WP_20140726_002

Oui oui, je sais, on a déjà essayé la nouvelle 308 sur le site, que ce soit en berline ou en SW. Mais un nouveau moteur vient d’apparaître au sein de la gamme, et qui a toutes les chances de devenir un futur best-seller pour PSA : le BlueHDi 120. On s’est donc dit que ça valait bien un autre essai.

 

–Avant de commencer, je voulais vous prévenir sur les illustrations de cet article. J’avais trouvé de jolis spots et fait de belles photos avec mon petit appareil… Que j’ai oublié dans le TGV Paris-Annecy. Avec les clichés dedans. Vous aurez donc droit à quelques images prises depuis mon téléphone et quelques autres grappillées ici et là sur la toile. J’ai extrêmement honte de vous présenter un contenu d’aussi pauvre qualité. Toutes mes excuses.–

 

Je dois l’avouer, le nouveau moteur n’était qu’une excuse pour demander cet essai : j’avais vraiment envie d’essayer une 308 « tout court ». J’avais pu en conduire une quelques instants un soir d’hiver, dotée du -rare- THP 125, et ça m’avait mis l’eau à la bouche : l’idée de passer une semaine en compagnie de cette belle compacte me réjouissait donc plus que tout.

Car oui, la 308 est belle. Philippe nous aura fait baver lors des journées presse avec ses exemplaires haut de gamme bardés de chromes, de cuirs et d’électronique, mais je me contenterai personnellement d’une version « Business Pack » blanche (nacrée certes, mais blanche quand même), basée sur la finition Active. En d’autres termes, adieu aux chromes, au toit vitré, aux aides à la conduite évoluées et aux feux à LED pour se rapprocher d’une configuration plus accessible au commun des mortels. Malgré le bouclier « bas de gamme » (associé aux feux halogènes, un autre plus quali étant proposé pour les versions dotées des projecteurs full LED) et les petites jantes de 16’’, la 308 respire le sérieux. C’est une auto valorisante, sans excentricité mais dotée d’une réelle élégance. Pour synthétiser [attention running gag en approche], elle est très distinguée. Une vraie Peugeot, en quelque sorte. Et si jamais vous en doutiez, les phares « griffés », la fine calandre enchâssée du nom de la marque et les feux dotés des trois guides de lumière, là aussi en forme de griffe, ne permettront plus aucun doute.

 

C’est à l’intérieur que la 308 se distingue le plus de ses concurrentes. Pompeusement dénommée « Peugeot i-Cockpit », la planche de bord est sans nul doute la plus réussie du segment, du moins de mon point de vue. Et ce pour plusieurs choses : commençons par le côté épuré de la chose, avec extrêmement peu de boutons physiques disponibles. Quasiment tout est regroupé dans le SMEG+, cet écran tactile de 7’’ légèrement incliné vers le conducteur, de la climatisation à la radio-CD-iPod-Bletooth (alléluia, le lecteur CD n’est pas chassé de l’auto, il ne représente « qu’une » option) en passant par la navigation, voir même quelques services connectés –à condition d’avoir coché l’option adéquate. Bonne nouvelle, l’interface est suffisamment claire et intuitive pour éviter de trop se déconcentrer de la route, même si le R-Link de Renault reste pour moi encore un cran au-dessus. Mais bon, le clou du spectacle, c’est quand même le poste de conduite en lui-même, avec ce fameux petit volant et le bloc compteurs en hauteur. Ah ça, il aura fait couler de l’encre, que ce soit pour la 208 ou la 308. Mais, je le dis et je le répète, NON NON NON, il n’y a absolument aucun souci de lisibilité. Zéro. Rien. Nada. Que dalle. Quelle que soit la morphologie des personnes ayant pris le volant durant le prêt, jamais personne ne s’est plaint de quoi que ce soit. Juste penser à tirer un peu le volant vers soi si on est très grand, mais rien de plus. Que du bon donc, que ce soit au niveau du volant (aussi beau à regarder qu’agréable à prendre en main) ou des compteurs, ultra lisibles, avec l’original compte-tour inversé. Remarquons aussi un sentiment de qualité générale bien présent –qui s’entend dès la fermeture des portes avec un bruit mat bien quali-, bien aidé par de jolis matériaux, un assemblage sans défauts et une finition de très bon niveau. On se sent bien à bord de la 308, et mes passagers ne diront pas le contraire, grâce à une banquette arrière accueillante et un coffre au volume généreux. Au top.

