Visiter une usine est toujours un moment intéressant, que je n’avais pourtant jamais expérimenté. Mais grâce à Kia, c’est maintenant chose accomplie. Pour fêter la mise en production de la troisième carrosserie de sa berline Ceed, la marque coréenne m’a en effet invité à visiter son usine européenne en Slovaquie…

L’usine est située dans la ville de Zilina en République de Slovaquie. C’est un complexe immense qui produit les différentes versions de la Ceed mais aussi le Sportage et la Venga – qui n’est plus vendu en France.

J’aime toujours aller dans des pays que je n’ai pas eu la chance de visiter auparavant. Et il est vrai qu’on a cette chance d’être invités dans des pays pas communs. Je ne serais, je pense, jamais allé en Slovaquie de mon propre chef. Et c’est dommage, cet ancien pays du bloc de l’est regorgeant de paysages d’une réelle beauté.

Vous allez me demander pourquoi Kia s’est installé en 2006 dans ce petit pays de l’Est pour produire ses voitures. Le coup de la main d’œuvre est évidemment entré en ligne de compte, car, avec un SMIC de 480 €, il est vrai qu’un pays comme la France ne peut pas rivaliser. De plus, cette usine produit des voitures pour l’Europe entière : la position géographique du pays, au beau milieu de l’Europe, ne pouvait tomber mieux. Selon les dire de Kia, le pays est aussi très stable politiquement et l’éducation de la population est d’un très bon niveau. C’est donc cet ensemble de paramètres qui ont décidé Kia à s’installer dans ce petit pays.

Mais revenons au sujet principal, la mise en production de la ProCeed, le shooting break qui fait passer Kia d’un statut de “Fast Follower” à une position de créateur de segment. Et il est vrai qu’à part Porsche et Mercedes, il n’y a guère de shooting break sur le marché. Kia devient donc donc le seul constructeur généraliste à proposer cette carrosserie ! 

Il faut avouer que ça fait du bien de voir autre chose qu’un SUV en nouveauté sur le marché automobile. Et surtout qu’il n’est pas moche, ce ProCeed ! Avec ses faux airs de Panamera à l’arrière, on se surprend à apprécier un design un peu chargé, chose hélas courante chez les coréens.

Le jeudi 15 novembre 2018 est donc une date importante pour l’usine de Zilina car elle est celle du début de la « mass production » de l’auto. Une voiture avant tout image pour la marque coréenne, comme la Stinger par exemple (dont vous pouvez retrouver nos essais en cliquant ici, ici ou ).

Dans mon imaginaire, les usines automobiles sont des lieux où travailler est compliqué. Mais on n’est plus dans les années 20 : aujourd’hui, les robots sont légion et s’occupent des tâches les plus compliquées. Les ouvriers, eux, changent de tâches toutes les 3 heures, passant de manœuvres très exigeantes physiquement à d’autres plus simples pour protéger leur santé.

On a pu visiter les endroits très techniques comme celui où les robots découpent les feuilles d’acier pour créer des patrons, qui iront ensuite dans des moules de différentes formes pour créer l’ensemble des pièces de carrosserie. Celles-ci seront ensuite soudées pour réaliser une carcasse de métal qui sera ensuite peinte pour créer enfin une voiture. Toutes ces tâches pénibles sont réalisées par plus de 300 robots et sont simplement supervisées par des techniciens en charge de surveiller le bon fonctionnement des machines.

Ensuite vient le moment de l’assemblage. Le moment est crucial, puisque 63 voitures sortent toutes les heures de l’usine. Il faut donc que toutes les pièces qui composent les 5 carrosseries produites dans l’usine (pour rappel, Ceed, Ceed SW, ProCeed, Sportage & Venga) arrivent au bon moment pour ne pas ralentir la marche.

On commence donc par l’extérieur avec les pare-chocs avant, puis le groupe moto-propulseur avec les trains roulants et le moteur. Ensuite vient le tour de l’intérieur, qui commence par la plus grosse pièce, le tableau de bord qui arrive déjà tout construit. Il est inséré par un robot qui se faufile à l’intérieur de l’habitacle pour y clipser la pièce sur la structure. Bluffant. Puis, la moquette, le bloc central avant, les sièges, les pare-soleils etc…

Entre le moment où la bobine d’acier est découpée et celui où la voiture est terminée, il se passe une journée. Au total, c’est 335 600 véhicules qui sont sortis de l’usine en 2017. L’usine produit également des moteurs pour un usage interne mais aussi pour l’usine Hyundai de Nosovice en République Tchèque, qui produit pour l’usine de Zilina les boites de vitesse.

Kia a donc commencé à produire la nouvelle déclinaison de Ceed dès hier. Vous pourrez donc très rapidement la retrouver en concession et vous pourrez la commander si ce shooting-break est à votre goût.

Merci à Kia pour l’invitation

Photos : Ugo Missana pour Blogautomobile