En tant que lecteur assidu (enfin, on espère…), vous n’êtes pas sans savoir que j’avais essayé fin 2018 la toute nouvelle Audi A1 dans l’unique configuration disponible à l’époque, le 30 TFSI de 116 chevaux. Quelques mois ont passé et quelques motorisations supplémentaires sont arrivées en concession. Nous voici alors aux commandes du bloc 35 TFSI de 150 chevaux.

La citadine qui était pleine de qualité devrait se montrer encore plus prometteuse avec quelques chevaux de plus. Et sans plus de suspens, je dois reconnaitre que ce fut le cas. Alors que je parlais déjà d’accélérations et relances satisfaisantes il manquait ce petit je ne sais quoi pour la rendre plus fun à conduire. Ça, c’est pour la rhétorique, parce qu’en fait ce qu’il lui manquait c’était surtout ces canassons supplémentaires. Le bloc 4 cylindres, cette fois-ci, développe donc 150 chevaux et permet à l’A1 d’exprimer toujours plus son potentiel en étant vraiment dynamique. Avec un 0 à 100 km/h expédié en seulement 7,7 secondes (c’est mieux qu’une Swift Sport) elle fait preuve de vivacité et on aime vraiment ça. Le couple plus important (250 Nm) et disponible sur une plus large plage (1500 à 3500 tr/min) offrent des relances excellentes, de quoi briguer le titre de reine des villes. Mais aussi en dehors des villes rassurez-vous, 150 chevaux et un poids concis sont idéals pour ne pas être ridicule face à la quasi-totalité des autres véhicules grand public.

D’ailleurs, à mes commandes, elle n’a pas fait que de la ville. Un petit tour en campagne lui aura permis d’afficher un grip toujours aussi surprenant ; avec un train avant et arrière soudés ensemble, les changements d’appuis sont bluffants. On se laisse guider dans le sinueux par sa direction précise et son envie de mordre le bitume avec hargne et bienveillance en même temps. La boîte automatique S Tronic 7 joue le jeu elle aussi et apparait parfaite, sans reproche, surtout sur un tel segment. Ce duo moteur/boite offre à ce nouveau millésime un agrément de conduite irréprochable et largement suffisant.

Avec tout ça, elle est également une alliée du quotidien. Silencieuse et maniable, l’A1 donne envie d’enquiller les kilomètres dans toutes les situations de la vie de tous les jours. Puis contrairement à ma dernière prise en main, grâce cette fois-ci aux suspensions adaptatives du pack dynamique (840 €), je n’ai pas été si choqué par la dureté des suspensions. Cela reste encore un peu ferme pour un véhicule typé urbain mais on arrive à trouver un bon compromis entre fermeté et confort.

Si je vous ai suffisant présenté l’auto ici-même lors de l’essai du côté de Marseille voici quand même une petite piqûre de rappel. Le constructeur a pris un risque stylistique avec cette nouvelle A1 et pour moi le pari est gagné. Notamment dans cette configuration S Line, elle dévoile un vrai caractère et une vraie personnalité qui donnent envie de se retourner sur son passage. Il faut oser la couleur pour lui rendre hommage ! A l’intérieur, technologie et confort rime toujours malheureusement avec plastique, bien trop présent pour une telle auto. Une prise en main agréable et un bel effort pour l’espace à bord ou le chargement font quand même oublier ce petit couac de lancement.

On en vient au point noir du modèle, les tarifs. Alors qu’une A1 peut rejoindre votre garage pour 20 600 € avec le 25 TFSI (95 ch) manuel, il en faudra au moins 27 550 € pour le 35 TFSI S Tronic. La finition S Line ici présente ajoute 4100 € à la facture. Sans oublier la peinture (350 €), la navigation  MMI (2175 €) ou la caméra de recul (400 €) pour en arriver à un modèle d’essai s’affichant à plus de 41 000 €. Quant à la consommation on remarque avec plaisir que notre A1 35 TFSI ne se veut pas beaucoup plus gourmande. On relève des valeurs de 5,5 à 7,5 l/100 dans les situations de tous les jours, merci au système de désactivation de cylindres. C’est bien sûr en augmentant un peu la cadence qu’elle sera capable de boire jusqu’à 10 litres de sans plomb.

Vous avez dû le remarquer tout au long de cet essai, oui j’ai aimé cette nouvelle Audi A1. J’ai aimé son comportement, j’ai aimé sa fougue, j’ai aimé sa gueule, elle a tout un tas de qualité pour séduire c’est indéniable. Dommage qu’un intérieur simpliste et un tarif pas simpliste du tout viennent un peu gâcher ce petit coup de foudre. Et vous alors, vous aimez ?

Crédit photos : Thomas D. (Fast Auto)