 

Mais il est temps de parler de la raison principale de cet essai : le moteur. En raison des nouvelles normes Euro 6, qui seront mises en place dans les semaines à venir, PSA a développé une nouvelle gamme de moteurs diesel, les BlueHDi (vous pouvez retrouver l’essai de la version 150 ch sur le Picasso ici). Exit donc le e-HDi 110 pour le BlueHDi 120, promettant des consommations et des rejets de polluants (CO2, NOx, particules) en baisse, en partie grâce à l’implantation d’un deuxième filtre en plus du FAP, carburant à l’AdBlue (c’est du pipi de l’urée), un liquide dont il faudra faire le plein en concession tous les 20 000 km. Et concrètement, ça donne quoi ? C’est pas mal ! Bon point pour la discrétion, que ce soit en termes de bruit à l’accélération ou de vibrations : ce diesel sait se faire oublier. Et, grâce à une augmentation du couple de 30 Nm (pour culminer à 300 Nm, une valeur très intéressante pour cette puissance), les relances sont amplement suffisantes… Au-dessus de 1500 tr/min. Car en dessous, c’est un peu le désert de Gobi. D’autant que l’étagement de la boîte n’aide pas : quand l’environnement est dégagé, j’évolue habituellement en 4° à 50 km/h et en 6° à 90. Seulement, avec la 308, la moindre petite difficulté (mini côte, petit ralentissement) à ces vitesses obligeait à rétrograder immédiatement sous peine de sentir le moteur s’étrangler. Un peu plus de souplesse aurait été la bienvenue. Et dommage aussi que PSA abandonne son système de Stop&Start à base d’alterno-démarreur (le plus agréable, et de loin, qui me soit passé entre les mains) pour un plus rustre et basique démarreur renforcé.

 

Heureusement, la commande de boîte est très agréable à manier, avec des débattements raisonnables et un bon guidage. Mais, plus généralement, on peut simplement dire que la 308 est un plaisir à conduire. Entre un châssis extrêmement sûr, des suspensions fermes mais très confortables, une direction offrant l’équilibre parfait entre légèreté et précision, une pédale de frein à la consistance sans défaut, et, bien entendu, le merveilleux petit volant, on se sent en confiance, et, même avec ce diesel de milieu de gamme pas forcément très sexy, on arrive à se faire plaisir. Et j’ai terriblement hâte de découvrir ce que donneront les futures déclinaisons sportives. Mon seul reproche (et oui, il en faut bien) porterait sur l’insonorisation que je trouve un peu légère : à 130 sur l’autoroute, je trouve les bruits aérodynamiques et de roulement trop présents. Mais j’ai découvert il y a peu que la qualité des insonorisants variait en fonction du niveau de finition de l’auto : une Allure ou une Féline doivent donc être mieux loties que mon exemplaire de milieu de gamme.

 

Et en termes de sous ? Après 1000 km passés derrière son volant, j’aurai consommé en moyenne 5,0 l / 100 km tout rond, et –croyez-moi- vous devriez être facilement capable de consommer encore moins. En terme de prix d’achat, une 308 « tout court » débute à 18 200 €, et accéder à ce BlueHDi 120 vous demandera minimum 27 050 € (et oui, il n’est pour l’instant disponible pour les particuliers qu’en finition Allure), auquel il faut –privilège de plus en plus rare- retirer 150 € de bonus en raison d’émissions de CO2 ne dépassant pas 84 g/km. Près de 27 000 € pour une compacte, voilà qui commence à faire réfléchir. Du coup, pourquoi ne pas jeter un œil vers les –excellents- nouveaux petits 3 cylindres essence ? Le PureTech 130 vous coûtera près de 2 000 € de moins, sera au moins aussi pêchu, et plus agréable à manier. Cerise sur le gâteau, Philippe a bien aimé, si ça peut achever de vous convaincre. A moins que vous ne bouffiez que de l’autoroute à longueur de journée, la question se pose !

 

Aucun doute possible : la nouvelle 308 est une voiture bien née. A chaque lancement d’une compacte française, la presse titre en une : « la [insérez le nom de la voiture] arrive et va bouffer de la Golf », avant que cette même voiture se fasse descendre par les mêmes journalistes lors des essais parce que, vous savez, la Golf c’est bien quand même, et puis c’est facile à revendre (mais faut la choisir en gris hein sinon ça marche pas). Mais là, je ne vois pas ce qu’on pourrait reprocher à la 308 : elle est élégante, spacieuse, confortable, bien finie et sobre. Elle mérite amplement son titre de Voiture de l’année : bravo Peugeot. Quant au choix de la motorisation, c’est là aussi très intéressant puisque c’est la première fois depuis un petit paquet d’années qu’on peut ouvertement se poser la question sur le choix du carburant pour une compacte. D’autant plus intéressant que cette interrogation porte sur un modèle PSA, pourtant apôtre number 1 du diesel jusqu’à pas si longtemps. Les temps changent… Et c’est tant mieux.

Crédits « photos » : Jean-Baptiste Passieux // Illustrations PSA

Merci à Anthony Roux pour la mise en place express de l’essai !

Suivez-moi sur Twitter : @JBPssx.