Les essais automobiles que nous faisons se déroulent généralement en Europe – le plus souvent en Espagne, histoire d’avoir le plus de chance côté météo. Mais, cette fois, BMW nous a invité de l’autre côté de la Méditerranée, à Marrakech, pour découvrir son SUV star, le X5 – gentiment surnommé Le Boss en interne. On a pu l’essayer sur des terrains à faible adhérence du désert d’Agafay. Mélange de sable et de caillou, un excellent moyen pour connaître ses capacités tout chemin. Cette version est-elle à la hauteur de ses devancières ? C’est ce que nous allons voir.

Il ne faut pas oublier que le X5, c’est un des précurseurs des SUV premium – je mets volontairement de côté les Range Rover, car ce sont pour moi avant tout de “vrais” 4×4, capables de se sortir de toutes les situations. Le X5, lui, est depuis 1999 le SUV le plus vendu de son segment avec plus de 2,2 millions d’unités écoulées à travers le monde. Cette nouvelle génération se doit donc de continuer sur la lancée des générations précédentes.

Faisons d’abord le tour de la bête – c’est l’adjectif qui lui sied le mieux : 4,92 m de long (+ 36 mm), 2 m de large (+ 66 mm !) et 1,75 m de haut (+ 19 mm). Voilà les dimensions du nouveau X5. Ce G05 (son petit nom de code interne) est donc très imposant, on ne va pas se le cacher.

Mais qu’est-ce qu’il en impose, surtout dans cette version M50d qu’on a pu essayer ! Son accastillage (petite dédicace à mon JB du Billet Auto qui m’a accompagné lors de cet essai) extérieur spécifique rend le BMW X5 beaucoup plus méchant et j’adore ça ! Depuis la série 7 M60Li, on retrouve sur les finitions MPerformance une finition aluminium brossé teinté de bronze, qui, à mon avis, accentue vraiment le côté sportif de la voiture, tout en lui donnant un côté très luxueux.

Il faut dire que le X5 nouvelle génération inaugure un style très marqué et différent. Les haricots à l’avant deviennent plus gros et fusionnent. Ce sera le futur des X chez BMW. Notre version MPerformance est habillée de nervures et d’élargisseurs qui accentuent encore plus son coté sportif. Sur le profil, la tradition de la marque bavaroise veut que les poignées de porte se placent sur la ligne de force de l’auto. Sur cette dernière version, la poignée avant n’est plus sur cette ligne. C’est un détail, mais qui prouve le désir d’évolution de BMW. A l’arrière, c’est la première fois qu’on voit une munichoise de l’ère moderne sans les feux en L traditionnels. Au contraire, elle inaugure de nouveaux feux rectangulaires en relief.

Passons à l’intérieur. On passe ici du côté sportif à un monde de luxe et de confort, qui rendrait jalouses les plus luxueuses berlines du marché. Un mix de cuir, d’inserts de bois précieux ou en métal de très haute qualité. Lorsque le plastique est présent, c’est d’une très haute qualité et le tout dans un assemblage qui frôle la perfection. Le pommeau de vitesse est en verre avec le X en transparence avec le pack CraftedClarity (700€) qui passe aussi le bouton volume, le contrôleur «iDrive» et le Bouton Start/Stop en finition verre. Si on y ajoute le toit panoramique avec les motifs LED intégrés au verre (2 800 €), de toute beauté, on se croirait presque dans une berline ultra luxe du groupe, la Rolls-Royce Ghost -rien que ça. 

Niveau confort, on est assis dans des sièges très confortables en superbe cuir matelassé qui peuvent nous masser (+ 1 150 €), chauffer (+ 400 €) ou ventiler (+ 900 €). Vous avez dit première classe? On y est presque ! Alors BMW a pensé à une nouvelle option… les accoudoirs chauffants ! Ça peut ne pas sembler très très utile, mais je pense que dans le froid de l’hiver ça peut être très agréable, comme le volant chauffant.

Les technologies sont aussi légion dans le nouveau X5. Que ce soit la sonorisation Bowers & Wilkins (5 550 €) de 1 508 W avec ses 20 haut-parleurs, les 2 écrans de 12,3 pouces, ou encore le porte gobelet chauffant et réfrigéré (300 €, ne rigolez pas). Mais aussi la recharge sans fil par induction, la compatibilité Apple CarPlay et il s’agit même de la première voiture que je teste à disposer de prises USB-C pour recharger votre smartphone compatible.

Dans le coffre de 650 litres (1870 litres une fois la deuxième rangée rabattue), se cache une nouveauté non disponible sur notre version d’essai : des boudins en plastique qui se gonflent a la fermeture du coffre pour éviter le déplacement des objets. Mais aussi une option pratique et intéressante : le cache bagage coulissant qui vient se cacher dans le plancher du coffre. On se demande toujours où mettre ce truc et bien avec cette option à 700 €, on ne se pose plus la question ! Le coffre garde en outre l’ouverture en deux parties qui devient totalement électrique. Si vous avez la suspension pneumatique comme notre version d’essai, vous avez la possibilité de rabaisser la hauteur de caisse de 4 cm pour faciliter l’accès.

