En cette année 2013, la célèbre firme de pneumatiques Dunlop célèbre son 125ème anniversaire.

C’est à l’occasion de la 90ème édition des 24 Heures du Mans que Dunlop a invité la presse automobile et quelques distributeurs pneumaticiens pour présenter ses derniers produits et revenir sur son histoire. Entre passion et raison, autour d’un engagement sportif important en catégories LMP2 et GTE, (re)découvrons la relation étroite entre le manufacturier et la course Mancelle. Que chauffe la gomme, nom d’un pneu !

125 ans d’Histoire

L’histoire de Dunlop débute dans une cour de ferme en Ecosse, en 1888. John Boyd Dunlop, vétérinaire de son état, souhaite que son fils Johnny aille encore plus vite et gagne les courses auxquelles il participe sur son tricycle. Il repère que l’un des problèmes majeurs est la transmission de la puissance développée par son fils aux roues : celles-ci sont alors à bandage plein et ne sont pas adhérente dans la cour de ferme détrempée. Sans avoir connaissance du brevet de « roue à air » déposé en 1846 par un autre écossais, Robert William Thomson, J.B. Dunlop décide de gainer les roues du tricycle par des boyaux en caoutchouc gonflés d’air. Ainsi équipé, son fils gagna toutes ses courses ! Et surtout, dès le 23 juillet 1888, M. Dunlop avait déposé le brevet qui le rendrait célèbre.

1889, J.B. Dunlop bâtit Fort Dunlop, plus grande usine du monde à l’époque et première unité de la firme à Dublin, soit la même année que les Michelin à Clermont-Ferrand. Mais l’année suivante, en 1890, J.B. Dunlop cède son brevet à William Harvey Du Cros, contre 1500 actions de son entreprise. La société devient alors la Dunlop Pneumatic Tyre Company, et se développe à travers l’Empire Britannique. En 1893, Dunlop s’installe en Allemagne, puis en France au début de l’année 1904. L’entreprise s’exporte au Japon en 1913 puis aux Etats-Unis en 1920 ; cette même année est créée à Montluçon une usine Dunlop de fabrication de pneus pour motos. L’implantation française sera complétée par une usine de rechapage de pneus poids lourds à Riom en 1960, alors qu’en 1958 était bâtie l’usine d’Amiens, site qui ferma ses portes cette année. En effet, ironie de l’histoire, depuis 2003, Dunlop appartient au groupe Goodyear, du nom de Charles Goodyear, l’inventeur de la vulcanisation du caoutchouc en 1839, soit 49 ans avant l’invention du pneumatique par J.B. Dunlop.

La passion du sport

L’histoire de Dunlop est intimement liée au sport. D’abord cycliste, puisque ce sont les vélocipèdes qui firent le succès de son invention, mais très vite les automobiles : le Paris-Vienne 1902 remporté par les frères Renault est la première victoire de pneus Dunlop pour automobiles ; en 1906, Charles Rolls remporte la Tourist Trophy de l’île de Man sur sa Rolls-Royce chaussée en Dunlop. La marque est également parmi les premiers fournisseurs de la Formule 1 en 1950, totalise 8 titres de Champion du Monde et 82 victoires. Dunlop équipe aussi les motos, et était de 2010 à 2012 le fournisseur exclusif des championnats Moto 2 et Moto 3. Dunlop a en outre dès 1947 réalisé un record de vitesse pour pneu, à 634 km/h.

Aux 24 Heures du Mans, Dunlop a su graver son nom. L’une des images mentales du circuit Bugatti du Mans est l’arche Dunlop. Ce pont publicitaire avait une fonction importante, et date des toutes premières éditions de la course : installée dès 1924, c’est une passerelle qui sert à passer au dessus de la piste pour passer d’un côté à l’autre du circuit. L’arche originelle ne se trouvait d’ailleurs pas à son emplacement actuel, proche du virage du Tertre rouge, et n’avait pas non plus l’apparence d’un demi-pneu. La présence de Dunlop, c’est par ailleurs une première victoire dès la deuxième édition en 1924 avec la Bentley du Team Duff & Aldington ; c’est aussi le succès de la Jaguar XK120 Type C en 1953, équipée d’une innovation de la marque : les freins à disque. En 1988 son centenaire est fêté par le doublé des Jaguar XJR-9. Au total, ce sont 34 victoires qui furent décrochées par des voitures montées sur pneus Dunlop, record à battre !

L’engagement aux 24 Heures du Mans

Si Michelin est le manufacturier officiel de la catégorie LMP1, c’est auprès de Dunlop que se fournissent les catégories LMP2 et GTE. Cela représente 19 voitures, et 3500 pneus, à raison de 2500 « slicks » et d’un millier de pneus gravés, répartis à égalité entre « pluie » et « intermédiaires ». Selon le Directeur Général de Dunlop Sport Jean-Félix Bazelin, « les deux-tiers des pneus seront utilisés durant la course ». A cet effet, l’équipementier dispose de 40 employés dans les paddocks, dont 21 personnes s’occupent du démontage/remontage/équilibrage des enveloppes, et 19 ingénieurs présents auprès des écuries afin de leur conseiller la meilleure enveloppe possible, bien que Dunlop équipe indistinctement et sans favoritisme les teams.

Chaque pneu est gonflé entre 1,5/2 kg de pression. A l’avant comme à l’arrière, la monte est en taille 18″. Selon le règlement de l’ACO, les montes sont de 5 types possible :
– Slick Hard
– Slick Medium
– Slick Soft
– Intermédiaire
– Pluie.
En 2014, une limitation du nombre d’enveloppes à disposition des écuries par épreuve est prévue dans le cadre du championnat du monde d’Endurance. Au total, Dunlop et Michelin réunis acheminent 6000 pneus, dont un tiers (2000 enveloppes) sont utilisés des essais à la course en passant par les qualifications.

Pour cette 90ème édition, Dunlop était aussi présent avec la voiture n°66, une Art Car à son effigie. C’est l’oeuvre de Mickael Guyot, qui a remporté un concours international rassemblant une centaine de candidatures venant de 21 pays. Elle orne la Ferrari 458 Italia GT2 du team JMW MotorSport. Aux mains des pilotes Khaled al Qubaisi, Abdulaziz al Faisal et Andrea Bertolini, l’Art Car Dunlop a terminé 34ème de l’épreuve, avec 300 tours parcourus. Clin d’oeil sympa : l’auteur Mickael Guyot est Manceau et se passionne pour les courses d’Endurance depuis l’enfance : voilà une bien belle récompense !

Un bel anniversaire

Auprès de ses invités, dont faisait partie BlogAutomobile, Dunlop a célébré ses 125 ans avec un roboratif gâteau au chocolat. De quoi remettre ses convives de leurs émotions : quelques instants auparavant, tous avaient été invités à un tour complet du circuit des 24 Heures en voitures de sport aux mains de pilotes professionnels ! Un privilège, et l’occasion de voir au plus près la fameuse arche Dunlop. Votre serviteur a eu le plaisir d’embarquer à bord de l’Audi RS4 qui ouvrit la route durant tout le tour de circuit ; nos confrères d’AutoNews ont réalisé une vidéo qui récapitule cette belle journée passée dans les paddocks, au plus près de la piste, et dans les airs.

Crédit photographique : François M. & Dunlop

Merci à toutes les équipes de Dunlop pour cette agréable journée passée en leur compagnie.