Ce weekend, le grand cirque de la Formule 1 se rend sur le circuit international de Sakhir pour le Grand Prix de Bahreïn 2019, deuxième manche de la saison de Formule 1.

Il y a quinze jours déjà, à Melbourne, c’est Valtteri Bottas qui, depuis la deuxième place sur la grille, s’est imposé devant Hamilton au Grand Prix d’Australie. Une performance qu’il n’était plus parvenu à réaliser depuis le Grand Prix d’Abou Dabi 2017.

Lors de l’épreuve inaugurale, les Ferrari ne se sont pas montrées à la hauteur des espérances malgré d’excellents essais hivernaux. Le cheval cabré a terminé la course à près d’une minute de Bottas en Australie. Plus encore, elle a été battue par la Red Bull moteur Honda de Verstappen. Ce Grand Prix de Bahreïn 2019 représente donc une opportunité pour les rouges de rattraper le coup. Pour rappel, c’est Ferrari et Vettel qui se sont imposés lors des deux dernières éditions.

Retour en images sur l’ensemble du week-end du Grand Prix de Bahreïn 2019.

Les Essais Libres : Ferrari prend du poil de la bête.

Les EL1 débutent sous une chaleur logiquement attendue dans le désert de Sakhir. Comme à Melbourne, c’est une Alfa Romeo qui foule le bitume, cette fois Giovinazzi. Verstappen est alors le premier à signer un chrono de référence alors que le leader du championnat Bottas prend les commandes avec des pneus plus durs. 

Du côté de chez Racing Point et Stroll, la séance se complique. En effet, le canadien est parti en tête à queue, percutant au passage le mur avec son aileron avant. Le choc n’est toutefois pas énorme.

Par la suite, c’est Ferrari et Vettel qui passent en tête avant que Verstappen ne reprenne le dessus profitant d’une piste libre. Le dernier mot revient aux Ferrari bien au dessus à l’avantage de Leclerc qui signe un 1:30.354 soit 0.263 seconde de mieux que Vettel et presque une seconde pleine devant Bottas, 3e de la séance !

A noter dans la séance un contact entre Giovinazzi et Hulkenberg qui aurait pu mal se finir puisque l’allemand n’a pas vu l’italien qui essayait de passer devant au virage 4.

Pour les EL2, la nuit est tombée dans le désert et la température a diminuée. Ferrari ne perd pas de temps pour se montrer à l’oeuvre. Les Mercedes ont pourtant tenu la corde au début mais ont vite été distancées.

Ça aurait pu être bien pire pour Hamilton qui a failli se faire “torpiller” selon ses mots par Kvyat au virage 1 (référence faite au surnom que Vettel lui avait attribué après le Grand Prix de Chine 2016).

Au bout du compte, les Ferrari sont seules aux avants-postes à l’avantage de Vettel (et ce malgré un tête à queue) cette fois qui signe 1:28.846, soit seulement 35 millièmes de mieux que Leclerc, mais six dixièmes de mieux qu’Hamilton, 3e à la fin de la séance !

Les EL 3 du samedi matin se déroulent à nouveau sous une température bien plus élevée que ce qui sera prévu pour les qualifications et la course. Les Ferrari, studieuses, font parties des premières à signer un tour chronométré. De quoi faire réagir les Mercedes qui sortent en piste signer un tour chrono.

Si Verstappen a pris le leadership, cela n’a duré qu’un temps. Les Ferrari sur des gommes tendres neuves ont envoyé balader la concurrence. Les Mercedes sur le même train sont impuissantes. Derrière, un peloton de voitures du milieu de tableau, entre la 5e et la 9e place, à peine plus d’un dixième sépare les pilotes.

Cette fois, Leclerc reprend le dessus sur son vétéran de coéquipier en signant un 1:29.569 soit 0.169 seconde de mieux que Vettel 2e et 0.765 seconde de mieux qu’Hamilton 3e.

Les Qualifications : Le petit prince de Monaco, 99e poleman de l’histoire pour le 999e Grand Prix.

La Q1 prend de longues minutes avant de s’animer un peu. D’ailleurs, le trafic est bien présent en piste. Grosjean est alors sous enquête des commissaires pour avoir gêné Norris dans le dernier virage. Le britannique était alors dans un tour lancé. Après séance, Grosjean est déclaré fautif et est pénalisé de 3 places sur la grille. Les deux pilotes accusent Vettel qui se serait rendu fautif d’un accord informel entre les pilotes de ne pas se dépasser dans le dernier virage.