Parlons un petit peu moteur. J’avais eu l’occasion il y a plus de 3 ans de prendre la main du X6 M50d lors de la première édition du M Festival. Et ce moteur m’avait bluffé par sa puissance et son couple démoniaque. Aujourd’hui, j’ai pu essayer la nouvelle version de ce moteur diesel surpuissant qui gagne 1 turbo pour devenir quadriturbo ! Les 4 turbos (2 petits & 2 gros) viennent travailler de concert pour améliorer l’agrément de ce moteur fabuleux. Car la base on la connaît, c’est le 6 cylindres en ligne du 30d qui est légion sur la gamme BMW et qu’on a pu essayer par exemples sur la série 5 Touring avec Thomas. Cette nouvelle mouture gagne également 19 ch et 20 Nm de couple. Ce surcroît de puissance permet de gagner un anecdotique dixième de seconde au 0 à 100 km/h, mais surtout un départ encore plus canon !

Et cette puissance supplémentaire permet un plaisir, une souplesse et un agrément assez démentiels. Lors de nos pérégrinations hors piste, on a pu voir que ce moteur avait un couple sans fin mais totalement maîtrisable. Malgré l’absence du pack xOffroad (3 000 €) de notre modèle d’essai, la voiture comprend toute seule très bien le terrain sur le quel elle est et va gérer assez bien la puissance. Et sur notre version M50d, on sent qu’avec 10 % de pression sur la pédale de droite, on pourrait tout franchir. Ce pack permet en outre de modifier la hauteur de caisse de 80 mm grâce à une suspension pneumatique. Mais aussi d’adapter la réponse pédale, la boite de vitesse, le système xDrive, l’ESP ou encore l’ABS pour permettre d’adhérer encore mieux sur n’importe quelle surface, que ce soit du sable, du gravier, des cailloux ou de la neige.

Mais notre version d’essai était avant tout faite pour l’asphalte. Et il ne m’a pas du tout déçu ! Au fil des kilomètres sur les routes pas toujours en bon état du Maroc, on a pu tester le confort de la suspension pneumatique de notre version d’essai (2 150 €). La voiture annihile toutes les imperfections de la route, le tout malgré les roues de 21 pouces. Mais il n’y a pas que le confort dans la vie, et BMW a après tout pour slogan “le plaisir de conduire”. Il faut donc que ce SUV de 2 350 kg soit digne d’une telle affirmation. Il est vrai que le poids important se ressent dans les virages. Mais lors que vous écrasez la pédale de droite vous oubliez ce poids et vous profitez d’un dynamisme déroutant.

On arracherait presque le bitume à chaque kickdown ! Quel bonheur ! Surtout que le son du 6 en ligne diesel est déjà très agréable dans sa version basique. Mais là, il est retravaillé à l’intérieur et à l’extérieur pour lui donner ce supplément d’âme et égayer chaque instant avec lui. Du démarrage avec une montée en régime flatteuse, aux fulgurances des plus de 5000 tr/min en passant par le cruising en toute simplicité.

La suspension rabaissée de cette version MPerformance, permet de gagner en dynamisme. Mais ce moteur surpuissant l’est tellement qu’il nous fait facilement atteindre des vitesses inavouables en France mais parfaitement agréables sur les autoroutes allemandes. Et tout ça dans un confort royal.

Ce nouveau X5 inaugure une nouvelle fonctionnalité d’assistance à la marche arrière qui enregistre les 50 derniers mètres en dessous de 36 km/h et qui va vous permettre de vous sortir de moments très difficile surtout avec un gros bébé comme celui-ci. Enfin, le X5 dispose d’une panoplie complète d’assistance à la conduite avec les traditionnels assistants de maintien de voie ou de régulateur adaptatif. Mais aussi une fonctionnalité toujours en cours d’homologation qui est la capacité de détection d’endormissement du conducteur grâce à des capteurs au niveau du compteur de vitesse, qui va, si le chauffeur s’assoupit, prendre le contrôle de la voiture et mettre celle-ci hors de danger sur la voie d’arrêt d’urgence. Des fonctionnalités qu’on ne manquera pas d’essayer dans le futur…ou pas.

Ce X5 débute à 72 400 € en version 30d 265ch en finition Lounge de base. Notre version à l’essai chapeaute la gamme avec un tarif de base qui culmine à 100 350€. Avec les options, notre belle bleue s’affiche à 129 570 €.

C’est donc là son seul défaut? C’est en réalité ce sentiment qui me vient à la fin de cet essai. C’est une voiture dynamique, belle, élégante, affirmée et terriblement jouissive à conduire ! Mais jamais je ne pourrais me l’offrir. Cependant, si vous avez les moyens, n’hésitez pas une seconde, foncez chez votre concessionnaire et faites-vous ce plaisir. Vous ne le regretterez pas !

Merci BMW France pour l’invitation, le Maroc pour son accueil et JB pour l’accompagnement sans faille !

Photos : Ugo Missana pour Blogautomobile et JB du Billet Auto.