L’affaire se déroule fin novembre sur l’autoroute A11 dans le sens Paris-Province entre le fameux péage de St Arnoult et celui de Seiches sur le Loir. Le jeudi 28 novembre dernier les gendarmes de la brigade de Durtal sont en surveillance peu avant Seiches, quand vers 23h00, ils voient débouler en trombe une belle Audi A6 Allroad qui passe devant leurs jumelles à la vitesse de… 239 km/h. 

A6 Allroad

Hélas il fait nuit noire, les agents de l’état ont seulement le temps de répérer la voiture mais pas de lire la plaque d’immatriculation, et à cette heure ci il est trop dangereux de lancer des motards à la poursuite de la voiture bavaroise.
Après enquête les gendarmes constatent que le conducteur de l’Audi est entré sur l’A 11 à la barrière de Saint-Arnoult, avant de sortir au péage de Seiches-sur-le-Loir et que pour effectuer les 231 km, l’Audi n’a mis que 1h04 min ce qui correspond à une vitesse moyenne de 217 km/h.

C’est grâce aux caméras de vidéosurveillance de l’autoroute que les agents de l’état ont pu lire la plaque d’immatriculation de la voiture incriminée. Le chauffeur, un cadre d’entreprise de 47 ans a été confondu par son badge de télépéage utilisé pour payer l’autoroute qui note les heures d’entrée et de sortie. La voiture n’a pu être confisquée puisqu’elle appartient à la société qui emploi notre homme pressé.

Contrôlé à 239 km/h, la vitesse retenue est de 227 km/h soit quasiment 100km/h au dessus de la Vmax autorisée sur l’autoroute. Le conducteur n’ayant pas été pris sur le fait, son permis de conduire n’a pu lui être retiré mais il semble que le préfet prenne durant ce mois de décembre un arrêté de suspension du permis qui peut aller jusqu’à 6 mois.
Le cadre pressé sera convoqué devant le tribunal de Police d’Angers le mois prochain et il risque un PV de 1500€ et une suspension de permis qui peut aller jusqu’à trois ans.

Pas flashé ne veut donc plus dire « pas pris »…

Via LeMaineLibre.