Leclerc signe rapidement le meilleur temps de la séance devant son coéquipier Vettel. Le monégasque tourne alors en 1:28.495

Pour la dernière partie de Q1 et la dernière tentative, Norris et Albon signent d’excellents temps. La Renault d’Hulkenberg était alors en danger, mais l’allemand n’améliore que trop peu et se fait piéger par d’autres pilotes derrière lui qui améliorent.

Les éliminés en Q1 : Giovinazzi, Hülkenberg, Stroll, Russell, Kubica

Comme en Q1, les pilotes attendent en Q2 plusieurs minutes au chaud avant de se lancer. Albon et Pérez ont pris la piste en pneus usés. C’est alors la Mercedes de Bottas qui déclenche le chronomètre, rapidement battu par Hamilton 1:28.578. Mais ça, c’était avant le passage des Ferrari. Dans un premier temps, c’est Leclerc signant un 1:28.046 alors que Vettel, a connu un gros blocage de roue qui l’a vu assez loin du top 5, derrière Magnussen ou même Verstappen.

Par la suite, Vettel est revenu à trois dixièmes du leader Leclerc. Au drapeau à damiers, trois pilotes ont échoué à moins de sept centièmes de la dixième place occupée : Ricciardo, Albon et Gasly. Le pilote Red Bull s’est plaint à la radio du comportement de sa monoplace.

Les éliminés en Q2 : Ricciardo, Albon, Gasly, Pérez, Kvyat.

On retrouve donc pour cette Q3 les deux Ferrari, les deux Mercedes, les deux Haas … les deux McLaren ! Une Red Bull et une Alfa Romeo complète le TOP 10.

Plusieurs pilotes font une première tentative en pneus usés alors que Vettel et Verstappen restent aux stands en première moitié de Q3.

C’est donc en toute logique que Leclerc s’assoit en pole provisoire avec son premier temps d’1:27.958. Mais les Mercedes ne sont pas très loin. Du moins, plus proches qu’avant.

Lors de la dernière tentative des pilotes (ou première pour certains), Vettel ne parvient pas à inquiéter son jeune coéquipier et Hamilton n’améliore clairement pas son chrono. Leclerc lui améliore sa propre marque en 1:27.866 et s’assure sa première pole position pour sa deuxième course en rouge !

La Course : Ferrari maudit, Mercedes profite.

Au départ, Leclerc se manque et Vettel prend la tête. Le monégasque se fait même dépasser par Bottas après quelques virages et doit être sur la défensive avec Hamilton menaçant derrière.

Plus loin il y a eu du grabuge. Notamment entre Grosjean et Stroll qui pointent au dernier rang et doivent rentrer aux stands dès la fin du premier tour. Le français a été victime d’une crevaison.

A la fin du premier tour, au virage 1, Bottas le loupe ce qui permet à Leclerc de repasser devant. Hamilton également en profite pour passer devant !

Au 3ème tour, Verstappen, 5e, se retrouve sous la menace de Sainz. L’espagnol tente une manœuvre un tour plus tard mais infructueuse. Pire, il y a eu contact entre les deux, ce qui a causé des dégâts sur l’aileron de Sainz qui finit en fond de peloton.

Au 5ème tour, Leclerc est revenu sur Vettel dans la zone DRS. Le monégasque passe son coéquipier au 6eme tour dans le virage 1, et par l’extérieur !

Renault est en bonne position pour de gros points après s’être bien élancé, les pilotes sont installés dans le top 10 après des qualifications désastreuses.

Leclerc pendant ce temps, creuse l’écart sur Vettel et les Mercedes et mène son train tranquille. Il s’offre même le meilleur tour en piste. 

Gasly en difficultés, rentre aux stands à la fin du 9eme tour pour chausser les gommes tendres. L’arrêt n’est d’ailleurs pas très bon. 

Les écuries misent ce week-end plutôt sur une stratégie à deux arrêts. Au 12ème tour, Kvyat part en tête à queue suite à un contact avec Giovinazzi. 

