La Tesla Model S est à ce jour bien connue mais probablement très peu d’entre vous ont déjà eu la chance d’en conduire une. C’était également mon cas il y a seulement quelques semaines. Alors, loin de vous la représenter de A à Z, on vous propose aujourd’hui un nouveau regard sur cette auto qui fait couler toujours beaucoup d’encre.

Tout d’abord, vous m’excuserez, mais j’avais besoin de commencer par un petit éclaircissement. Pour ma part, je ne veux absolument pas voir disparaître les moteurs thermiques mais pourtant j’adore ces voitures électriques. Point. Voilà, c’est dit, passons maintenant à l’essai… 😀

Évidemment les premiers tours de roues sont déroutants à bord de cette Model S. Pourtant ce n’est pas une première pour moi au volant d’un véhicule électrique, mais Tesla a fait très fort concernant l’insonorisation. Les bruits de roulement ou mécaniques sont inexistants, les bruits de vent se font discrets et le mobilier reste à sa place. Toutefois le plus déroutant bien sûr, c’est quand enfin je me dis : « bon allez je teste l’accélération », et là paf! ce vaisseau spatial part sur une autre planète. De quoi j’imagine, m’offrir quelques sensations lors du week-end à ses commandes.

Justement, après 2 ou 3 centaines de kilomètres plus tard, où j’ai pu profiter de ses très grandes qualités de routières ou encore de l’auto-pilot bluffant de stabilité, je suis enfin arrivé sur un joli terrain de jeu fait de virages sinueux et autres belles ré-accélérations possibles. C’est ici que la Model S dévoile un caractère bien caché, qui ne pourra faire que plaisir à tout amoureux de conduite. Par ce silence irréprochable, on fait littéralement corps avec la voiture et la parfaite précision de la direction renforce cette sensation. En raison du centre de gravité placé très bas, grâce aux 600 kg de batteries installées sous le plancher, elle fait preuve d’un dynamisme assez impressionnant. On vire à plat et on ressent un équilibre très bien travaillé permettant de hausser le rythme crescendo tellement elle nous met en confiance. Sans oublier les relances instantanées, propre à cette énergie, qui nous font bondir de virages en virages avec aisance.

Là, vous vous demandez sans doute ce qui se cache sous le capot (enfin… façon de parler !). Cet essai est quand même l’occasion de vous parler d’une nouvelle mouture de la Model S que nous n’avions pas encore pris en main, la 100D. Comme son nom l’indique, on retrouve la batterie de 100 kWh qui permettrait de développer ici plus de 400 ch et 600 Nm de couple, même si le constructeur ne communique plus ces chiffres. Le plus important étant surement le 0 à 100 km/h abattu en seulement 4,3 secondes, ce qui nous motive à enrhumer la moindre sportive au feu rouge. Dans la P100D, essayée ici, c’est même un stratosphérique 2,6 s qui est au programme. Avec de telles possibilités, on est vite secoué à bord de cette Tesla. Heureusement, le constructeur a pensé à tout en proposant une petite case à cocher pour brider un peu la puissance.

Avec ça, la Model S 100D devient une sage et longue (4,98m) berline prête à avaler des kilomètres dans le luxe et la volupté. Elle pousse au calme et à l’apaisement, pour des trajets plus relaxants mais aussi plus économiques. D’ailleurs si pour vous le confort est primordial au sujet de cet achat, je ne peux que conseiller d’éviter les jantes de 21 pouces (4700 €) pour de plus raisonnables jantes de 19 pouces. Les plus grandes ont malheureusement tendances à rendre quelques trajets un peu plus agités. Vous n’y perdrez pas en style.

Ces jantes sont d’ailleurs une bonne transition pour continuer par un rapide tour du propriétaire. La Model S a pas mal évolué depuis sa première commercialisation en 2012. La grande bouche de ses débuts a disparu au profit d’une calandre tout en finesse qui faisait débat à sa présentation en 2016. Avec une magnifique livrée comme sur mon exemplaire d’essai, ce nouveau design rend au final l’auto très classe, presque sportive avec des lignes et un regard attiré par le sol. Aujourd’hui, j’adhère totalement, et vous ?

En montant à bord, on ne peut que prendre une claque, même après 7 ans de carrière. Tandis que malgré quelques salons de l’auto à mon actif, j’ai déjà eu l’occasion à plusieurs reprises de monter dans une Model S, j’avais bizarrement gardé en tête le côté impressionnant du gigantesque écran 17 pouces, tout en l’imaginant très mal intégré. J’ai pourtant tout de suite changé d’avis en étant agréablement surpris, finalement, il ne dénote pas vraiment dans cet habitable. Très bien conçu et surtout ultra-réactif vous ne risquez pas d’être perdu en switchant avec votre tablette, il y a même des jeux intégrés ou encore un coussin péteur… Puis, alors qu’on peut reconnaître la présence de certaines finitions méritant un peu plus d’attention, et que le volant est clairement moche (sorry !), on remarque à l’opposé l’absence presque totale de plastique. Un très bon point pour la marque en soulignant que bon nombre de constructeurs allemands, cités comme références, en utilise abondamment. Et enfin… cet intérieur blanc, j’en suis gaga ! (Rassurez-vous il est facilement lavable.)

L’autonomie et la recharge, probablement le thème qui préoccupe toujours le plus les potentiels acheteurs ou curieux. Pour faire court, mon expérience oscille avec une autonomie réelle entre 415 et 550 km sur une charge, sans me prendre la tête, puis en récupérant 65 % en 40 minutes sur un superchargeur. Évidemment, je vous épargne les quelques dizaines de kilomètres d’arsouille pure, vous ne ferez pas ça tous les jours. Sinon, assurez-vous d’habiter proche d’un superchargeur. Dans tous les cas, ils sont actuellement à retrouver sur 68 stations (550 bornes), plutôt bien réparties dans l’Hexagone.

A 103 400 € (bonus de 6000 € inclus) pour mon modèle d’essai, la Tesla Model S joue dans la cour des grands. Mais ce n’est presque rien face aux 150 000 € qui étaient demandés jusqu’en mars dernier. Si ma version Grande Autonomie (100D) débute à 89 200 €, pour les plus gourmands, vous pouvez opter pour une P100D à hautes performances dès 97 600 € hors option.

Il est déjà temps de rendre les clés. Malgré ses quelques années d’existence au compteur et grâce à ses nombreuses mises à jour régulières, un peu à la sauce smartphone, la Tesla Model S reste toujours à la pointe. Et si on pourrait trouver quelques défauts tout de même (autonomie encore un peu faible pour convaincre tout le monde, quelques finitions à l’américaine, tarif élevé), elle peut surtout mettre tout un tas de qualificatifs à son avantage. Jolie, confortable, spacieuse, ultra-puissante : tous les ingrédients sont là pour en faire un carrosse parfait au quotidien.

Bonus : Depuis mon essai, quelques nouveautés sont arrivées au catalogue. Le moteur avant à induction est maintenant remplacé par un moteur à aimant permanent, offrant plus de 10 % d’autonomie aux Model S et Model X. Pour continuer dans ce sens, des nouveaux roulements et pneus sont également disponibles. Enfin, une nouvelle variante appelée « Autonomie Standard » (450 km WLTP estimé) fait son apparition pour permettre à la gamme de démarrer à 79 700 € bonus inclus.

Crédit : Thomas D. (Fast Auto)