Vendredi 16 Mai, 16h00. Rendez-vous est pris avec Benoit Cortot, le chef des ventes de la concession Renault de Guéret, qui est le géniteur de la Clio Série 23.
C’est ainsi en exclusivité que Blog Automobile a pu poser ses questions à celui qui est à l’origine de la Clio bicolore.
Pleins feux sur la Clio Série 23, ou la Clio bi-ton en provenance de la Creuse !

Renault Clio Série 23

Blog Automobile : Comment l’idée de proposer une telle série vous est-elle venue ?

Benoit Cortot : L’idée m’est venue au mois de Mars. J’ai aperçu un client tourner seul dans la concession. Je m’approche vers lui, lui demande si je peux le conseiller, et ce dernier me dit, après quelques secondes de conversation, qu’il aime beaucoup la dernière Clio, mais qu’il apprécie aussi, avec sa femme, le Renault Captur, pour la possibilité d’opter pour une configuration bicolore, et que c’est justement le fait de pouvoir choisir un toit d’une couleur différente du reste de la carrosserie qui l’intéresse. Je lui rétorque alors : «prenez un Captur» ! Mais le client me répond que celle qui lui plait vraiment, à lui, c’est la Clio, et que ce qu’il aimerait, c’est voir une Clio bicolore ! Pris dans l’élan de la discussion, je lui lance sans réfléchir : «et si je vous faisais une Clio bicolore, vous me la prendriez ?», ce à quoi l’intéressé me répond : «sans hésiter !» !

B. A : Comment les choses se sont ensuite déroulées ?

B. C : Tout s’est enchaîné très vite, et «en cachette». Le soir même, j’ai demandé à ce que l’on me fasse une simulation. Une première image a alors été réalisée sur la base d’une Clio Intens Rouge Flamme, avec un toit blanc, que j’ai d’ailleurs toujours en fond d’écran. On a essayé plusieurs variantes : seulement le toit de couleur blanche, le toit + les montants de pare-brise…c’est finalement la deuxième alternative, dans la mouvance de ce qui est déjà proposé sur le Captur, qui a retenu notre attention.
Dans la foulée, nous sommes passés à la phase de réalisation réelle, sur la base cette fois d’une Clio Intens Noir Étoile.
La voiture a ensuite été exposée quelques jours dans la concession, au milieu du mois de Mars, et notamment lors des journées portes ouvertes, où beaucoup ont apprécié la configuration.
Un client est même prêt à la prendre de suite. «Mais le problème, c’est que je ne veux pas me retrouver avec deux voitures !» : devant mon air dubitatif, il m’avoue alors que sa femme était au même moment chez Citroën, prête à signer pour une DS3 noire/toit blanc ! Il a appelé son épouse, en lui disant : «si je te dis que je suis à la concession Renault et que j’ai sous les yeux une Clio noire avec un toit blanc, tu viens ?». Je ne sais pas où sa femme en était avec le vendeur Citroën, mais quoi qu’il en soit, le couple est reparti avec «ma» Clio bicolore, avec la fierté de rouler avec un exemplaire unique, qui l’a sans doute poussé à acheter la Clio plutôt que la DS3.

Renault Clio Série 23

Une photo datant de Mars 2014, de la première Clio Série 23 !

B. A : Suite à cet engouement général, avez-vous contacté la maison-mère ? Qu’a-t-elle pensé de votre initiative ?

B. C : La réalisation de la voiture s’est faite très rapidement, et encore une fois, en secret. Même si on me disait «tu ne devrais pas la faire !», j’ai tout de même voulu voir naître cette Clio bicolore, persuadé du potentiel du projet.
Et lors des portes-ouvertes du week-end du 15 Mars, une responsable de chez Renault est passée à l’improviste, et est tombée nez-à-nez avec la Clio noire/toit blanc ! Elle a trouvé la voiture très jolie, et semblait très intéressée par l’idée, mais elle m’a aussi signifié qu’il fallait mieux prévenir Renault le plus rapidement possible !
Quelques heures après, j’ai donc contacté la marque, qui m’a donné une réponse en demie-teinte : si le fait qu’un concessionnaire réalise des Clio bicolores ne la dérange pas, elle s’est cependant montrée réservée quant à la viabilité économique du modèle, et estime qu’une Clio bicolore «ne se vendrait pas», sans d’autres explications. La commercialisation à une échelle nationale (voire mondiale) d’une Clio bicolore n’est donc a priori pas envisagée par Renault.

B. A : Avez-vous prévu un nombre d’exemplaires pré-déterminé ? La Clio Série 23 est-elle, à l’heure actuelle, une série limitée ?

B. C : A la base, la voiture a été faite seulement pour un client. Mais sentant qu’il y avait une opportunité à saisir, j’ai fait créer le site http://www.clioserie23.com/, histoire de faire parler de la concession, puis aussi de montrer ce que Renault Guéret est capable de faire !
Fin avril, un client a croisé la Clio noire/toit blanc. Intéressé, il est venu à la concession puis a choisi sa propre configuration, à savoir une Clio Gris Platine avec un toit noir.
Aujourd’hui, deux Clio Série 23 sont donc en circulation. Il n’y a pas de production pré-établie, les voitures sont faites au compte-goutte, à la demande.
D’ici quinze jours – trois semaines, une nouvelle Clio bicolore va être réalisée : cette fois-ci, elle sera Rouge Flamme avec un toit de couleur blanche.

