pour le 6eme anniversaire de la voiture

Et à partir du 7eme anniversaire, le contrôle technique obligatoire devient annuel et ce n’est pas tout puisqu’il faudra aussi prendre en compte le kilométrage des véhicules et définitif un « package » de points techniques à surveiller selon le temps de roulage des autos ou des cycles motorisés (deux, trois et quatre roues). Selon les règles proposées par l’UE et surtout par la commission, la France devra imposer ces contrôles aux propriétaires de tous les deux roues et modifier la fréquence des contrôles techniques pour les voitures dès l’accord de mise en place de ce énième projet de loi. On parle de courant 2013 ou 2014 au plus tard. Pour rappel le CT des deux roues n’existe pas dans les pays suivants : France, Belgique, Bulgarie, Chypre, Finlande, Grèce, Irlande, Malte, Pays-Bas, Portugal et Roumanie.

Reste que les pays réfractaires à cette nouvelle proposition qui va encore coûter au automobiliste sont assez nombreux et la commission ferait déjà bien de faire appliquer un contrôle technique de base dans tous les pays avant d’édicter de nouvelles lois. Reste aussi à connaitre les modalités d’application et les nouveaux organes mécaniques qui seront mis sous surveillance, on pense notamment aux airbags qui doivent être contrôlés tous les 10 ans et qui ne sont jamais vérifiés par les centres de CT du fait de l’absence de normes et de matériel de contrôle. On imagine aussi le conducteur qui roule très peu (< 10.000 km/an), qui n’use pas ou peu son auto et qui verra cette mesure comme un nouvel impôt sans oublier, par exemple, le professionnel qui roule beaucoup chaque année et qui sera pénalisé si on prend en compte le kilométrage annuel car le projet prône aussi de tenir compte du kilométrage; ce choix pourrait amener certains à rendre visite à Dekra ou Veritas deux fois dans la même année… (vous avez dit lobby des centres de contôle technique !)

Un nouveau et vaste débat va donc s’ouvrir tant sur le fait que ce nouveau CT est une nouvelle taxation des conducteurs qu’à propos de l’idée que c’est une bonne et efficace mesure pour lutter contre les accidents de la route ou une certaine « délinquance » routière qui concerne ceux qui n’entretiennent pas leur véhicule. Reste qu’on peut aussi mettre en avant un vieillissement du parc automobile du à la persistance de la crise et à son moindre renouvellement. De fait on pourra voir de manière idéologique, une sorte de chasse aux conducteurs « pauvres » qui n’ont pas les moyens de faire toutes les mises à jour techniques. On peut aussi envisager l’idée pas sotte, que ce projet est poussé indirectement par les lobbys des équipementiers ou des constructeurs qui voient dans ce CT annuel le moyen de nous vendre encore plus de pièces mécaniques onéreuses et donc d’engranger un peu plus d’argent sur le dos des automobilistes. Reste que dans certains pays où il existe déjà depuis longtemps cela se passe plutôt bien (cf le cas belge) mais en ces temps difficiles pour 95% des gens, je crois tout de même que l’Europe a mieux à faire, du moins c’est mon opinion !

Via AFP, Journalde l’Automible, FranceTV.