J’ai récemment eu la chance de faire un tour dans une voiture pas banale du tout… Alors que je pensais vous proposer seulement une galerie photo, je n’ai pas résisté à l’idée de vous en dire un peu plus sur l’auto. Voici alors quelques tours de roue en Ford Focus ST EcoBlue !

Il est donc peu fréquent qu’un constructeur nous propose de telles configurations, et en tant que photographe amateur à l’origine, je ne pouvais pas refuser une telle opportunité. Le temps d’un week-end j’ai ainsi pu me mettre dans la peau du célèbre pilote Ken Miles pour réaliser quelques images (pas terrible par contre, il faut le reconnaître…).

Alors que vous n’avez peut-être pas encore vu le fameux film Le Mans 66, ou en titre original Ford V. Ferrari, (qu’est-ce qui vous a pris ? Il faut vite remédier à ça !) et que vous ne connaissez peut-être pas toute l’histoire, je ne voudrais pas vous spoiler… Mais bref ! Si les couleurs et ce fameux N°1 étaient sur la GT40 qui aurait dû remporter les 24 heures du Mans en 1966, il est évidemment presque impossible de se retrouver au volant de ce genre d’engin. Pour célébrer le lancement de cette œuvre historique, Ford France a donc choisi un modèle de sa gamme actuelle. Pas de bol, la nouvelle Focus RS n’est pas encore née et la Focus ST essence a déjà eu son quart d’heure promotion, la déco a donc atterri sur la récente ST diesel.

Bien sûr, nous sommes loin des sensations d’une GT40 ou même de la dernière Ford GT essayée par le chanceux Ugo, mais avec ses 190 ch et un beau couple de diesel (400 Nm) on est très agréablement surpris par ses performances. À la lecture de la fiche technique on pourrait pourtant être assez déçu. Avec un 0 à 100 km/h abattu en 7,6 secondes, ce n’est pas un foudre de guerre, mais elle a en fait su se montrer vraiment dynamique sur un petit parcours sinueux que j’ai eu la chance de trouver. Elle nous donne de bonnes accélérations, de bonnes relances, et on arrive à se sortir énergiquement de nombreuses situations. Pas forcément à l’aise sur un tracé rapide donc, elle se révélera en fait surtout dans un enchaînement de courbes.

À l’aide d’un châssis sain et une grosse fermeté des suspensions, notre ST reste stable et cramponnée à la route, même en étant malmenée. La direction très informative – un peu dure pour des manœuvres du quotidien – permet de surcroit de bien savoir ce qui se passe sous nos roues. Rien qu’avec ça, elle permet d’offrir à son conducteur une belle dose de sensation. On prend en plus plaisir à jouer avec la boite manuelle à 6 rapports (seule configuration possible en diesel), grâce à un bon verrouillage des rapports. Il ne faudra d’ailleurs pas hésiter à les faire tomber pour regagner un peu de fougue. Son point faible est en revanche à rechercher du côté du freinage, un peu mou du genou à mon sens.

Avant de conclure, voici un petit mot sur l’intérieur qui déçoit, encore plus quand un tel wrap fait le beau à l’extérieur. Si les sièges avant Recaro font leur petit effet, tout en étant confortables et enveloppants, le reste manque franchement de sportivité et modernité. Bien que réactif et facile d’utilisation, le système d’infodivertissement semble un peu daté, surtout côté design en fait. Mais à l’inverse je crois être plutôt content de revoir des compteurs physiques, ça colle bien au tempérament de l’auto. Puis, moi qui râle souvent sur l’absence de boutons de clim ou média, on les retrouve ici avec plaisir. Malheureusement, le plastique dur gâche un peu la fête et le tout manque de couleur.

La bonne surprise c’est en regardant l’ordinateur de bord. On peut facilement s’en tirer entre 6 et 7 litres aux 100 km en conduite souple et jusqu’à 9 litres en s’énervant un peu plus. Il faudra peut-être tabler sur 10/11 litres sur circuit mais cela reste très raisonnable pour s’amuser autant. Dans le même sens, ses tarifs ne sont pas déconnants. Son prix débute à 34 750 € auquel il faudra ajouter quelques options (peinture Bleu Performance à 1250 €, toit ouvrant à 1150 €, affichage tête haute à 450 € par exemple) pour obtenir un modèle comme le mien, la faisant grimper à 41 900 €. Le malus est à ce jour de 400 €.

Si vous ne pourrez malheureusement pas obtenir en option ce joli covering, la Ford Focus ST EcoBlue n’en reste pas moins une excellente auto. Peu gourmande en carburant dans votre vie de tous les jours, elle saura vous donner le plaisir qu’il vous faut une fois le week-end venu. Incisive et authentique, c’est une sportive très sympathique, même avec un diesel.

Crédit photos : Thomas D. (Fast Auto)