B.A : D’ailleurs, comment se passe la réalisation ? Est-ce les carrossiers de la concession eux-mêmes qui opèrent les modifications, ou est-ce un sous-traitant/peintre local ?

B. C : C’est l’atelier peinture de la concession Renault Guéret qui réalise de A à Z les modifications. Il s’agit d’un travail assez laborieux, puisque 10 heures sont nécessaires pour obtenir une Clio bicolore : plusieurs couches de peinture sont appliquées, il faut également poncer le toit. C’est comme si l’on repeignait intégralement une partie accidentée d’une voiture.
La configuration bicolore est proposée au client en échange de 570 euros. Mais dans les faits, le changement de peinture du toit coûte, à la concession, environ 800 euros.

Renault Clio Série 23

B.A : Pourquoi l’option n’est-elle pas proposée sur la Clio Estate ?

B.C : Ce n’est pas à l’ordre du jour pour le moment. J’estime que si la Clio berline est parfaitement adaptée à une configuration bicolore, puisque nombre de ses concurrentes proposent déjà cette option, ce n’est pas forcément le cas d’un break. Par ailleurs, l’opération serait plus délicate à réaliser dans la mesure où la version Estate possède des barres de toit.
Aucune porte n’est fermée cependant : si certains clients manifestent leur intérêt d’avoir une Clio Estate Série 23, pourquoi pas !

B.A : Est-il possible de choisir d’autres configurations que celles observables sur les visuels ? Le client peut-il faire sa « propre » commande ?

B. C : Absolument. Le site est juste là pour «donner une idée» aux acheteurs des configurations envisageables, sur la possibilité d’opter pour un toit d’une couleur différente de celle de la carrosserie.
Après, il est tout à fait possible de passer commande d’une Clio Brun Ardent avec un toit blanc, alors même que la configuration n’est pas visible sur le site.
D’ailleurs, n’importe quelle Clio peut recevoir cette peinture bicolore, peu importe son moteur, et surtout, peu importe son niveau de finition : beaucoup de sites ont relayé que seule la version Intens était concernée. Mais ce n’est pas le cas !

B. A : Est-ce la première fois que Renault Guéret propose de tels services ?

B.C : C’est la première fois que la concession modifie un modèle.
Mais nous nous efforçons, quoi qu’il en soit, d’avoir des idées «originales» pour attirer les clients et faire parler de la concession : j’avais par exemple fait livrer du sable à la concession lors de la commercialisation du Captur, pour mettre en scène la voiture.
La concession a également organisé un loto au profit des enfants hospitalisés.

B.A : Pour en revenir à la Clio Série 23, comment l’information s’est-elle propagée ?

B. C : Je n’en ai pas la moindre idée ! Entre la création du site, de la première Clio Série 23 et aujourd’hui, il s’est écoulé presque deux mois. Or, ce n’est que depuis la semaine dernière que l’information est visible sur les sites spécialisés.
Peut-être un habitant de Guéret qui a croisé la Clio noire/toit blanc ou la configuration Gris Platine/toit noir et qui a contacté un site spécialisé, ou bien un passionné qui est tombé par hasard sur le site que nous avons crée, je ne sais pas du tout !
Le sujet a en tout cas été abordé par bon nombre de sites, ce qui m’a fait très plaisir. L’information s’est même retrouvée sur un blog brésilien !

D’autres photos, avec notamment la deuxième Clio Série 23 (Gris Platine/toit noir).

B.A : Est-ce que d’autres clients, depuis que l’information est visible, vous ont manifesté leur intérêt ? Voire certains concessionnaires ?

B. C : J’ai reçu plusieurs mails me félicitant pour mon initiative. J’ai également vu beaucoup de commentaires encourageants sur les blogs/sites dédiés à l’automobile.
Aussi, le directeur régional de Renault Aquitaine m’a manifesté son engouement, et rêverait de voir apparaître des Clio «Série xx» dans toutes la France.
Ce n’est qu’une hypothèse à l’heure actuelle, il n’y a absolument rien de concret. Mais ce serait une véritable fierté pour moi de croiser, un jour, une Clio Série 31, 44, 50 !

B.A : Si le succès est au rendez-vous, que l’affaire continue son chemin, pensez-vous que Renault changera d’avis ?

B. C : Encore une fois, le marketing de Renault n’est pas emballé par l’idée. Mais qui sait, peut-être que si la Clio Série 23 continue à faire parler d’elle, et que d’autres concessionnaires, reprennent l’idée, Renault changera d’avis !
Je ne serai pas étonné de voir Renault proposer une option bicolore sur la Phase 2 de la Clio. Mais il ne faut pas que la marque tarde : la mode du bicolore, c’est en ce moment, et cela fait même quelques années qu’elle existe. Et la mode…ça se démode ! C’est maintenant qu’il faut en profiter.

Un grand merci à Benoit Cortot pour avoir répondu à toutes nos questions, et à la concession Renault Guéret pour nous avoir reçu !

Crédits photos : Benoit Cortot pour Blog Automobile, Facebook Renault Guéret, Adrien Ayffre.

Benoit Cortot