Bottas entre aux stands à la fin du 12ème tour pour caler sa stratégie sur Verstappen. Au 13eme tour, Leclerc s’arrête et Hamilton aussi ! C’est Vettel qui perd au change. Leclerc ressort en gommes médiums alors qu’Hamilton sort en gommes tendres ! 

Vettel rentre un tour plus tard mais se fait passer par Leclerc et Hamilton et sort peu devant Bottas et Verstappen. Ricciardo (qui ne s’est toujours pas arrêté) est 2e derrière Leclerc. 

Au 18ème tour, Grosjean est contraint d’abandonner pour la deuxième fois en deux courses. 

Vettel quant à lui remonte sur Hamilton dangereusement. Le britannique est d’ailleurs parti large dans le dernier virage au 20eme tour ce qui a permis à l’allemand de revenir un peu dans les rétroviseurs de la Mercedes. Les gommes rouges d’Hamilton sont fortement dégradés. Au 22eme tour, Vettel est déjà dans la zone DRS. Le pilote Ferrari passe par l’extérieur la Mercedes un tour plus tard. 

Dans le milieu de peloton, une belle bataille a lieu entre Norris et Raikkonen. Le britannique de chez McLaren est plutôt convaincant en ce début de saison et lutte pour la 7eme place. 

Au 34eme tour, Hamilton est rentré aux stands pour de nouveaux pneus. Vettel est forcé de se calquer un tour plus tard avec des gommes jaunes. Vettel ressort juste devant Hamilton un peu gêné par le trafic. Hamilton est toutefois dans la zone DRS de Vettel.

En parallèle, Leclerc passe aux stands pour chausser des gommes jaunes. Le monégasque bénéficiait d’une certaine avance sur Bottas. Il ressort juste devant le finlandais.

Au 37eme tour, Hamilton audacieux se place à l’extérieur de Vettel avec énormément de vitesse au virage 1. Peu après, Vettel passe Bottas qui rentre aux stands dans la foulée.

Hamilton est toujours menaçant. Au 38eme tour, le britannique se met une nouvelle fois à l’extérieur. La manœuvre est réussie alors que Vettel part seul en tête à queue au moment de la manœuvre avec le coup de gaz de trop !!! Une image trop vue l’année dernière qui réapparaît. Les pneus sont morts. Pire encore, les vibrations des gommes ont causé l’explosion de l’aileron avant qui est passé sous la Ferrari endommageant le fond plat !

Vettel rentre alors aux stands et ressort 9e, derrière les Red Bull, les Renault et Norris.

Chez Renault, ça bataille dur avec une légère touchette entre les deux. Hulkenberg est devant mais Ricciardo est menaçant. Malheureusement quelques tours plus tard, Hulkenberg par l’extérieur roule purement et simplement sur l’aileron avant de Ricciardo. L’australien rétrograde au fur et à mesure dans le classement.

A dix tours de l’arrivée, Leclerc rencontre quelques problèmes moteurs et Hamilton fond sur le monégasque. Des retardataires repassent devant. La batterie ne se recharge plus sur la Ferrari. Leclerc malheureux, se fait passer par Hamilton au 48eme tour. Bottas lui était à une trentaine de secondes mais remonte aussi. Leclerc est désemparé. Le pilote Ferrari va de moins en moins vite et Bottas et Verstappen vont venir gâcher la fête des rouges.

Au 54eme tour, Bottas passe Leclerc alors qu’Hulkenberg doit abandonner dans la foulée. Ricciardo au même endroit est contraint à l’abandon deux secondes plus tard ! Les deux Renault sont dans la même image. Le problème semble toutefois différent sur les deux monoplaces.

A deux tours de la fin, la Safety Car est déclenchée car la voiture d’Hulkenberg est au bout du virage 1.

Le Grand Prix s’achève ainsi sur la voiture de sécurité. Hamilton s’impose alors devant Bottas et Leclerc qui signe certes, son premier podium, mais pas à la place qui l’attendait. Maigre consolation, il obtient le point bonus du meilleur tour en course.

C’est le deuxième doublé consécutif de Mercedes alors que Ferrari avait tout pour signer un doublé ici. Aux deux classements, Mercedes s’envole !

Rendez-vous dans 15 jours pour le Grand Prix de Chine qui marquera le 1000ème Grand Prix de l’histoire de la Formule 1.

Crédits photos : Formula 1, FIA