C’est définitivement non. La direction du manufacturier qui a sur ce coup été étrangement rapide vient de donner une fin de non recevoir au projet de Scop présenté ce mardi aux dirigeants de Goodyear par la CGT.

Goodyear Amiens

Adieu à ce dossier d’une bonne quarantaine de pages qui visait à la reprise et à la relance du site amienois ainsi qu’au maintien de l’emploi sur ce site industriel. La direction de Goodyear d’expliquer : »Ce projet de Scop n’est pas une solution de reprise viable des activités agricoles de Goodyear dans la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA). La SCOP consiste en fait en une simple activité de sous-traitance de la production pour le compte de Goodyear et n’apporte donc pas de solution au problème des pertes récurrentes de l’activité que ce soit à moyen ou long terme ». La direction motive son choix négatif en mettant en avant une lettre d’intention datée du 19 mars 2013 qui avait été envoyée par la CGT Goodyear Amiens Nord à la direction. La lettre et le projet de l’époque (il y a 5 semaines seulement) parlaient d’une reprise de l’ensemble des activités agricoles de la zone mais en réalité le projet se limite « trop facilement » à la seule activité de production de pneumatiques agricoles de l’usine nordiste. Goodyear enfonce le clou en expliquant qu’aucune garantie pour le maintien des emplois n’est par ailleurs offerte par ce projet de SCOP .Cette reprise et cette relance exigeraient, selon la direction, que le groupe américain poursuive son activité de R&D agricole mais c’est une approche totalement inenvisageable dans la conjoncture actuelle puisque le manufacturier à clairement annoncer son choix d’arrêter son activité qui entraine une perte annuelle de 20 millions d’euros. Une somme non acceptable pour Goodyear en ces temps de crise économique, notamment en Europe.

Chez les salariés et à la CGT (qui menait le projet), on se dit très déçu et on explique : « On est extrêmement surpris parce qu’on a remis le projet de Scop à la direction il y a seulement deux jours – le 23 avril 2013 – et déjà ils répondent par la négative. C’est un manque de sérieux évident de la part d’une multinationale qui balaie ainsi d’un revers de main un projet fiable, intelligent qui permettait de sauver un maximum d’emplois et de garantir l’avenir industriel d’un site dans les mêmes conditions qu’un autre repreneur qui s’appelait Titan (projet quasi accepté par Goodyear mais mis à mal par l’état français lors de vifs échanges entre A. Montebourg et M.Taylior, le PDG de Titan. »

Reste désormais un bras de fer social entre le syndicat et la direction de Goodyear même si la CGT veut reprendre le projet de SCOP et le faire évoluer avec « l’aide » de Goodyear puisque le syndicat aimerait bien que le manufacturier cède à titre gracieux brevets et moules de fabrication des pneus agricoles ce qui permettrait d’alléger les charges de la possible SCOP. Le syndicat et les salariés vont donc revoir leur projet même s’il n’y a désormais plus grand espoir de voir le site d’Amiens Nord perdurer dans son activité industrielle. A suivre.

Via AP, BFM, LePoint.
Crédit Photo : LeParisien.