Ce lundi 31 mars avait lieu un événement important et historique à Turin puisque se tenait au Lingotto la la dernière assemblée des actionnaires de Fiat. Cette dernière réunion sur le sol italien marque la fin d’une histoire qui a débuté avec la naissance du XXeme siècle.

Fiat-FCA dernier conseil des actionnaires en Italie

Cette réunion des actionnaires qui était donc la dernière en Italie fut l’occasion de présenter les états financiers et comptables 2013 mais aussi de regarder vers l’avenir auquel rêve Sergio Marchionne. L’administrateur délégué, assis à coté d’un John Elkann un peu immobile dans son costume trois pièces bleu et rose, a profité de l’occasion pour faire un point sur quelques sujets italiens.

Le groupe Fiat/Chrysler a produit en 2013 près de 4.4 millions de voitures et en 2014, FCA devrait atteindre le chiffre de 4.5-4.6 millions d’unités (grâce au marché US) si la conjoncture se maintient. Mais au delà de ces chiffres, le principal objectif de Sergio Marchionne est désormais l’année 2018 durant laquelle il ambitionne de vendre en un an plus de 6.0 millions de véhicules dans le monde ce qui représente un accroissement de l’ordre de 40% de la production du groupe en quatre ans. On reste un peu interloqué par de telles ambitions qui sont un peu comparables, dans l’esprit à celles annoncées pour Alfa Romeo (<80.000 ex en 2013 et 500.000 en 2018).
L’augmentation des volumes sera principalement due à des ventes plus élevées en Amérique du Nord et en Asie, tandis que l’Europe et l’Amérique latine contribueront chacune pour environ un million d’unités par an.
Il a aussi confirmé les objectifs 2014 pour un chiffre d’affaire qui devrait être de 93 milliards d’euros (128 milliards de dollars) pour le groupe FCA. Marchionne prévoit un bénéfice net qui se situera entre 600 et 800 millions d’euros. La dette industrielle nette de l’entreprise a été estimée pour cette année entre 9.8 milliards et 10.3 milliards d’euros. Il a dit qu’il pense que l’entreprise peut financer son nouveau plan sans avoir à passer par les cases « vente d’actifs » ou « levée de capitaux » auprès des banques.
Pour parvenir à ses fins, Sergio Marchionne compte sur de bons résultats, de bonnes marges chez Alfa Romeo et Maserati ainsi que sur le marché financier (Wall Street à l’automne). Nous avons aussi appris que le groupe est de nouveau en négociation avec la baque russe Sberbank pour la mise en place d’une nouvelle co-entreprise destinée à la production de Jeep. Le patron de FCA de rappeler que depuis la lettre d’intention signée entre les deux parties en 2012, peu de choses ont avancé et qu’il est désormais venu le temps de relancer la machine car selon lui, la Russie sera un des grands marchés automobiles de demain avec la Chine.

La bourse de Milan a suivi les propos de l’administrateur et ce lundi l’action du groupe Fiat prenait 2.4%.

Pour ce qui est de l’avenir du groupe, Sergio Marchionne s’est dit ouvert à l’arrivée de nouveaux actionnaires et de laisser entendre que le fonds d’investissement américain Black Rock serait intéressé par FCA. Mais lors de la conférence, l’administrateur n’en a pas dit plus et a donné rendez vous le 6 mai prochain pour plus de détails.

Au sujet de l’Italie, S.Marchionne a abordé le cas du site turinois de Mirafiori en confirmant que des investissements très importants sont en cours. Il a aussi fait savoir que des mutations de salariés du groupe entre les différents sites italiens ont et auront lieu en fonction des besoins industriels.
Les patrons du groupe italo-américain font aussi remarquer que l’usine qu’en quelques années l’usine de Grugliasco est passée d’une situation quasi mortuaire à 2200 salariés aujourd’hui qui fabriquent des Maserati et des Alfa Romeo (4C).
Parlant du cas de la Chine, l’administrateur délégué a noté que la joint-venture mise en place fonctionnait plutôt bien et allait monter en puissance dans les prochains mois notamment grâce à la mise sur le marché de la nouvelle Ottima qui accompagne désormais la Viaggio. Par contre, Sergio Marchionne reconnait l’échec de la Fiat 500 sur le marché automobile chinois. Effectivement en 2013, seuls 1100 exemplaires du « pot de yaourt » ont été vendus… Une misère au regard de ce marché annuel de plus de 18 millions de voitures neuves. Néanmoins, la voiture reste au catalogue pour les amateurs chinois.

Sergio Marchionne est enfin revenu sur l’affaire du site sicilien de Termini Imerese (toujours pas vendu malgré les annonces) en expliquant que l’histoire industrielle du groupe automobile avec cette usine était définitivement fermée mais que FCA ferait le nécessaire pour assurer la transition vers un repreneur ou une reconversion.

L’administrateur délégué, avec un peu d’émotion, a donné rendez vous aux actionnaires aux Pays Bas pour la prochaine assemblée. Il a aussi confirmé que ceux ci entérineront définitivement durant l’été la fusion entre Fiat et Chrysler ainsi que la création de FCA. S.Marchionne a fini cette assemblée en donnant rendez vous à tous le 6 mai prochain à Detroit pour la présentation du nouveau plan industriel (2014-2018) du groupe.

Le brillant grand patron du groupe FCA, John Elkann de conclure : « Nous ne jouons plus à la fin du classement !»…

Via Ansa.it, tgcom24, Lettera43.
Crédit photo : Ansa.it