Que va devenir le groupe Fiat SpA tel que nous le connaissons aujourd’hui ? La bourse de Milan est elle suffisante pour les projets de l’administrateur délégué ? L’imposition est elle plus favorable aux USA, en Italie ou ailleurs ? Le Lingotto ferait il un joli musée ou centre de congrès ? La City dispose t-elle de grands bureaux ? Fiat Italie va t-elle devenir une simple filiale comme le sont le Brésil, la Chine ou la France ?
Voilà beaucoup de questions que se posent les amateurs de voitures italiennes ou mêmes les autorités italiennes sans parler des salariés de la péninsule.

L'avenir de Fiat

C’est le 29 janvier prochain que Sergio Marchionne compte proposer, lors de la prochaine réunion du conseil d’administration de l’entreprise, de faire de la Bourse de New York (Wall Street) le premier marché financier du nouvel ensemble industriel Fiat-Chrysler. La bourse de Milan deviendrait donc de fait un marché secondaire ou de repli en cas de grosses difficultés.
Par ailleurs, selon plusieurs sources proches du dossier, l’administrateur délégué souhaite vraiment domicilier fiscalement le groupe automobile au Royaume-Uni parce l’imposition y est plus favorable.
S’il reste un domaine sur lequel, S.Marchionne reste encore un peu évasif, c’est celui du siège de la nouvelle entité. L’italo-canadien dit : « Il pourrait être basé ailleurs ! »
Il est donc de l’ordre du possible que Fiat quitte Turin et son bâtiment historique pour prendre la direction soit de :

-Auburn Hills ou une autre grande ville américaine
-Londres
-Amsterdam

Si l’entreprise vient à quitter l’Italie, on ose à peine penser au tollé que cela produira de l’autre coté des Alpes tant chez les salariés, les syndicats, dans l’appareil d’état ou la population qui est attaché à son constructeur national. IL nous faut encore attendre une petite semaine avant de connaitre les évolutions choisies pour le constructeur automobile turinois. A suivre.

Via AutomotiveNews.